Accueil » Univers BD Européenne » News BD européenne » Allo ! Bruxelles ? Ici Rawhajpoutalah ! Bulle d’Encre était au Musée Hergé

Allo ! Bruxelles ? Ici Rawhajpoutalah ! Bulle d’Encre était au Musée Hergé

Mille millions de mille sabords ! Une invitation à visiter la nouvelle exposition proposée par le Musée Hergé, ça ne se refuse pas ! Le mercredi 23 octobre 2013, Bulle d’Encre était donc à Louvain-la-Neuve, en Belgique, pour découvrir
« Allo ! Bruxelles ? Ici Rawhajpoutalah » !

Organisée dans le cadre du festival Europalia, elle est centrée sur Hergé et son rapport à l’Inde. On pense alors inévitablement aux Cigares du Pharaon, l’album de la première visite de Tintin en Orient. Plusieurs cases originales et couvertures du Petit Vingtième reviennent sur la genèse de cet album dans les années 30. Il est ensuite redessiné et modernisé dans une version couleur au milieu des années cinquante, dans laquelle Dupont et Dupond, désormais bien connus des lecteurs, ne sont plus les mystérieux X33 et X33 bis.

Quelques années plus tard, dans Tintin au Tibet, les héros de Georges Rémi sont également confrontés à cette culture. Quant à Jo, Zette et Jocko, ils iront également faire un tour en Asie dans La Vallée des Cobras, l’aventure qui permet au lecteur de découvrir l’étonnant maharadja de Gopal ! Tout au long de l’exposition, de superbes agrandissements des dessins d’Hergé viennent éblouir les yeux du visiteur qui découvre la culture indienne à travers l’œuvre du dessinateur. Les thèmes de la spiritualité, des fakirs, et des symboles (ah, le fameux signe de Kih-Oskh !) sont notamment abordés. Parmi les curiosités du parcours, vraiment très plaisant, citons la grande carte d’Orient et l’espace consacré à Tintin aux Indes, ou le Mystère du diamant bleu, pièce de théâtre présentée à Bruxelles en 1941. Elle connaîtra un succès très relatif mais constitue une véritable curiosité pour le tintinophile. Le script original, signé Hergé et Jacques Van Melkebeke, peut être consulté sur place, et les illustrations promotionnelles valent le coup d‘œil ! Signalons également une fresque en relief, du plus bel effet, où les personnages originaux d’Hergé se mêlent à la population de l’Inde. De quoi entretenir la magie de l’œuvre, et notamment des Cigares du Pharaon, qui fera l’objet d’une publication spéciale coéditée par Moulinsart et Casterman, à l’occasion de ses 80 ans courant 2014.

Nous déjeunons ensuite au Petit Vingtième, restaurant reprenant le nom du supplément du Vingtième Siècle, dans lequel ont paru les premières aventures du reporter, à partir de 1929. Non, nous n’avons consommé de « szlaszeck aux champignons » ni-même de verres de « szprädj », et encore moins d’eau minérale, la grande spécialité syldave. Le buffet indien qui nous était proposé était davantage en harmonie avec l’exposition.

Profitant de l’événement, nous avons ensuite pu visiter le Musée dans son ensemble. Entouré de grands arbres « qui incitent à l’imaginaire » selon l’architecte Christian de Portzamparc, il parait de prime abord un peu austère et manque de fantaisie et d’humour, deux qualités que l’on retrouve pourtant avec force dans l’œuvre d’Hergé.
Heureusement, les différentes salles du lieu, qui se visitent sur plusieurs étages, sont bien agencées, et la magie de l’univers du maître de la Ligne Claire pénètre rapidement celui qui ose s’aventurer par là. Le visiteur découvre alors avec émotion quantité de documents rares, avec le sentiment jouissif d’être une petite souris cachée dans la niche de la création. Le tintinophile averti n’apprendra pas grand-chose mais se régalera en contemplant certaines planches originales et autres crayonnés. Le novice et l’amateur curieux, eux, auront toute l’occasion de se familiariser avec les personnages principaux et les différentes périodes artistiques d’Hergé.

Alors que Tintin tient évidemment le rôle principal, les autres héros de l’auteur, notamment Quick et Flupke et Jo, Zette et Jocko, pour ne citer que ses séries les plus emblématiques, ne sont pas en reste. On découvre également tout l’amour d’Hergé pour la publicité et ses réalisations diverses dans ce domaine, surtout au début de sa carrière. Plus tard, les auteurs des Studios Hergé l’aideront pour les décors des albums et les produits dérivés ; citons parmi les plus célèbres Edgar Pierre Jacobs, Jacques Martin et Bob de Moor. Curiosités que nous avons eu l’autorisation de photographier, les reproductions grandeur nature de plusieurs objets bien connus des lecteurs de Tintin sont l’un des clous du Musée. De la boite de crabe (aux pinces d’or) au fétiche arumbaya de L’Oreille cassée, en passant par le sceptre d’Ottokar et le sous-marin du professeur Tournesol, rien ne manque pour s’immerger dans les albums de notre enfance. L’inévitable bouteille de Loch Lomond, le whisky préféré du capitaine Haddock, est également là, tout comme le vinyle de Bianca Castafiore, qu’il se garderait bien d’écouter !

A cette liste non exhaustive s’ajoute le fameux Stratonef H.22, avion qui a fait rêver tous les lecteurs des albums de Jo et Zette, Le Testament de Mr Pump et Destination New-York. Quelques photos et citations d’Hergé lui-même se glissent également, de ci de là, dans les différentes salles. La visite se termine par une pièce lumineuse reprenant à l’infini, via un effet de miroir réussi, les couvertures des albums de Tintin traduites en plusieurs langues.

Nous quittons ensuite le Musée la larme à l’œil, comme Tintin qui s’éloigne sur son bateau à la fin du Lotus Bleu. Les marins d’eau douce que nous sommes avons rendez-vous dès le lendemain avec le festival Quai des Bulles, pour rester dans le ton. Affaire à suivre, tonnerre de Saint-Malo !

Nicolas Raduget et Arnaud Gueury.

Pour tous les visuels : © Hergé/Moulinsart 2013

Photos de l’exposition

Informations pratiques :
Musée Hergé – 26 rue du Labrador – 1348 Louvain-la-Neuve (Belgique)
www.museeherge.com
Ouverture du mardi au vendredi de 10h30 à 17h30 et le week-end de 10h à 18h. Fermeture hebdomadaire le lundi.
L’Exposition se tient jusqu’au 26 janvier 2014.
Plein tarif : 9,50€. Réductions possibles, gratuité en dessous de 7 ans.
Exposition seule : 2€.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*