Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Les Enfants de Sitting Bull (Baudoin) – Gallimard – 17€

Les Enfants de Sitting Bull (Baudoin) – Gallimard – 17€

Parution : 10/2013

Félix Baudoin naquit en 1863 sous le règne de Napoléon III. Il mourut quand Edmond avait 17 ans. L’enfance de ce dernier fut profondément marquée par les récits héroïques du grand-père aux Amériques. A 12 ans, Félix devient mitron dans une boulangerie. Il passe son temps, entre deux livraisons, à admirer les silhouettes majestueuses et élancées des conquérants des mers. Tant et si bien qu’il finit par embarquer en qualité de mousse. De la Mer Rouge aux mers de Chine, il en a vécu, des aventures. Léger et agile, il travaille dans les voiles. Sur un baleinier, il est vigie. Il vit deux naufrages dont un, au sud de San Francisco, est décisif. Le jeune garçon aperçoit, en haut de la falaise surplombant la plage, la silhouette d’un Indien sur son cheval. Félix est chercheur d’or un temps. C’est dans les plaines que son destin croise celui de William Cody, alias Buffalo Bill. Ils chassent le bison ensemble, pour ravitailler les ouvriers des chemins de fer ou pour affamer les Indiens. Ensemble, il assistent à la reddition du chef sioux Sitting Bull après la bataille de Little Bighorn. Félix entre dans l’Histoire des Etats-Unis. Et quoi qu’il ait pu faire ou raconter, il a transmis à ses enfants une amitié sincère pour les enfants de Sitting Bull.
Après avoir raconté l’histoire de son frère Piero et celle de son autre grand-père, John Carney (Couma Aco chez L’Association), Edmond Baudoin nous conte l’histoire de Félix. Il raconte comme son père, Jean, lui a raconté, ou peut-être comme son imagination d’enfant a su l’entendre, une histoire de cow-boys et d’Indiens qui étaient, petit déjà, ses préférés. Car à travers le récit familial, l’auteur revient sur les heures macabres de la conquête de l’Ouest. Il déconstruit le mythe de Buffalo Bill et témoigne d’une admiration particulière pour Sitting Bull et la culture amérindienne. Lors d’un voyage, il a d’ailleurs découvert par lui-même cette culture que portent fièrement les enfants de Sitting Bull. Il dit leur souffrance d’être arrachés à leurs parents et mis en pensionnat pour qu’ils ne puissent plus être en contact avec leur passé. Il dit aussi les souffrances et les atrocités qu’ils ont subit. Il dit pourtant que la culture amérindienne, bien que réduite, existe encore. Il imagine même une bande dessinée réalisée par un auteur indien ou inuit, ce qui n’existe pas. Alors Baudoin, avec son accent méridional et son dessin si particulier, son sens de la couleur et de la composition, illustre des poèmes de Doreen Stevens. Il s’engage un peu, un peu trop, puis recule. Il laisse malgré tout en fin d’album sept planches d’un western où les Indiens sont les gentils et gagnent à la fin. Un rêve.
Cette combinaison de récit familial et d’informations historiques, que l’auteur affectionne, permet à cette partie de l’histoire du continent américain d’être incarnée. Si tous les livres d’école pouvaient en faire autant…

Alain Lamourette

8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*