Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Mirador tête de mort (Cenou) – La Boîte à bulles – 16€

Mirador tête de mort (Cenou) – La Boîte à bulles – 16€

Parution : 05/2013

Parmi les miasmes éthyliques d’un songe ultra violent de son service militaire pendant la guerre en ex-Yougoslavie, David perçoit le téléphone et émerge au studio de musique du Dolmen. Mélanie lui assène que Romain est au commissariat. Il doit aller lui prêter main forte et faire sa déposition sur ce qu’il s’est passé la veille au soir . Mais une énième beuverie s’est chargée de nettoyer ses souvenirs. Il apprend des policiers qu’un homme est mort d’un coup de couteau dans la rate. Mais comment en est-il arrivé là ? Au retour de Yougoslavie, Sam se retrouve, encore suite à une belle cuite, à Paris au défilé Jeanne d’Arc avec Sergent, Fred et Fabrice, le plus Front National de la bande. Sur place, ils rejoignent les locaux de la Fraction Viking. Ces joyeux lurons revendiquent la révolution et la fraternité des jeunes nationalistes prolétaires, une ligne rebelle et anticapitaliste sur fond de toile raciste et antisémite. Leur mode de vie, proche du mouvement punk, rassemblent ces jeunes gens. Ensemble, ils n’ont plus besoin de faire profil bas, ils peuvent cracher leur violence à la face du monde. Un peu comme quand Sam joue avec son groupe, la Cinquième Colonne, gonflé à bloc par le gros son, les scansions fascistes et la foule suant sang et eau en exutoire. Ses sens abrutis par l’alcool et le puissant effet de groupe lui font oublier qu’il n’est pas le loup qu’il croit être, mais bien un mouton qui obéit sagement aux ordres.
Le récit d’un skinhead d’extrême-droite repenti qui fait l’inventaire d’une histoire tragique, où il a bien failli perdre la raison. David Cenou revient sur son passé trouble au cœur des milieux néonazis. Entièrement en noir et blanc, l’auteur relate quelques épisodes significatifs de sa descente aux enfers : la guerre, la politique, la violence, la désagrégation de sa vie de famille, la violence, l’alcool, la violence, la mort, la violence, la prison, la violence et la prise de conscience. Un point de vue étayé qui permet d’appréhender concrètement les groupuscules skinheads que David Cenou a côtoyés. Dans le Royaume-Uni des années 60, le courant skinhead – apparenté aux Modernists – désigne un jeune prolétaire au crâne rasé ou non, sans connotation politique quoi qu’influencé par ses origines ouvrières. La détermination politique des groupe skinheads arrivera dans les années 70. Le mouvement n’existe pas réellement car il y a plusieurs mouvances : Skin d’extrême-droite ou Bonesheads, Redskin ou SHARP, Skin Chrétiens, Gays Skin, Gabbers. La narration au cordeau de David Cenou ne laisse aucun doute sur son appartenance politique de l’époque, bien qu’il laisse entendre assez rapidement que celle-ci n’est qu’un prétexte, un espace de rencontre d’autres paumés qui n’appréhendent le monde qui les entoure que par le prisme de la barbarie. La haine occupe chaque page et du pire naîtra un premier album percutant de sincérité.
Tristement d’actualité lors des manif’ pour tous, cet album montre l’envers du décor avec force, courage et humilité.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*