Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Dans les glaces (Schwartz) – Sarbacane – 19,50€

Dans les glaces (Schwartz) – Sarbacane – 19,50€

Parution : 09/2013

A la fin du XIXème siècle, l’être humain s’ennuie. Il tourne en rond sur sa planète où tout a était découvert, maîtrisé, colonisé, dominé… ou presque. La calotte glaciaire est encore protégée par son climat inhospitalier. Ou bien, comme le prétendent les croyances inuits, le pôle est le repère de Tahnusuk, le diable. Une prophétie annonce que les Oopernadeet – les visiteurs du printemps – viendraient, obsédés par la volonté de trouver Tahnusuk et, parmi eux, Mahri Paluk qui saura le dominer. Robert Peary est un ancien militaire, explorateur impitoyable et exploiteur patenté. Lorsque son expédition arrive au village de Etah, il est accueilli par Qisuk, un autochtone qui parle anglais. Peary s’est adjoint les compétences de Frederick Cook, du Capitaine Robert Bartlett et de Thomas Henson, un modeste charpentier de marine afro-américain qu’il ne rémunère pas pour sa collaboration. Celle-ci se révèle pourtant très précieuse, voir même indispensable. Henson est robuste et travailleur, il construit seul la maison des explorateurs et maîtrise parfaitement les indispensables traîneaux. La conquête du Pôle ne se fait pas en un jour et les expéditions malheureuses acculent Peary dans sa folie. En quête de subside, il ramène Qisuk et sa famille au Musée d’Histoire Naturelle de New York, ainsi que de mystérieuses pierres. Henson, lui, souffre avec humilité le racisme et l’inégalité de traitement. Il est pourtant Mahri Paluk, l’élu de la prophétie. Celui qui a réussi à vaincre Tahnusuk.
Simon Schwartz raconte l’épopée de Thomas Henson, anonyme afro-américain qui a découvert le Pôle avant le cruel et tyrannique Robert Peary. A l’époque de la ségrégation raciale, Henson fait doublement figure de héros et son histoire est stupéfiante. L’auteur, d’origine allemande, plonge le lecteur dans les paysages glacés du pôle et de l’inhumanité. Il utilise, dans ce sens, un camaïeu gris bleu sur fond blanc qui sert parfaitement ce récit enneigé, qui ne manque pas de glacer les sangs du lecteur à bien des égards. S’inspirant de l’iconographie inuit qu’il a stylisé, il raconte la légende de Tahnusuk et trouve un compromis intéressant avec l’époque du récit. Le trait est simple, propre et saillant. L’esthétique est épurée, droite et rigoureuse. Derrière la rectitude de cette affirmation artistique, l’ambiance du récit est très humaine. La détresse de l’imperturbable Thomas Henson est palpable, tout comme la fourberie de Peary. L’émotion déborde sans que la composition des cases n’en soit perturbée. Schwartz souffle le chaud et le froid avec une facilité déconcertante. Il porte avec force et tendresse son regard sur son héros et adjoint en fin d’album une chronologie historique étayée de photos d’époque. De quoi effacer les dernières traces de mauvaise foi et de scepticisme sur l’histoire d’un homme hors du commun qui n’a eu que trop tard les honneurs qui lui était dûs.
On referme ce magnifique album, la gorge nouée et les poings serrés.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*