Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Astérix T35 (Ferri, Conrad, Mébarki & Leroi) – Albert René – 9,90€

Astérix T35 (Ferri, Conrad, Mébarki & Leroi) – Albert René – 9,90€

Parution : 10/2013

C’était incontestablement l’album le plus attendu de l’année dans le monde de la bande dessinée franco-belge et donc, une fois n’est pas coutume, toute la presse en parle ! Comme celui de la potion magique, le secret de la création a été bien gardé, et seules quelques cases ont filtré dans les journaux avant la sortie officielle. Astérix chez les Pictes envoie les héros gaulois sur les terres de « lointaine Calédonie », qui correspondent à l’Ecosse que nous connaissons actuellement. Ils ramènent chez lui Mac Oloch, violemment chassé par un de ses compatriotes puisque arrivé congelé sur la côte gauloise !
Autant dire que Didier Conrad et Jean-Yves Ferri étaient attendus au tournant par des milliers de lecteurs, en étant chargés de réaliser la première aventure du héros qui échappe à ses créateurs. Ont-ils fait aussi bien que leurs glorieux prédécesseurs ? La réponse est indéniablement oui ! L’album est parfaitement, ou farpaitement, c’est selon, dans la lignée de standards de la série. Autrement dit, il n’égale pas les tout-meilleurs, mais il surpasse largement les derniers, aux histoires un peu faibles (voire beaucoup pour certains albums que nous ne nommerons pas, pour éviter que le ciel ne nous tombe sur la tête). Pour sa première au scénario du mythe, Ferri jongle avec les codes qui ont fait le succès de la série et assure le spectacle grâce à de bons jeux de mots et des références écossaises bien trouvées, permettant la traditionnelle double lecture, chère à René Goscinny. Quant à Conrad, qui n’en est pas à sa première immersion dans l’univers graphique d’un autre dessinateur, il bluffe une nouvelle fois par sa capacité à répondre aux attentes. C’est du très bon Astérix, dans les bulles comme dans les cases ! Peu importe les auteurs, pourvu qu’on ait l’ivresse, dira froidement le grand public. Si les prochains crus sont au moins du même tonneau, alors tout ira bien…
Il ne manque qu’un personnage dans ce nouvel album, celui de Repriseréussix ! Bravo Conradéferrix !

Nicolas Raduget

Besoin d’un second avis ?

L’arrivée d’un glaçon et de son personnage-surprise met tout le village gaulois en émoi. Et non pas parce que ce surgelé cache un énième scandale alimentaire ou que le poissonnier le trouve plus frais que ses poissons, mais bien parce qu’il contient un authentique Picte. La gente féminine est vite attirée par ce guerrier musclé et cela suffit à convaincre le village de ramener l’étranger au bercail. Le garçon est quand même pas mal choqué de cette expérience (y’a de quoi) et en a perdu la parole mais, petit à petit, le mystère s’éclaircit : y’a du fourbe derrière, qui plus est associé aux Romains.
Cet album était très attendu : Albert Uderzo a passé le relais au tandem Jean-Yves Ferri et Didier Conrad et ces derniers étaient attendus au tournant. Ils s’en sortent très bien. Conrad a bien su s’adapter au style d’Uderzo, avec parfois un petit retour au naturel (assez visible sur Astérix, beaucoup moins sur les Romains), tandis que Ferri reprend la recette de René Goscinny : des calembours, du comique de situation, des références cachées. Alors certes, Ferri n’atteint pas encore la virtuosité d’un Goscinny et certains dialogues peinent à s’enchaîner tandis que d’autres calembours se sentent à dix milles (approximativement l’équivalent de nos kilomètres), mais il en aurait trop fait que les puristes auraient aussi trouvé à redire.
Le verdict ? Le flambeau a été bien passé, par Buldencrus !

Anthony Roux

Chronique du Tome 34



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*