Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Oklahoma Boy – Intégrale (Gilbert) – Vide Cocagne – 24,90€

Oklahoma Boy – Intégrale (Gilbert) – Vide Cocagne – 24,90€

Parution : 09/2013

Perdus dans une immensité violente et désertique, Oklahoma et son père cultivent ensemble une adoration fanatique du Seigneur et vivent seuls, jour après jour, à l’ombre du péché originel. La foi religieuse du garçon est si forte qu’à l’église il est victime de crises d’épilepsie qui lui interdisent la messe. La rigueur de son mode d’éducation et l’austérité expiatoire de son mode de vie dénotent d’un quotidien qui n’est guère plus reluisant. Le drame familial couve et pousse le jeune garçon à commettre l’irréparable. Annihilant toute naïveté, il embrase la violence latente et sourde tapie en lui. Devenu pasteur dans une petite communauté rurale, il s’engage et rejoint l’Europe où le premier conflit mondial fait rage. Pataugeant dans l’enfer des tranchées, il survit grâce à un instinct criminel hors du commun. Fortement sujet aux hallucinations, Oklahoma trouve dans cet apocalypse un limon luxuriant des plus effrayantes projections. Ne distinguant plus les frontières entre le cauchemar et la réalité, il se retrouve démembré dans un trou d’obus avec son seul ami de misère aux tripes intactes, offertes à la nuit, certitude d’une mort lente et douloureuse. L’équipe de secours ne pourra rien faire pour le malheureux au crâne écrasé sous une grosse pierre. C’est un manchot brisé qui rejoindra la grosse pomme contaminée par le ver du fascisme. Au gré des soupes populaires, il survit en recollant des bribes d’humanité et de solidarité de désespérés. En proie à un minotaure démoniaque, le pauvre hère n’a aucune échappatoire à son inextinguible violence.
Les deux premiers tomes d’Oklahoma Boy ont été publié chez feu Manolosanctis mais il fallait une fin à cette série. C’est la maison d’édition Vide Cocagne qui publie cet album regroupant les deux premiers tomes, Oklahoma Boy et Iron & Flesh, augmenté du dernier tome inédit, New-York/Cnossos. Thomas Gilbert met donc un terme à la tourmente sanguinaire de ce jeune garçon. Il signe un scénario au cordeau où la violence et la perversité se confondent, humanité lumineuse à la marge d’une tragédie résolument moderne. Le dessin et l’esthétique sont à la mesure de la portée spectaculaire et abyssale du propos. A l’image de la couverture, l’auteur compose une iconographie propre au récit. Il fait s’affronter, avec un esthétisme stupéfiant, des images liturgiques et profanes, des allégories païennes et des représentations patriotiques de propagandes. Il ponctue l’album de ces éléments picturaux antagonistes puissants, symboliques d’un deuxième niveau de lecture des sphères politiques, théologiques et oniriques. Impossible pour le lecteur de ne pas saisir la portée actuelle et dénonciatrice de la démarche. Une composition frénétique magistralement orchestrée.
Un album coup de poing, puissant et incisif, qui ne peut que laisser des traces lors de cette rentrée 2013.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*