Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Balak, Michaël Sanlaville et Bastien Vivès – Auteurs de Lastman

Rencontre avec Balak, Michaël Sanlaville et Bastien Vivès – Auteurs de Lastman

« Cela remonte à loin. Je devais être un peu plus vieux que toi, Adrian. Nous étions deux amis, et nous pratiquions l’art du combat. Nous passions notre temps à nous entraîner. Nous étions inséparables. Si bien que les gens nous surnommaient les frères karaté. Nous avions grandi. Nous étions prêts pour notre premier tournoi. Le sort avait décidé que mon ami devait rencontrer Thaï Boy, le champion en titre. Le sort a décidé aussi que lors du deuxième round, durant un combat héroïque, mon ami reçut en plein visage … un coup de pied fatal. »

Quelques heures avant leur rencontre dessinée, organisée lors de la deuxième journée de BD Aix 2013, les auteurs de Lastman ont pris le temps de répondre à nos questions. C’est donc installés à la terrasse du café du festival que nous avons croisé le fer avec cette Dream Team composée d’Yves «Balak» Begerei, Michaël Sanlaville et Bastien Vivès pour une interview débridée. Votre curiosité est piquée au vif ? Alors suivez-nous pour découvrir les coulisses de ce manga pas comme les autres.

Chronique du Tome 1

Retrouvez des extraits en fin d’interview.

Bulle d’Encre : Bonjour Messieurs ! Comment s’est déroulée votre rencontre ?
Balak : Bastien et moi, nous nous sommes rencontrés sur un forum de geeks otaku qui s’appelle Catsuka.com, il y a onze ou douze ans.
Bastien Vivès : Ça fait mal !
Balak : Ouais, ça fait mal ! Et puis, très peu de temps après, on s’est de suite plus vus. Moi j’étais déjà aux Gobelins, Bastien y est entré l’année d’après. Michaël et Bastien étaient dans la même promo des Gobelins, l’école de l’image.

BDE : L’idée de base de faire ce shônen de combat, qu’est Lastman, est partie d’où ?
BV : Yves faisait beaucoup de fanzines. Avec Michaël, en étant dans les écoles d’animation, on a quand même pas mal bouffé de la culture jap’ et tout ça. Ensuite, on a chacun eu notre parcours. On a fait une BD tous les deux, Hollywood Jan, avec Michaël. Yves bossait dans l’anim’ et Mic (Michaël) aussi. A un moment, je retrouve Yves et on était dans un bar. On discutait. J’étais repassé sur son blog peu de temps avant et j’avais revu tous ses dessins de cul. Et j’étais dans une période où je voulais faire une BD porno. Je ne pense pas que j’avais déjà sorti Les Melons de la gloire
B: C’était bien avant !
BV: Donc, c’était bien avant Les Melons. On se disait qu’il fallait qu’on bosse un truc tous les deux. Et, vu que l’on avait deux styles qui étaient quand même assez différents, il fallait que l’on trouve quelque chose qui fasse qu’on puisse les marier. On a commencé un peu à réfléchir. Au début, on voulait faire une BD érotique…. porno ! Et puis, en fait, au fur et à mesure, on a commencé à écrire un peu, à imaginer un petit peu plus. Et, à force de parler quand on commence un projet à deux, on se rend compte si on est sur la même longueur d’ondes ou pas et si ça peut matcher. On s’est rendu compte qu’on pouvait aller plus loin qu’une simple BD porno. On réfléchit et on en parle à Mic. Et on se dit go ! On tente l’aventure manga. En plus, à ce moment-là, je lisais Bakuman. Un manga sur deux ados qui se lancent dans l’aventure manga. Je ne sais pas pourquoi en lisant cela et en relisant Dragon Ball, je me disais que si on pouvait faire un manga, ce serait super. Et, après discussion, on est parti sur un manga direct.

