Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jim – Auteur d’Une Nuit à Rome

Rencontre avec Jim – Auteur d’Une Nuit à Rome

Une Nuit à Rome est l’une des séries à succès du moment, l’occasion était donc belle d’aller à la rencontre de l’auteur. Jim a accepté de participer à une expérience avec Bulle d’Encre : répondre en live, via un site communautaire, aux questions des membres de l’association BDE-Bulle d’Encre.

Chronique du Tome 2

Bulle d’Encre : Bonjour Jim, tout d’abord nous aimerions un peu mieux te connaître. Pourquoi as-tu choisi d’écrire/dessiner sous deux pseudos différents ?
Jim : En réalité, je ne l’ai pas choisi. Mon pseudo, c’est Téhy à la base. J’ai mis trois ans à faire La Teigne, ma première BD. J’ai eu envie de faire une BD d’humour, et vu que j’étais lent, c’était inenvisageable que l’éditeur me laisse faire autre chose. J’ai fait croire que c’était un petit studio de dessin animé (où je bossais en parallèle) qui allait le dessiner, sous le nom de Jim. En fait c’était moi. Et j’ai gardé le pseudo.
Jim = BD contemporaines, vie de tous les jours.
Téhy = BD de type fantastique.

BDE : Quid de tes techniques de travail : tablette graphique ou crayon et papier ?
J : Papier, feutre, scan, puis retouches à la tablette… Je dessine les cases séparément, les décors séparément des personnages, j’assemble le tout numériquement. C’est plus long mais on a moins l’impression de dessiner !

BDE : Quelles sont tes références en BD ?
J : Mes bases, ce qui m’a construit – hormis Tintin, Le Cosmoschtroumpf, Blueberry et Rahan – c’est Christian Godard avec Le Vagabond des limbes. J’ai tout appris en lisant son écriture, c’est la personne qui m’a le plus influencé. Après, dans les auteurs actuels, j’aime Bastien Vivès par exemple, Margaux Motin, Christophe Chabouté… J’aime bien Frédéric Boilet aussi…

BDE : Tu as une production assez conséquente, comment expliques-tu cela ?
J : Oh, c’est simple, plein d’envies d’un côté… Et pas d’autre travail de l’autre. Je ne donne pas de cours, je ne fais pas de pubs, je fais de la BD constamment, simplement…

BDE : Si tu n’avais pas fait de la BD, qu’aurais-tu rêvé de faire comme métier ?
J : Oh, j’aimerais écrire pour le ciné, et réaliser quelques films. J’y travaille, d’ailleurs, mais ça ne vient pas assez vite.

BDE : D’ailleurs, à la fin du second tome d’Une Nuit à Rome, tu parles d’une adaptation cinématographique de la série. Où en le projet ?
J : On y travaille ! Je démarre avec trente secondes de retard car j’avais le réalisateur au téléphone ! C’est Jacques Malaterre qui va le réaliser, et tout se met en place progressivement. C’est le début ! L’écriture est faite, nous avons écrit à deux. Là on a un rendez-vous dans dix jours pour étudier le budget, j’y suis convié car ça aura des implications dans une éventuelle réécriture. Pas d’acteurs en vue encore à ce stade. Mais d’ici trois mois, je pense qu’on en saura plus.

BDE : Comment t’es venue l’idée de créer la série Une Nuit à Rome ?
J : Par un voyage à Rome offert par ma femme pour mes 40 ans. C’est drôle, il y a presque le pitch dans ce cadeau ! De retour de Rome, j’avais envie de dessiner la ville, j’ai fait 10 pages… et j’avais un gros problème, pas de scénario ! Je me suis cassé la tête à chercher pendant des mois… car il n’y a pas à dire : une BD avec un scénario, c’est mieux !

BDE : Tu écris aussi bien pour toi que pour d’autres dessinateurs, est-ce parce que tu penses ne pas avoir le temps de dessiner toutes ces histoires ?
J : Exactement ! Impossible de loger toutes ces histoires dans une seule vie. Et puis ce ne serait pas très marrant de tout faire seul, chez soi. Partager, découvrir des façons de dessiner, c’est super agréable.

BDE : Justement, peux-tu nous parler de tes prochaines parutions en collaboration avec Alex Tefenkgi (Où sont passés les grands jours ?) et Mig (Un petit livre oublié sur un banc) ?
J : Alex a achevé ses pages aujourd’hui ! Grand jour ! C’est une histoire de copains, mais une histoire plus grave que ce que je fais d’habitude. C’est parti de ce moment cruel où on retire le nom d’un ami décédé de sa carte sim. De ce moment cruel, il m’a semblé qu’il y avait à raconter…
Avec Mig, Un petit livre oublié sur un banc est plus une sorte de comédie romantique pour les amoureux du livre. Plus léger, une sorte de jeu de piste autour d’un livre… Des gens qui se parlent a travers un livre, il m’a semblé que c’était un pied de nez amusant au monde tout numérique dans lequel on vit…

BDE : T’inspires-tu d’expériences personnelles pour écrire tes scénarios ?
J : Je ne fais que ça. C’est tout l’intérêt de ce genre d’histoire, je crois. Ouvrir des portes, parler de ce qui me touche, de ce que je vois autour de moi. Certains amis me redoutent d’ailleurs, quoiqu’ils disent dans un repas, ça peut toujours finir dans un de mes scénarios. Sacrée épée de Damoclès !

