Accueil » Univers Comics » Chroniques Comics » Danger Girl : Destination danger (Hartnell & Campbell, Collectif) – Glénat – 19,50€

Danger Girl : Destination danger (Hartnell & Campbell, Collectif) – Glénat – 19,50€

Parution : 07/2013

Toujours un peu en retrait au sein des Danger Girls, Valerie s’imagine un jour intégrer totalement l’équipe, à la hauteur du talent de ses amies Sydney Savage ou Abbey Chase. Elle aura toutefois l’occasion de prouver sa valeur au cours de différentes missions sous les ordres du flegmatique Deuce. D’Hawaï à Las Vegas, en passant par Hong Kong, les redoutables agents, secondés par l’inénarrable Johnny Barracuda, vont avoir du fil à retordre avec un criminel mégalomane voulant imposer son parc d’attractions à la planète, un artefact magique offrant l’immortalité à son possesseur ou une organisation maléfique datant de la seconde guerre mondiale…
Ce très imposant recueil d’histoires parues au début des années 2000 offre à boire et à manger. Les lecteurs pourront en effet y trouver de tout, des récits très courts ou des aventures plus longues, des scénarios délirants ou plus sérieux, bref un ensemble hétéroclite un peu déconcertant, à l’image des deux chapitres dessinés par Phil Noto. Le dessinateur américain, excellent mais trop rare, présente le meilleur de son style (Viva Las Danger, surement la partie la plus convaincante de cet album, rythmée et solide) et le moins bon (Le Punch hawaïen, au graphisme plus qu’épuré, simpliste dans tous les domaines et, comme le dit Abbey elle-même, « Tout ça me fait penser à un mauvais épisode d’Hawaï Police d’état« ). Après un rapide prologue d’Arthur Adams assez vite oublié et une parodie facile et décevante, malgré le joli graphisme de Joe Chiodo, de la série Batman des années 60, la dernière partie, Kamikaze, voit Tommy Yune donner un inédit aspect japonisant à la série, surprenant, pas désagréable mais sans réussir à être davantage qu’un hommage. De toute façon, rien n’égalera le trait de J. Scott Campbell, le seul à même de faire passer avec le sourire les scénarios légers et ultra-référencés d’Andy Hartnell, qui peuvent devenir vite ridicules sans le talent de son dessinateur d’origine.
Un pavé très inégal qui ne fait pas vraiment oublier que, sans Campbell au dessin, la série n’est pas tout à fait la même.

Arnaud Gueury

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*