Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Blake et Mortimer – La Collection T12 (Jacobs, De Moor, Marssignac) – Hachette – 12,99€

Blake et Mortimer – La Collection T12 (Jacobs, De Moor, Marssignac) – Hachette – 12,99€

Parution : 05/2013

Arrivé à Tokyo sur la demande de son ami le professeur Mortimer, la capitaine Blake constate aussitôt sa disparition. Alerté par son instinct, il entreprend une inspection de la chambre d’hôtel et y découvre de nombreux micros cachés. Faisant l’objet d’une tentative d’enlèvement, il prend conscience du danger auquel est exposé Mortimer et prévient ses confrères japonais. Pendant ce temps, l’infortuné scientifique est toujours le captif d’Olrik. Mais, grâce à l’ingéniosité du professeur Satô, il parvient à s’échapper pour sauver Blake à son tour. Car leur éternel ennemi a envoyé un robot à son image pour se débarrasser de lui…
Mortimer contre Mortimer, second épisode des 3 formules du professeur Satô, restera un album à part dans cette série mythique. Il est en effet le premier à paraître après la mort d’Edgar P. Jacobs et un sujet de discussion infini pour les amateurs de la saga. Comme l’expliquent les bonus, déjà déçu de l’accueil moins enthousiaste qu’ont reçu ses dernières œuvres, l’auteur belge cumule les ennuis (de santé et de finances) et les drames (le décès de sa femme) au moment de s’attaquer à cette suite attendue. Si bien que, malgré la réalisation du synopsis, des crayonnés et du découpage du volume complet, jamais il n’aura la force de le dessiner lui-même. Quelques tergiversations sur le dessinateur à choisir – Jacques Martin ou Bob de Moor, favori de Jacobs mais retenu par les studios Hergé – empêcheront pour finir l’album de sortir de son vivant. Ce n’est alors que trois ans après sa mort, en 1990, que Bob de Moor utilisera les travaux du maître pour mettre en image ce récit, restant au plus près du style jacobsien. Un succès au niveau des ventes qui masquera un récit décevant, pas à la hauteur du premier tome.
Une oeuvre posthume qui aura le mérite d’avoir pu aller jusqu’à sa conclusion, touchante d’une certain point de vue mais peu enthousiasmante, tout cela s’expliquant par les nombreux aléas de sa création.

Arnaud Gueury

Chronique du Tome 11



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Un Commentaire

  1. Posté 29 septembre 2013 at 8 h 39 min | Permalink

    Ce n’est pas mon album préféré de la série. Au plaisir de te relire…

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*