Accueil » Univers Graphiques » News Graphiques » Cultures Maison : Beaucoup de bulles et d’écume… une douche, ça vous dit?

Cultures Maison : Beaucoup de bulles et d’écume… une douche, ça vous dit?

Si la Hollande est l’autre pays du fromage, la Belgique est l’autre pays de la BD et l’a encore prouvé ce week-end à Saint-Gilles, dans l’agglomération de Bruxelles, lors du festival Cultures Maison.

Affiche_CM2013_A3

Cultures Maison, kesaco?
C’est la question que je me suis posé alors, ni une ni deux, je prends mon véhicule et je m’engage vers la plus francophone des villes européennes des Flandres. Tout un programme. Sans GPS, la mission est plus périlleuse qu’il n’y parait. Mon itinéraire imprimé à la hâte avant de partir me joue quelques tours. Mais me voilà devant la Maison des Cultures de Saint-Gilles, un bien bel endroit repérable par la foule bigarrée des consommateurs de nicotine et de boissons houblonnées, sacerdotales sur ces terres plates et signes indéniables de convivialité. Je pénètre dans l’antre de la culture BD indépendante et de la production alternative.

BuluCar peu ou prou de bandes dessinées dans ce petit hall d’entrée, mais du volume avec l’exposition de Bulu. Des constructions de papier et de bois en trois dimensions. Un détail n’échappe pas à mon œil (encore) vif, quelques épreuves grand format de planches d’un fanzine dont un exemplaire est disponible en lecture. Ouf!

Dans le couloir, je passe sans presque y faire attention à coté d’un groupe de personnes observant une superposition graphique en noir et blanc. J’apprendrais un peu plus tard qu’il s’agit en fait de l’exposition de Loïc Largier qui détourne des cases de bandes dessinées pour produire de nouveaux codes narratifs. Lors d’une rencontre qui ne manquera pas d’être publiée sur notre site, ce jeune artiste français m’a présenté son travail.

Kuti
Sur la gauche, une grande salle où s’est installée l’exposition du collectif finlandais Kuti Kuti, à droite, la buvette. L’heure de l’apéritif approche – merci l’itinéraire – mais je suis imperceptiblement attiré par le chatoiement multicolore de cet espace ludique. Dans cette salle, j’ai l’impression de plonger au cœur du journal Kuti Kuti. Des planches sont accrochées aux murs, ainsi que quelques grands formats et une installation monumentale trône au milieu de la salle. Je m’assois quelques minutes pour consulter les journaux mis à disposition des visiteurs dans un coin de la salle. Qu’est-ce qu’il fait chaud ici!

N’y tenant plus, je file à la buvette pour établir le contact avec la charmante Suky qui s’occupe – entre autres – de la communication de l’événement. Elle me présente Loïc Largier qui est le premier artiste que je dois interviewer ce samedi. Jusque-là, tout va pour le mieux. Je demande à mon hôtesse un espace au calme pour pouvoir enregistrer la rencontre. Quelle surprise ! Une spacieuse douche dans les toilettes des filles… Ce lieu magique a été mon repère pendant deux jours. J’ai pris l’initiative d’afficher les couleurs de Bulle d’Encre sur la porte à coté de l’affichage Privé – Entrée Interdite. Je ne vous cache pas m’être délecté du regard du public féminin interloqué de voir des hommes entrer et sortir de cette petite pièce, sourires aux lèvres, le regard complice.
Largier1

A l’issue de la première rencontre, j’ai visité l’étage supérieur. Surplombant la salle de conférences et de spectacles, une mezzanine accueille l’exposition Thomas Matthieu. Cet auteur belge passe avec aisance du papier au numérique et vice versa. Auteur transmédias, comme on dit de nos jours, il présente des planches originales et des travaux numériques. Une tablette connectée au portail de bande dessinée en ligne http://grandpapier.org/ permet de consulter les dernières planches mise en ligne.

