Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Aya de Yopougon – Edition du film (Abouet, Oubrerie) – Gallimard – 25,90€

Aya de Yopougon – Edition du film (Abouet, Oubrerie) – Gallimard – 25,90€

Parution : 06/2013

Face au téléviseur qui vante les mérite de la Solibra, bière ivoirienne reconnue dans toute l’Afrique de l’Ouest, famille et amis sont réunis autour d’Ignace, cadre dans la société qui fabrique cette boisson. Tous regardent le poste qui montre à quel point celle-ci rend fort et permet à un cycliste de dépasser un bus. Tous ? Dans son coin, la jeune Aya est consternée par cette allégation. A l’approche des vacances, ses deux copines Adjoua et Bintou vont gazer au maquis « Ça va chauffer ». Moussa, le fils du patron de la Solibra – un freluquet bercer d’illusion et de l’argent de papa – vient les chercher avec sa belle Toyota. Mais Aya est une jeune fille studieuse. Pendant que ses copines s’amusent et voient les garçons, elle pense à son avenir. Ses parents aussi. D’ailleurs, un repas est organisé chez Monsieur Sissoko, le patron de la Solibra, pour suggérer une nouvelle amitié entre Moussa et Aya. Cette dernière reste de marbre face au dragueur prétentieux à la coiffure ridicule. Mais quelle n’est pas sa surprise quand Adjoua leur annonce qu’elle est enceinte du fameux Moussa. S’ensuit alors un festival de rebondissement. Décidément, le quartier de Yopougon ne manque pas de piment.
Depuis 2005, le lecteur suit les aventures de la jeune Ivoirienne et du petit monde du Yopougon des années 80. Cette série en 6 tomes raconte avec humour et tendresse les tribulations d’un groupe de jeunes filles pétillantes qui font tourner leur petit monde en bourrique. Cet album collector, qui compile les deux premiers tomes de l’aventure, est édité à l’occasion de la sortie du film le 17 juillet 2013. Initialement publié dans la collection Bayou, les éditions Gallimard le publie en grand format, entièrement glacé avec le traditionnel bonus ivoirien et un supplément d’images du film, qui laissent d’ailleurs présager un film lumineux et tonique qui rend, à l’image de la bande dessinée, les couleurs et les matières de ce quartier d’Abidjan. Un retour sur les premiers albums qui ont fait découvrir au lecteur deux auteurs de talents, Marguerite Abouet (Akissi) et Clément Oubrerie (Jeangot, Pablo). Ce dernier est d’ailleurs, avec Antoine Delesvaux et Joan Sfar, le co-fondateur d’Autochenille Production et de Banjo Studio. Ces deux structures ont signé l’adaptation du Chat du Rabbin et celle d’Aya. On leur souhaite le même succès.
Un album et un film qui vont ambiancer cet été, déh!

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*