BDE : Alors Michaël, tu arrives dans le projet à quel moment ?
Michaël Sanlaville : Bastien et Yves avaient déjà bien entamé l’écriture et la trame globale. Et puis moi, il se trouvait que j’étais dans le coin.
BV : On était dans le même atelier.
MS : Je travaillais sur Le Fléau vert. Quand Bastien m’a proposé, il n’y a même pas eu à réfléchir. Evidemment, depuis qu’on est à l’école, on baigne là-dedans. Même depuis que l’on est gamin. C’est un peu le projet rêvé auquel on a toujours tous pensé. Il a fallu attendre un peu que tout mûrisse et que toi, Bastien, avec ton parcours, tu aies la chance de faire passer le projet aussi.
BV : C’est vrai qu’il fallait le faire passer et trouver les vecteurs.
MS : Qui plus est chez Casterman !
BV : En plus ! Ce n’était pas évident à faire passer. Et puis, pour un projet de cette ampleur, il fallait que l’on soit trois. Tout seul, c’est impensable. A deux, c’est très, très dur, mais à trois on peut le faire. Et, si on est trois, il faut avoir un modèle économique pour être à trois, un éditeur qui nous soutient et qui croit au projet. A un moment donné, on était avec Didier Borg (NDR : directeur de la collection KSTR cher Casterman) et il fallait qu’il y croit autant que nous. Et c’était le cas. Il a réussi à faire passer le projet. Nous, on a réussi à placer nos trucs et on s’est mis à fond sur Lastman.

BDE : Le fait que seulement les neuf premières pages soient colorisées correspond à une volonté de gagner du temps ?
BV : Il y a un côté clin d’œil au manga.
MS : C’est vraiment le clin d’œil !
BV : De toute façon, on ne voulait pas faire la couleur à la base. Au début, c’était tout noir et blanc. Il n’y avait même pas d’histoire de couleurs.
MS : C’est le plaisir du dessin noir et blanc.
BV : On s’est quand même dit, en se rappelant des mangas où le début était en couleurs, que ce serait pas mal. Car cela permet d’avoir une petite touche de couleur au début qui fait, qu’on rentre un petit peu plus facilement, entre guillemets, dans l’histoire. On garde les couleurs dans la tête. Et ça nous suit sur l’album. Je trouve que c’est pas mal. C’est une bonne approche. En fait, ça remplissait notre contrat à la base qui était qu’on ne voulait pas faire les couleurs. Cela fait un petit plus.

BDE : Vous mettez en scène pas mal de combats. On sent, quand même, quelques heures de pratique sur console de jeux vidéo ?
B : Ah ben là, c’est surtout Bastien ! Moi, je me suis arrêté il y a quelques années. Bastien est devenu pro-gamer.
MS : Il a franchi un cap là ! Il y a quelques temps, il a fallu le remettre dans le droit chemin. Non, je plaisante !
BV : Ce n’est pas tant ça. On a tous joué à Street Fighter. A part cela, on a tous baigné dans l’iconographie et l’imagerie du jeu de combat. En fait, Capcom, si on résume juste à Capcom – il y en a d’autres – mais toute l’imagerie Capcom, les dessins, les fan-arts, les art-works Capcom ; on a tous les art-books de Capcom. J’ai passé du temps à regarder comment ils faisaient. Graphiquement, je crois que ce sont les plus fortes influences.
B : C’est peut-être l’influence graphique la plus forte. Plus forte que celle d’autres auteurs de BD. C’est une énorme influence. C’est un régal !
BV : L’atout, c’est le design. C’est vraiment cette notion de design, de comment construire un personnage, comment on le rend lisible. Vraiment Capcom a été notre professeur. Ce sont des illustrations où c’est pas compliqué. Par exemple, Ryu, c’est kimono blanc, bandeau rouge, les poings et les gros sourcils marqués. Et puis voilà, ça marche.
B : De toutes façons, Street Fighter 2, moi je me rappelle très bien, c’est la plus grosse claque que j’ai eu en jeu vidéo quand j’étais gamin. Je sortais du collège et il y avait une fête foraine, à côté, qui s’était installée. Il y avait des bandes d’arcade avec Street 2 que je voyais pour la première fois. Et la première claque, elle est graphique. Tu fais : «Putain, c’est beau !» Tu vois les persos. Tu fais : «Putain, Chun-Li, elle est bonne ! Elle a des cuisses !»
MS : C’est venue de derrière. Moi, c’était pareil ! Street Fighter 2, Megadrive et Dragon Ball. Tout cela est un peu arrivé comme ça. On ne savait pas trop d’où cela venait. Et cela nous a autant influencés que toute la BD qu’on a pu bouffer étant gamin, sans vraiment s’en rendre compte. Et cela ressort maintenant dans tous les sens. Mais il faut canaliser tout ça.