BDE : Comment choisis-tu les dessinateurs qui ont le privilège de mettre en images tes scénarios ?
J : Oh, je ne suis pas sûr que ce soit toujours un privilège pour eux ! Ce n’est jamais simple de trouver un dessinateur… Parfois on se connait, on en parle, parfois c’est l’éditeur qui propose… Mais j’adorerais que des dessinateurs me réclament des scénarios plus souvent ! J’ai plein de projets en recherche de bons dessinateurs, à la vérité.

BDE : Que ressens-tu quand l’un de tes albums sort ?
J : Ah, c’est curieux la BD. J’ai souvent ressenti un « c’est pas aussi bien que je le rêvais ». Un sentiment assez frustrant. Pas à chaque fois, mais parfois. Là, je commence à être plus en phase, plus content des albums, mais ce n’est pas toujours satisfaisant. Un de mes meilleurs souvenirs a été le jour où j’ai reçu mon grand livre Je ne savais pas quoi t’offrir donc je t’ai pris ça. Il était magnifique ! Une Nuit à Rome T2 m’a rendu assez fier, aussi. Mais j’ai aussi connu de belles déceptions… Se décevoir soi-même, c’est d’ailleurs souvent ça, le pire…

BDE : Surtout qu’Une Nuit à Rome semble rencontrer beaucoup de succès auprès du public et des critiques. Ça doit être assez flatteur de voir son travail ainsi récompensé ?
J : Oui, là je vis ma meilleure période en terme de création. Les gens sont touchés, les critiques sont bonnes… J’apprécie, d’autant plus que c’était vraiment une BD dans laquelle l’investissement perso a été hors norme. Avec des dizaines de pages en plus de ce qui était prévu, des retouches à n’en plus finir… Parfois, tout ce travail n’amène à rien. Là, sentir que les gens sont touchés, c’est d’un coup très gratifiant.

BDE : Le fait de participer à de nombreux festivals n’est-il pas trop contraignant et lassant ou bien le contact de tes lecteurs, même s’ils répètent toujours les mêmes questions et demandent les mêmes dessins, constitue-t-il un enrichissement utile et nécessaire ?
J : Et bien en ce moment, c’est assez dingue : j’adore ça. Je cours beaucoup, ça me pose plein de problèmes de taf – j’aurais dû attaquer une nouvelle BD depuis des mois, et impossible – mais je prend plaisir a rencontrer les gens, ils expriment souvent un tel plaisir après leur lecture que c’est une sorte de drogue… dont je ne peux me passer ! Ah ah ! En fait on n’est jamais saoulé d’entendre les mêmes questions, si ça arrive, car ce sont des personnes différentes…

BDE : Que penses-tu du monde actuel de la BD et de toutes ses nouveautés qui débarquent chaque mois dans les bacs ? Ya-t-il vraiment de la place pour tout le monde? Trop de BD ne va t-il pas tuer la BD ?
J : Eh bien, les auteurs qui pensent qu’il y a trop de nouveautés ne pensent pas que leurs albums font partie du trop, et j’en fais partie… S’il y avait moins d’albums je préférerais, mais j’aime aussi que des éditeurs croient en moi et fassent exister mes albums. Moi, ce qui me tue, c’est que les vieux héros existent toujours. Perso je m’en tape d’un nouvel Astérix, je ne veux pas d’un Blake et Mortimer, d’un nouveau Schtroumpfs, d’un nouveau Boule et Bill et d’une jeunesse de Gaston. Pitié ! Essayons d’inventer, pas de garder en réanimation les BD de nos jeunesses. Comment exister quand les meilleures ventes sont trustées par ces albums-là ? Ces albums sont peut-être bien faits, ils le sont même j’en suis sûr, mais je préférerais voir leurs auteurs sur des choses plus créatives. Donito, que c’était beau !

BDE : Dans le cadre d’une proposition d’une maison d’édition sur un thème historique, quels choix d’époque et de types de personnages choisirais-tu ?
J : Oh, je crois que je me sens tellement imprégné de notre époque, que je ne prendrais plaisir à aucune époque passée… Ou l’avenir, à choisir, mais le passé… Du coup, en personnage… le seul personnage historique qui me parle vraiment, je crois, c’est Rahan… (rires)

BDE : Mis à part les deux projets précédemment cités, en as-tu d’autres sur le feu ?
J : Oui, en fin d’année sortira (dans un an, hein !) une BD avec Lounis Chabane au dessin, dont le titre nous échappe encore… Mais qui, je l’espère, sera un beau projet, chez Grand Angle encore… Et un album humour chez Vents d’Ouest, en mars… Et puis je vais bien finir un jour par attaquer un nouveau projet ! Je veux dire, au dessin et au scénario… Il me tarde… mais il faut que je m’éloigne de mes personnages d’Une Nuit à Rome et, pour l’instant, impossible. Tous les jours quasiment, je dessine Marie et je poste sur le blog d’Une nuit à Rome.

BDE : Pour conclure, tu as réalisé un timbre pour la collection 2014 de l’association BDE-Bulle d’Encre. Qu’est-ce que cela représente pour toi de voir l’un de tes personnages timbré ?
J : Ah ah ! Ça, timbrée, je savais qu’elle l’était déjà. Mais c’est un plaisir, et un honneur, d’avoir un dessin qui va voyager, porter des lettres… J’adore !

BDE : Un grand merci à toi de la part des membres de l’association BDE ayant participé à cette entrevue unique et innovante.
J : Merci à vous ! Je suis honoré d’avoir été le premier interviewé ainsi alors ! C’était un plaisir !

Propos recueillis par Nicolas Vadeau.

Questions proposées par Florence Daubry, Patrick Dussart, Stéphane Girardot et Nicolas Vadeau.

Interview réalisée le 19 novembre 2013.

© Bamboo/Jim
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*