Thomas Mathieu (2)

Dans la grande salle à coté, grouille une fourmilière impressionnante de 58 éditeurs. J’y retrouve quelques connaissances: Hoochie Coochie, 6 Pieds sous terre, La Cinquième Couche et Vide Cocagne. C’est d’ailleurs sur le stand de ces derniers que je retrouve Emile, qui a coordonné le projet BD Les Désobéisseurs et qui présente – entre autres – la sortie d’Oklahoma Boy de Thomas Gilbert. Pour ne pas faire de jaloux et parce que chacun d’entre eux présente des productions alternatives et des expérimentations graphiques digne d’intérêt, il me faut les citer : 38 Quai notre dame, Antinanti, Arbitraire, Bries, Cheval de Quatre, Chock a Block, Collectif Pili Pili, Coucou les Fesses, De Zeehond, Duvent, Editions Gitans, EENC, Fanzinorama, Fin Kit, Fremok, French Fourch, George, Gorak et Marion, Habeas Corpus, Hécatombe, Ion, Jampur Fraize, KKNRVX, Kutikuti, L’Apocalypse, L’Appât, L’Employé du moi, Les Machines, Lazer Artzine, La Trama, Les Détails, Lisa Sibillat, Mékanik Coppulaire, Misma, Morvelle Guacamole, Na Editions, Nobrow, Nos restes, Nu-tête, Nyctalope, Editions Polystyrène, Radio as paper, Revue Collection, Ripopée, Salade de Frites, Sarah Louis Barbett, Solo Ma Non Tropo, Super-structure, Super Loto Editions, Tête à tête, Thomas Perrodin, Tieten met Haar, United Dead artist….
Tant de noms évocateurs laissent entrevoir la portée alternative de ce joyeux tohu bohu ! Il y en a donc pour tous les goûts, pour toutes les bourses et pour toutes les langues, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Editeur 3

Arrivé trop tard, je n’ai pu assister aux conférences sur le portail Grand Papier, sur Professeur Cyclope et la plateforme Dust…

Impression

Pour conclure cette première journée de Festival, Super Loto Editions organisait le lancement de son album anthologie des Cramps baptisé Cramped et le concert du One Man Band, Birds are alive. C’est à cette occasion que j’ai retrouvé Emile des éditions Vide Cocagne. Au détour d’une discussion, il me met face à une évidence : je suis bien incapable de mettre des visages sur les noms d’auteurs pourtant connus. Ça ne m’était jamais venu à l’idée, mais à quoi ressemble ceux qui nous font voyager à travers leurs albums ? Jamais je n’ai cherché à identifier tel ou tel dont l’oeuvre m’a pourtant profondément marqué. Je nourris alors l’idée qu’être auteur de bande dessinée c’est – sauf exception – un anonymat tranquille, loin de l’agitation de la célébrité et du strass. Ce qui me fait deux fois plus aimé ce média. Grâce à Emile, j’ai pu identifié Matt Konture, membre fondateur de l’association et éminence grise de la BD alternative, pourtant reconnaissable à ses dreadlocks. Un peu moins évident à reconnaître mais tout aussi connu, Emile me désigne Tanquerelle un peu plus loin qui a présenté Professeur Cyclope l’après-midi même. J’imagine alors que bien d’autres encore doivent avoir des patronymes ou pseudonymes plus ou moins évocateurs…

Fort de ces nouvelles compétences physionomistes, je quitte le festival à la fin du concert, émerveillé d’avoir, à mon insu, côtoyer de près quelques pointures du Neuvième Art. Je rentre chez moi avec une impression. Cultures Maison, c’est The place to be! Et j’y étais…

Après un retour au bercail tout aussi aléatoire que l’aller, je reviens le dimanche pour une grosse journée d’interviews.

Bulu5

Bulu est le premier à passer à la douche. Puis ce fût avec Cyril Elophe que nous avons refait le monde et l’historique du festival. Un moment de découverte de la BD alternative bruxelloise qui paraîtra également sur le site. Après un bref temps de pause et une collation bien méritée, je vais chercher Tristan Pernet du collectif French Fourch qui expose, dans l’escalier, des grands formats acryliques, que j’avais ratés la veille. Celui-ci se réjouit de me suivre dans les toilettes des filles et me raconte l’épopée de ce collectif et leurs travaux actuel. Je termine la rencontre avec Thomas Gilbert et nous parlons de son Oklahoma Boy !

French Fourch 3

Un week-end bien rempli qui m’a fait découvrir un lieu sympa, une équipe dynamique, un projet cohérent où l’aspect marchand passe bien après les rencontres, les interactions, le partage d’expériences et de connaissances. A des kilomètres des bulles d’Angoulême, le festival Cultures Maison réussit, sans se prendre au sérieux, le pari d’être un lieu libre d’accès, de productions alternatives à l’uniformisation et à l’enfermement du 9ème art!

Alain Lamourette

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*