BDE : Il y a eu une prépublication gratuite sur Delitoon au fur et à mesure de la production des planches. L’idée vient de Didier Borg ou vous l’aviez décidé avant ?
BV : Ça vient de nous. On parlait de prépub. Après, à savoir comment elle allait se mettre en place… En fait, on a construit la BD en chapitres, des chapitres de 20 pages. Cela ne se voit pas parce qu’on les fait se suivre dans la BD. Mais tout est construit en chapitres de 20 pages et c’était déjà pensé pour avoir le nombre de pages pour la prépublication. Ensuite, on parle avec Didier de Delitoon. On met cela sur la plateforme. Didier met tout en place. Et après, la grande question est de savoir : «Est-ce qu’on prépublie tout ? Et quand ? Est-ce que l’on sort le livre avant ?» Là, on s’est dit, pour le tome 1, on va tout prépublier. Ensuite, on sort le bouquin au huitième chapitre, quelque chose comme ça. Pour voir ce que cela donne. Et c’était bien car on a eu notre objectif rêvé qui était de 100 000 vues. On les a eues et on les a dépassées. Pour le tome 2, on va commencer la prépub le 13 mai et le bouquin sortira le 16 juin, pendant le chapitre cinq. A la moitié. Et après, on tentera le fait de sortir le tome 3 au même moment que la prépub. Juste pour voir un petit peu comment ça se passe.
B : Par exemple, sur la première prépub, on s’est rendu compte que certaines personnes auraient aimé que le bouquin sorte plus vite. Avant la prépub, de manière à ce qu’il y ait limite que ce soit un acte militant. Enfin pas militant, mais dire que les gens qui ont vraiment envie et qui ont vraiment accroché avec l’histoire aient une valeur ajoutée vraiment réelle en achetant le bouquin tout de suite. Donc, du coup pour le tome 2, on va vraiment essayer de le sortir à la moitié de la prépublication du bouquin.

BDE : Il est vrai qu’on se laisse rapidement prendre par l’histoire.
MS : L’engouement est féroce. Les gens réclament la suite, c’est vraiment… c’est une pression qui se met en place, mais c’est vraiment super.
B : C’est là qu’on s’est dit qu’on avait bien fait de tout enchaîner. Car le second sort en juin et du coup les lecteurs ne vont pas attendre.
BV : Je vois mon petit cousin. Il va sur internet, sur Delitoon. Ensuite, il va acheter le bouquin. Et je trouve cela vraiment chouette. Cela donne l’occasion à des gens, qui n’auraient pas acheté l’album de toute façon, de découvrir l’univers. Et si l’univers les botte, soit ils continueront à lire et feront l’effort d’aller sur Delitoon pour être là au bon moment – ça, c’est déjà chouette, parce que cela veut dire que l’on donne rendez-vous à quelqu’un – soit, s’ils n’ont pas envie de suivre le truc, et bien ils achèteront le bouquin tranquillement.

BDE : Au regard du rythme que vous vous êtes fixés, vous pensez que vous allez tenir ?
BV : Oui, ça va. On a pris un petit peu de vacances pour souffler un peu. Pour renflouer les caisses et tout ça !
MS : Le truc, c’est de bien s’organiser. Puis d’être bien raccord sur les intentions.

BDE : Justement, comment êtes-vous organisés ?
MS : Yves est au story-board. Bastien et moi, on dessine. Bastien s’occupe également de la grosse mise en place de l’histoire. Il faut qu’il y ait énormément de communication avec Yves qui bétonne toute l’histoire et qui va dans les détails. Une fois qu’on est parti au dessin, à nous de bien réaménager tout ça et de se faire plaisir par rapport à ce que nous propose Yves, tout en restant dans le ton. C’est surtout ça qui est important. Respecter le ton de l’écriture de Bastien qui est assez particulière.

