Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Histoires du quartier (Beltrán, Seguí) – Gallimard – 19,90€

Histoires du quartier (Beltrán, Seguí) – Gallimard – 19,90€

Parution : 09/2013

L’adolescence de Gabi à Palma de Majorque n’est pas des plus réjouissantes. Son père boit beaucoup. Beaucoup trop. Il se répand en d’innombrables affrontements avec sa mère. De son propre aveu, ses parents ne sont pas méchants, ils ont peur. Et comme toutes les personnes qui ont peur, ils en deviennent dangereux même pour leurs propres enfants. Gabi trouve dans le quartier ce qu’il ne peut se procurer chez lui qu’à travers la musique – Joy Division notamment – et le dessin, la liberté. A l’aune des années 80, le Bario Chino est un quartier populaire où se mêlent la tragédie, la force et la solidarité. Des soldats Yankees en permission, des filles de joie, des vieux costauds aux bras bardés de tatouages et des personnages inquiétants y vivent dans un luxe outrancier. De cette vie toujours plus dangereuse, peu s’en sortent, tour à tour les limites explosent, des petits boulots aux premiers délits, des premiers pétards à l’héroïne. La fuite en avant devient une chute violente et vertigineuse dans l’abyme. Les adultes perdus dans leurs quotidiens de misère ne peuvent empêcher la fuite de leurs enfants. Gabi saura déjouer les mauvais plans et s’en sortir au prix de laisser tout derrière lui. Au risque de devoir revenir plus tard et d’apprendre de la bouche d’anciennes connaissances les conditions de la mort de son père, qui n’était pas vraiment le sien.
Un récit adolescent qui reste en permanence sur la brèche. Entre candeur et décadence, entre jeux d’enfants et drames d’adultes, ces Histoires du quartier posent un regard tendre et amusé sans masquer la portée dramatiques des trajectoires des personnages. Le trait de Bartolomé Seguí pourrait vaguement évoquer, dans sa simplicité, celui de Frank Margerin. La comparaison peut s’étayer également par l’époque du récit et le coté rock n’ roll, mais le dessin de l’auteur espagnol – à l’image du récit – est vif et saillant, là où Margerin développe la rondeur et l’humour potache. De même, la coloration sied parfaitement à cette nostalgie lumineuse de l’adolescence exaltée, solidement encrée dans une réalité sordide. Vies brisées par un destin blafard, on suit Gabi avec intérêt tant le regard qu’il porte sur son environnement est incroyablement réaliste. Gabi Beltrán confère à son personnage le cynisme précoce et la maturité de ceux qui ont été mis en contact très tôt avec la cruauté des injustices sociales. Un album subtil et poignant qui resplendit par son humanité.
Les évocations réalistes, les suggestions psychologiques brutes, le dessin subtil et envolé font de ces Histoires du quartier un album puissant qui happe le lecteur jusqu’au frisson.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*