Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » L’Etranger (Ferrandez) – Gallimard – 22€

L’Etranger (Ferrandez) – Gallimard – 22€

Parution : 04/2013

La mort frappe sans qu’on s’y attende. D’une nature impassible, Meursault apprend celle de sa mère par la syntaxe mécanique d’un télégramme. L’asile Marengo est à 80 km d’Alger et Meursault a besoin de deux jours de congés. L’attitude détachée du jeune homme laisse planer le doute chez son employeur qui lui renvoie un regard accusateur. Pour la mort de sa mère, Meursault plaide non coupable. Le bus qui l’emmène est un véritable four dans lequel il somnole. Ses sensations et ses souvenirs se perdent dans cet état de sommeil éveillé. Il suffoque dans la plaine et laisse ses pieds le mener au mur d’enceinte de l’asile. Face au cercueil, un pensionnaire en uniforme, qui fait office de gardien, est d’une morne compagnie dans cette salle nue. Ils boivent du café, fument une cigarette. Meursault s’assoupit. Il émerge quand un groupe de pensionnaires arrive. Le jeune homme subit sans ciller le regard réprobateur des détenus d’un autre âge. Il porte alors le poids de la culpabilité de leur réclusion. Le lendemain, le sobre cortège funéraire traverse le cagnard avec la pudeur de circonstance. La chaleur écrase les vivants. Le bon ami de feu madame Meursault défaille, ce sera le seul. De retour à Alger, la vie continue. Etranger dans sa vie, étranger aux autres, le jeune homme ne pourra se détacher d’un destin qu’ils auront pourtant sceller.
Un album magistral tiré de l’oeuvre – non moins splendide – d’Albert Camus. Jacques Ferrandez rend toute la dimension lumineuse de cette machination kafkaïenne. La narration implacable, associée à une mise en page habile, plonge le lecteur dans les méandres d’une intrigue minutieusement orchestrée. Certes, l’oeuvre originale déploie des ressorts psychologiques subtils, allant chercher aux limites de la folie et de l’inhumanité, tout en se fendant de brouiller les pistes pour induire le doute chez le lecteur. Mais, fidèle à ce parti pris, Ferrandez ne démarque jamais réellement la réalité de l’hallucination, le rêve du cauchemar, la fiction de la réalité. Rien n’a d’importance, tout arrive sans qu’on puisse y voir une suite logique. Mais le deuxième niveau de narration, l’histoire dans l’histoire, ne laisse rien au hasard. Elle ponctue inéluctablement le destin de ce récit jusqu’à la conclure. Etre étranger à son destin ne signifie pas y échapper.
Une adaptation éclatante!

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*