BDE : Dans ce tome 1, il y a des invités. On peut citer les frères Bogdanoff. Il y aura encore des surprises de ce genre dans le tome 2 ?
B : Ce qui est marrant, c’est que c’est un peu comme tout sur Lastman. On fait tout, juste parce qu’on en a envie et on ne réfléchit pas tant que ça. On veut juste que cela marque les gens. On veut juste que les gens lisent. Et c’est vrai que là, ce qui est très drôle avec les frères Bogdanoff, c’est que c’est un accident. Nous, on l’a fait parce que cela nous faisait marrer, comme ça. Parce qu’ils ont des gueules. On a Marion Montaigne à côté qui dessine les frères Bogdanoff assez souvent. Voilà ! C’est pas vraiment réfléchi.
BV : Non, mais vu qu’ils sont français, il y a un truc qui se passe. Par exemple, pour un des personnages, Cudna, on s’est inspiré de Rutger Hauer …
MS : … de Blade Runner
BV : … et il y en a quelques-uns qui voient la référence. Mais nous, on prend les choses comme si on choisissait des acteurs. On a toujours des petites références comme ça. C’est pas comme dans Astérix où en fait, il y a le mec qui parle et là, «bam», il y a le gros plan et la caricature. Tout le monde a vu ce truc. J’adorais ça quand j’étais petit. Je voyais ça avec tous les acteurs français qui passaient. Dans le 2, il y aura des références. Mais c’est comme cela, aussi, que l’on travaille. En tout cas, Lastman, ce n’est pas une parodie. On avait mis les Bogdanoff parce qu’ils ont vraiment des gueules «chelous».
MS : Cela faisait de super personnages aussi !

BDE : Vous avez également placé une touche féminine et sexy avec Marianne, la mère d’Adrian.
BV : Oui, avec Élorna aussi qui va arriver. Ça parle un petit peu.
B : C’est cela que disaient les gens aussi sur les mangas à la française. C’est vrai qu’on reprend des thèmes qui sont popularisées par les mangas comme la baston, le shônen, les tournois. Mais on les regarde avec un regard européen. On est pas les premiers à faire des mangas à la française. Les mangas faits par des Français, ça existe depuis quinze ans. Il y a DreamLand de Reno Lemaire. Il y a pas mal d’expériences qui ont plus ou moins bien marchés. DreamLand, c’est plutôt une des expériences qui a le mieux marché. Reno a eu l’intelligence de faire un style qui singe un peu One Piece et de foutre des persos qui ont des noms français. Cela se déroule à Montpellier et cela s’adresse vraiment à l’ado français. C’est ça, la force du manga à la base. C’est que ça parle à son lectorat. Nous, on a reçu les mangas avec le côté à la fois exotique, le côté nouveau, le côté frais. Oh putain, il s’appelle «Ryu machin bidule», il mange des bentos ! Cela nous intriguait et cela fait partie de la magie du manga. Mais ce n’est pas que ça. C’est l’efficacité narrative. Ce sont des scénarios simples qui peuvent nous emmener très, très loin. Des personnages très, très forts. Et nous, ce qu’on essaye de faire avec Lastman, c’est la même chose. Nos personnages s’appellent Richard Aldana, Adrian Velba. Et ils mangent de la raclette, pas du riz cantonais.
BV & MS : Lastman, on mange de la raclette, pas du riz cantonais !
BV : C’est vrai que le riz cantonais est un plat typiquement japonais ! (rires)
B : Non, mais on peut dire que c’est un manga raclette ! Je pense à ce que tu disais sur les personnages féminins. Même dans les rapports entre les persos, les rapports mère/fils et les rapports amoureux, ce sont des rapports de culture occidentale. Et pas les rapports à la femme, à l’amour ou dans la société en générale qu’ont les Japonais. C’est marrant parce que quand les Français ont repris la sauce manga, ils ont repris même la culture qui va avec. C’est-à-dire que, même dans les rapports humains, on va avoir des trucs qui font plus écho à ce qu’on pense être la culture japonaise que ce qui fait écho à nos propres relations à l’autre. Il faut prendre le temps de l’émancipation du modèle japonais pour pouvoir le remettre dans le contexte qui est le nôtre. Et utiliser la BD comme étant un moyen de parler à ses semblables. Non pas que les Japonais ne soient pas semblables à nous. C’est ça la force du manga. Ça parle à un public.

