Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Juan Dìaz Canales et Juanjo Guarnido – Auteurs de Blacksad

Rencontre avec Juan Dìaz Canales et Juanjo Guarnido – Auteurs de Blacksad

Le cinquième opus de Blacksad vient de paraître. Les auteurs étaient présents sur Paris cette semaine, nous sommes donc allés à leur rencontre afin de leur poser quelques questions aux côtés des autres médias.

Bulle d’Encre : Bonjour messieurs, dans ce cinquième tome de Blacksad, on sent que le personnage de Blacksad s’efface quelque peu. La Cadillac aurait presque plus d’importance que lui…
Juan Dìaz Canales : Effectivement, les personnages secondaires, et notamment la Cadillac qui est un personnage à part entière dans l’histoire, ont leur importance dans le récit et sont un élément indispensable pour qu’un album soit réussi. Nous n’avons pas le sentiment pour autant que Blacksad soit effacé de ce tome même s’il est vrai que nous nous sommes laissés emporter plus par notre histoire que par notre héros. Au final, c’est toujours bien Blacksad le personnage central de l’histoire mais cela n’empêche pas l’ajout de détails sur sa vie, par exemple l’apparition de sa sœur et de son neveu dans ce volume.

BDE : Quel est votre personnage préféré dans ce cinquième opus ?
JDC : Pour moi, c’est le personnage de Neal, je le voyais comme un « Barney Stinson », mais en hyène.
Juanjo Guarnido : Pour ma part, c’est également Neal qui est mon personnage préféré. J’ai adoré le dessiner, je me suis amusé à rendre drôle une hyène avocate, ce n’est pas un hasard si j’ai représenté la coiffure de Neal au gré de ses humeurs. Je trouvais cela drôle de le rendre ébouriffé quand il s’énervait.

BDE : Vous semblez vous être amusés à utiliser des animaux à contre-emploi. Des références peut-être également ?
JDC : C’est un parti-pris volontaire de notre part, ça me plaisait de les utiliser ainsi, on pense par exemple au flamand rose flippant ou un koala méchant.
JG : J’ai vu les propositions de Juan comme un défi car ça l’était. Retranscrire les émotions que souhaitait transmettre Juan aux personnages n’était pas simple, au point que j’ai craint à certains moments de perdre le lecteur. J’ai trouvé également drôle d’avoir une meute de moutons dans le récit. Cela permettait de faire un clin d’œil à une histoire courte de Blacksad où notre personnage croisait une autre meute de bikers mais des loups cette fois-ci. Le chef des Bikers appellent Blacksad « Clarence », c’est une référence à La Vie est belle de Frank Capra.
Quant aux références, la scène page 29 où le clown Elmore balaye la lumière est un hommage direct à Emmett Kelly qui a inventé ce sketch du clown triste avec la lumière. C’était l’occasion de mettre en lumière cet artiste, pas assez connu à mon goût, et du film Sous le plus grand chapiteau du monde dont je me suis beaucoup inspiré pour le visuel du cirque.

BDE : La série se passe-t-elle à une période précise ? En effet, aucune date n’est donnée dans la série.
JDC : Il n’y a pas de date précise effectivement même si nos références visuelles sont basées sur l’Amérique de la première moitié des années 50. Nous souhaitons garder des libertés, ce qui n’aurait pas été possible si nous avions choisi de dater le récit.
JG : Je peux tout de même vous révéler que la Cadillac est un modèle de 1954… (rires).

BDE : Les personnages des deux agents du FBI sont pour vous l’occasion de vous lâcher, il semble y avoir une véritable influence cartoonesque ? On pense par exemple à la course poursuite entre eux et Blacksad ?
JG : Tout à fait, j’ai beaucoup ri en dessinant ces planches, j’ai pu me lâcher un peu alors qu’habituellement il ne m’est pas possible de donner ce genre d’expression au personnage de Blacksad. C’était donc en quelque sorte une récréation pour moi.

BDE : Les motards qui interviennent au début du récit sont-ils inspirés d’Easy Rider ?
JG : Cela aurait pu être le cas mais non, cela colle à la temporalité de la BD. Nous nous sommes plutôt inspirés du film L’Équipée sauvage qui correspondait au début des blousons en cuir noir. D’ailleurs, mis à part cette référence, nous avons trouvé ce film très moyen.

BDE : Le cycle des couleurs des couvertures est-il terminé ?
JG : Oui, ça l’est. Après le noir et blanc, puis les 3 couleurs primaires (rouge, bleu et jaune), je souhaite faire autre chose pour ma prochaine couverture mais je ne sais pas encore quoi.

BDE : Allez-vous continuer à réaliser vos albums sur le même principe « une ville, une couleur, une musique » ?
JDC : Ce que nous souhaitons avant tout, c’est nous concentrer sur l’histoire, c’est l’une des raisons pour lesquels la suite des aventures de Blacksad ne sera pas un one-shot mais un diptyque. Cela va nous permettre d’approfondir encore plus les choses. La musique sera malgré tout toujours présente car nous savons que cela plaît à nos lecteurs alors pourquoi les en priver ?

BDE : Votre façon de travailler ensemble a-t-elle évolué depuis le début de la série ?
JDC : La répartition des tâches n’a pas vraiment changé depuis le premier volume, les choses sont justes plus faciles grâce aux nouvelles technologies, et plus fluide avec l’habitude. Mon mode de travail est toujours le même, je débute par un brouillon scénaristique qui sert de point de départ pour notre travail, ensuite chacun enrichit de ce que propose l’autre au fur et à mesure des échanges.
JG : Cela est vraiment très intéressant comme façon de travailler. Cela permet de faire évoluer le récit de manière positive. Par exemple, la scène de flashback dans le premier tome, où Natalia danse observée par Blacksad, est passée de deux à trois pages parce que je sentais qu’il fallait y donner plus d’impact.

BDE : Êtes-vous satisfait des ventes de votre série en France mais également en Espagne ? Et qu’en est-il de la possible édition de la série aux Etats-Unis ?
JG : Blacksad est clairement un succès en France, les ventes sont très satisfaisantes. Le tome 5 a été tiré à 200 000 exemplaires et prouve que le public est nombreux à attendre la suite des aventures de notre personnage. Il faut savoir que Blacksad est écrit en espagnol, même si l’éditeur principal est français. La BD n’a pas autant de succès en Espagne qu’en France, malgré tout les ventes sont correctes pour ce type de format. Pour l’édition américaine, les négociations avec l’éditeur Black Horse ont été très très compliquées, cet éditeur insistait pour faire un format beaucoup plus petit que le franco-belge. Finalement un compromis a été trouvé mais il devait y avoir beaucoup plus de pages pour sortir un album à couverture cartonné. C’est pourquoi les tomes 1, 2 et 3 sont sortis ensemble, et que l’album 4 est sorti avec les aquarelles en supplément. Ils réfléchissent encore à ce qu’ils feront pour le tome 5.

BDE : Un grand merci à vous !!!

Propos recueillis par Kevin Fischer.

Interview réalisée le 19 novembre 2013.

© Dargaud/Dìaz Canales/Guarnido
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*