Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Mélo Pop (Durbiano) – Gallimard – 16,75€

Mélo Pop (Durbiano) – Gallimard – 16,75€

Parution : 04/2013

Face au public disparate constitué de quelques habitués qui soutiennent le Plexus Bar, de leur groupie Cheeree et de leur manager Dave, les Funny Pills pourraient passer pour un groupe de rock sans envergure qui écume les rades minables pour boire des coups et draguer des filles. Certains membres s’en accommodent très bien, notamment Mick, le chanteur, pour qui la vie de rock star se conjugue au féminin pluriel et Dave, qui a trouvé dans le groupe un moyen d’oublier ses déboires conjugaux. Francis, le claviériste, et Charlie, le bassiste, ne l’entendent pas de cette oreille. Ils sont sceptiques sur les compétences de Dave. Celui-ci va surprendre tout le monde en leur proposant, sans trop d’effort, d’assurer une série de concerts lors d’une croisière à bord du Cindy Boat, que commande son cousin. A son bord, le groupe va croiser le producteur sur-cocaïné Phill Canichor et sa petite amie Daisy. Avec sa petite fille, cette dernière n’a pas l’air totalement épanouie au coté de cet imbuvable caniche. Charlie semble particulièrement mal à l’aise en présence de Daisy. Une amitié particulière va lier Angel, le capitaine du bateau, et Francis qui va résoudre par la même occasion ses maux de têtes. Il semblerait bien que la misère sentimentale soit moins pénible au soleil.
Un chassé-croisé amoureux dans ce boat-trip de luxe où se mélangent passion, musique et aventures rocambolesques. Les personnages sont très attachants et le lecteur suit leurs aventures douces amères avec plaisir. Lucie Durbiano prend le parti de personnages aux faciès d’animaux et d’insectes. Celui-ci n’a rien de vraiment original, sauf que l’auteur s’en sert finement comme ressort au décalage humoristique et surtout comme déterminant psychologique des personnages. A contrario de cette croisière, somme toutes soporifique pour le lecteur, le rythme de Mélo Pop est soutenu et les rebondissements sont nombreux. Le dessin, simple et efficace, et les couleurs, doucement acidulées, mettent particulièrement en avant le coté pop de ce mélodrame. Fidèle au format de la collection Bayou des éditions Gallimard, les planches de 6 à 9 cases sont propices à cette narration vive et enlevée.
Un mélo pop intelligent qui évite l’écueil de la niaiserie et qui sait rester léger sans être futile.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*