BDE : Lastman déborde largement du cadre BD : édition collector avec stickers, pochette surprise. Et un jeu vidéo ! Est-ce que vous pouvez nous en dire plus ?
BV : Le prototype est en train de se finir. On en est à l’étape où il faut choper les financements. En tous cas, on compte sortir le jeu en 2014, fin 2014. Quelque chose comme ça.
MS : Le gars qui fait le jeu est complètement intégré dans l’équipe. On parle souvent de ping-pong entre nous trois mais il est aussi dans la boucle. A savoir qu’il a tout ce que l’on fait comme matériel pour créer le jeu. Après, les passerelles entre la BD et le jeu vidéo, il faut que l’on mette tout cela bien en place.
BV : Son nom, c’est Khao. Il travaille avec un programmeur. Ils ont déjà développé une grosse partie du squelette du jeu à deux. Et nous, on est à côté et parfois on participe. Je fais des mouvements de personnages. Michaël a aidé aux décors. Quand il faut faire deux, trois animations, on est là. On suit le truc.

BDE : On entend également parler, autour de la série, d’une actrice porno japonaise. Pouvez-vous nous éclairer sur ce sujet ?
B : C’est comme les Bogdanoff. A la base, ça part juste d’une envie, d’un délire balancé en terrasse, toujours en terrasse ! C’est peut-être le soleil. Mais en fait, on ne voit pas vraiment plus loin que le bout de notre nez. On a l’impression, avec toute la couverture presse, que Lastman est une espèce de grosse machine marketing. On va pas se leurrer. On est très, très bien suivi par Casterman. Casterman, on leur dit les plus grosses conneries du style : on va faire venir une actrice porno japonaise, faire une prépublication gratuite. En fait, Casterman, ils ont juste l’intelligence, entre guillemets, le côté super cool de nous dire «Ok, on tente ! » et c’est cela qui est génial. On a vu des réactions de gens qui disent : «Mais qu’est-ce que c’est ce gros truc, cette grosse machine commerciale ?» ou je ne sais quoi. Il faut savoir que, pour une fois, il faut se réjouir qu’il y ait un éditeur qui tente. Toutes les idées sortent d’un brainstorming. Il y a une émulation entre nous quand on écrit l’histoire. Mais aussi une émulation avec l’équipe marketing, l’éditeur. Il y a une relation de confiance. Si toute l’équipe est au taquet, c’est parce qu’ils ont lu le bouquin.
MS : Déjà à la base !
B : Et qu’ils ont trouvé cela vachement bien. Et que ça les a poussés au cul pour trouver des trucs de ouf ! Je sais que, de loin, cela peut paraître comme étant une espèce de truc où il y a des «marketeux» qui sont en train d’écrire des dossiers transmédias, cross-médias. Ce n’est absolument pas ça. C’est juste que, pour une fois dans la BD, de manière aussi énorme, il y a une espèce de symbiose, de confiance avec l’éditeur et l’équipe marketing. Nous, on ne voit pas le marketing comme quelque chose de sale ou d’extérieur au projet. On l’utilise parce que cela fait partie de notre envie, aussi, à la base. Parce que notre rapport avec le manga, le jeu vidéo, les icônes de notre enfance… quand on était gamin, on était heureux lorsqu’on avait un verre de moutarde avec Les Chevaliers du zodiaque dessus. On veut retrouver exactement la même chose.
MS : Une fois, Bastien a parlé des pins, des cartes. Honnêtement, je me disais « on fait de la BD en France! ». Et je ne croyais pas à tout cela. Et puis c’est passé.
BV : Vraiment, le gros point positif, que je trouve très réjouissant, c’est de se dire qu’il y a encore de gros éditeurs qui croient encore à des projets qui ne rentrent pas forcément dans des cases. Et qui ne résonnent pas en se disant : «Cela a déjà vendu tant donc…» Parce que là, placer un manga chez Casterman…
B : Ça, il faut le faire !
BV : Avec un rythme de parution ! Et surtout d’essayer de faire comprendre, ça c’est difficile et ça va prendre un peu de temps avec Lastman, aux lecteurs de BD qu’il va falloir voir autrement. Parce que pas mal de gros lecteurs de BD disent qu’ils ne lisent pas de mangas. Mais là, on est en train de leur dire que ce n’est pas forcément du manga, pas forcément du franco-belge. C’est un peu entre les deux. Ce n’est pas évident. Cela va prendre un petit peu de temps.

BDE : Merci Messieurs et bonne rencontre dessinée !
B & BV & MS : Merci à toi et bon festival !

Propos recueillis par Stéphane Girardot.

Interview réalisée le 13 avril 2013.

Extraits de l’album


© Casterman/Balak/Sanlaville/Vivès
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*