Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Aâma T3 (Peeters) – Gallimard – 17,25€

Aâma T3 (Peeters) – Gallimard – 17,25€

Parution : 10/2013

A peine a-t-elle eu le temps d’échanger quelques mots avec Rajeev, un des chercheurs de la colonie Ona(ji), et d’enfiler des lunettes spéciales que la petite troupe se retrouve face à cette multitude jusqu’alors invisible. Composée d’insectes et de monstruosités biomécaniques, elle se livre à une expérience nouvelle grâce au corps d’un autre chercheur fraîchement abattu. Le feu s’abat sur eux. Myo est tuée net. Rajeev excelle dans l’art de l’esquive. Conrad allume dans le tas. Verloc, lui, improvise tant bien que mal, comme à son habitude, mais s’en sort. Churchill fait le ménage. Ils ne sont plus que quatre avec la petite Lilja dans cet environnement où le biologique et le mécanique s’emmêlent les pinceaux de manière totalement anarchique. Dans un désert rocheux, Verloc se retrouve face à son ex femme et son frère. Lui qui a toujours eu les plus grandes difficultés à communiquer avec ceux qu’il aime, parvient dans cet environnement à faire la lumière sur son passé et sort de son rêve totalement apaisé. Conrad au contraire ne pourra tolérer la réalité qu’il a vue. Des événements terribles se trament en coulisse, Verloc grandit à chaque étape de l’aventure. Aâma a scellé son destin et celui de ses compagnons. Le doute reste entier sur le rôle de la puissante Muy Tang, à l’origine de l’Aâma, elle semble également précipitée dans les bouleversements qui s’annoncent.
Frederik Peeters opère un tournant décisif dans cette saga de science-fiction qui marque déjà le genre en ce début du XXIème siècle. Le lecteur continue d’en prendre plein la figure tant l’auteur joue avec les formes de vie, les décors, les matières, les couleurs et sème continuellement le trouble en manipulant l’espace et le temps. Les personnages se dévoilent, l’intrigue se précise. Le professeur Woland nous est présenté de la manière la plus inattendue qui soit. On perçoit mieux ce que produit l’Aâma sans pour autant encore bien cerner ce que c’est et ses desseins, pourtant des indices sont parsemés ici et là. Le rythme reste soutenu bien que les personnages se laissent aller à leurs contemplations, leurs rêveries et leurs réflexions. Celles-ci sont de moins en moins scientifiques au fur et à mesure qu’ils avancent dans l’environnement de l’Aâma. L’anachronique Verloc, le has been non implanté, le féru de lecture, l’inadapté technologique, semble compétent pour appréhender cet environnement mouvant. Peeters nous dévoile d’autres sphères de l’intrigue. L’amateur de SF reste scotché aux aventures de cet antihéros qui ne peut que faire penser à son prédécesseur, John Difool, parti à la découverte de l’Incal. Mais Verloc est une personnalité autrement plus mature, marqué par une histoire familiale tragique, cyclique, omniprésente et cruciale. Dans se désert des miroirs, il retrouvera sa profondeur et de la perspective à son naufrage.
Aâma réussit le pari de produire une bande dessinée de science-fiction psychologiquement, technologiquement et socialement complète. Indispensable !

Alain Lamourette

Chronique du Tome 2



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*