Accueil » Autour de la BD » Jeux Vidéo » Un week-end à la Japan Expo / Comic Con’ 2013

Un week-end à la Japan Expo / Comic Con’ 2013

L’édition 2013 de la Japan Expo et de la Comic Con’ de Paris vient de fermer ses portes et voici déjà le temps des retours.
Le succès de cette grande manifestation n’est plus à démontrer : le public était présent et en nombre.

Mais, première surprise en arrivant le samedi matin, journée réputée la plus chargée : l’entrée au salon était fluide, pourtant il y avait réellement du monde. L’organisation a-t-elle évolué pour éviter les interminables attentes ? Y’avait-il une entrée secrète ? Les gens ont-ils dormi dans l’enceinte ? Sommes-nous passés par l’entrée du Salon du Scoubidou et du Macramé ? Un mystère encore non résolu à ce jour…

Une fois à l’intérieur, une bonne bouffée de chaleur humaine ! Les allées sont vite encombrées, la foule se masse aux stands les plus attractifs, les files d’attente se forment déjà. La circulation devient difficile et ça commence à être compliqué pour s’approcher de certains espaces.
Qu’importe, fusil d’assaut à la main, nous nous frayons un passage à coups de crosse au milieu des Kitty et des Pokemon pour mieux nous imprégner de l’ambiance.

Là, stupeur ! La foule ne s’arrête guère sur les petits stands, à part quelques curieux. On continue notre chemin pour voir les espaces BD. Ils sont disséminés sur le salon, certains côté Japan, d’autres côté Comic Con’, et chaque espace a sa propre politique… ou même la politique change selon les auteurs présents.
Pour certains, c’est la traditionnelle file d’attente (humains et/ou sacs). Pour d’autres, c’est la file d’attente pour un tirage au sort. D’autres encore optent pour une feuille d’inscription pour des tirages au sort (le jeu bonus étant de trouver la feuille d’inscription). C’est bien simple, il faut aller à la pêche aux infos et nous croisons quelques personnes dépitées d’avoir raté le tirage au sort (annoncé nulle part) à quelques minutes près. Nous en voyons d’autres faisant de longues files d’attente et nous apprendrons en fin de journée que les places étaient limitées et que ces personnes attendaient pour rien, faute d’informations.
Malgré ces quelques couacs, souvent liés à des effectifs vite débordés par l’affluence, le public semblait satisfait. Nous n’avons assisté à aucune foire d’empoigne que l’on peut rencontrer dans des gros salons BD.
Mieux encore, certains artistes, principalement les Français (ou Belges ou Suisses), étaient très accessibles. « Rareté » oblige, les mangakas et les auteurs de comics l’étaient beaucoup moins et il ne fallait pas avoir peur d’attendre, de croiser les doigts et de mettre la main au porte-feuille (la dédicace en dessin étant souvent payante avec les auteurs américains).

Nous reviendrons d’ailleurs sur cette question financière plus tard…

Passons au reste du salon. La BD, dans son ensemble, semble perdre un terrain par rapport à d’autres secteurs. Il y a certes toujours des stands très importants et des expositions, avec une mention spéciale pour Ankama qui a proposé une animation digne des foires et des kermesses où l’on pouvait tirer à l’arc, se combattre à l’épée ou au tir à la corde, faire de la pêche aux canards et d’autres petits jeux du même style. Chaque stand rapportait des points et ces points étaient échangeables contre des lots… et tout ça était gratuit ! On pouvait augmenter ses points en allant sur les autres stands d’Ankama, notamment sur leurs jeux vidéos mais rien que l’animation kermesse-like prenait déjà deux bonnes heures. Ambiance bon enfant garantie !

Alors qui grignotait ce terrain ? Principalement les jeux vidéos. Le stand Nintendo, par exemple, proposait de nombreux jeux en démonstration, des concours et des tournois. Les nostalgiques pouvaient aussi se défier sur une sélection de jeux rétro (le plaisir de rejouer à Micromachines !). On se prenait vite au jeu et on se surprenait à lancer à un parfait inconnu : « Bon, on s’en refait une dernière ? » (bien évidemment, c’était la cinquième dernière et six autres suivront). Un fana de jeux vidéos pouvait trouver de quoi s’occuper durant plusieurs journées rien qu’avec ces espaces.

D’autres stands venaient compléter la richesse de la programmation.
Le Manoir de Paris proposait une visite dans un hôpital aux patients tous plus glauques les uns que les autres (cardiaques interdits !).
Le public pouvait s’essayer au laser game, au Quidditch, aux jeux de rôle, à trouver l’âme soeur geek… avant d’aller flâner au milieu des innombrables boutiques. Ou simplement admirer les dioramas de fans de Lego, les reconstitutions de décors de films… sans oublier les inévitables cosplays avec de véritables pépites !

En revanche, le revers de la médaille de cette richesse de programmation, c’est le budget. En discutant avec différentes personnes aux stands, nous avions régulièrement le même retour : « Les gens viennent, regardent mais hésitent à acheter. Ils vont faire un tour, ils reviennent en fin de journée. On sent que les achats sont beaucoup plus réfléchis, moins impulsifs. La crise économique se fait sentir. »
Il est vrai que ce salon nécessite un sacré budget. Le prix d’entrée est assez élevé (entre 10 et 17€ selon la journée), le stationnement est onéreux (comptons une bonne quinzaine d’euros minimum par jour), les snacks aux tarifs prohibitifs (le pain des sandwiches devait contenir de l’or pur) et le passionné avait déjà vite entamé son budget… qui se retrouvait achever par l’inépuisable offre des boutiques, de véritables tentations ambulantes.

Il reste donc un an pour que les visiteurs puissent se renflouer et revenir à la prochaine édition.
Car assurément, le public reviendra, la bonne ambiance et la diversité de ses animations font de la Japan Expo / Comic Con’ un rendez-vous désormais incontournable pour les geeks de tous bords.

On vous laisse maintenant découvrir le salon en images :

DSCN6923

La Force est avec elle…

DSCN6922

Lara Woman et Wonder Croft

DSCN6918

Les morts sont de sortie.

DSCN6912

Marcus, animateur bien connu des fans de jeux vidéos.

DSCN6888

Ils ont finalement laissé la porte ouverte…

DSCN6880

D’autres cosplays féminins.

DSCN6871

Expo XIII

DSCN6863

Chez Bulle d’Encre, nous n’hésitons pas à faire dans le nettoyage.

DSCN6857

Bouh !

DSCN6840

Des créations en Lego toujours autant hallucinantes !

DSCN6820

Un (petit) bout du stand Nintendo.

DSCN6815

Nicolas Kéramidas en dédicace.

DSCN6802

Exposition World War X.

DSCN6800

Si jamais un fantôme traîne chez vous…

DSCN6799

Duel au sommet entre les deux ennemis.

DSCN6791

Oh, une énigme !

DSCN6781

Les allées bien encombrées.

Anthony Roux

Photos © BDE/A.Roux
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.
Si vous apparaissez sur une photo et ne souhaitez pas l’être, merci de bien vouloir nous contacter.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*