Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » The end of the fucking world – (Forsman) – L’employé du moi – 14€50

The end of the fucking world – (Forsman) – L’employé du moi – 14€50

Parution : 10/2013

The end of the fucking World
Depuis tout petit, James est à part. Imperméable à l’humour des adultes, sadique, il se sent tout puissant et donne la mort à tout un tas de petits animaux. Puis, à 15 ans, il met sa main dans le broyeur de la cuisine et y laissera deux doigts sans ciller. A 17 ans, il s’enfuit de chez lui avec Alyssa, sa petite amie. Elle aime James. Sa présence la rassure, peut être parce qu’il garde un calme imperturbable en toute situation. James, ne sait pas très bien quoi penser de cette relation. Il ne sait pas vraiment comment s’ouvrir à la jeune fille tout en étant sujet à des pulsions morbides. Leur relation va se consolider dans la fuite. Le refus des adultes va les emmener loin de chez eux et construire un parcours identitaire marginale, sans repères ni limites. Sujets aux questionnements existentielles stériles d’une adolescence hors sol, les deux jeunes gens ne peuvent pas préserver cet espace de liberté des agressions extérieurs et des contingences matérielles. De mauvaises rencontres en mauvaises décisions, les moments de tranquillité ne sont qu’interludes dans la traque invisible que mène la société et quelques membres d’une secte sataniste aussi.
L’auteur Américain Charles Forman signe ce petit album cartonné d’une intensité psychologique très puissante. Cette volonté de montrer la profondeur de l’abîme, d’appuyer le côté malsain des situations, de confondre complètement ses personnages s’appuie sur un graphisme épuré, des représentations explicites et des dialogues cinglants et crus. Le récit se tend tout au long de cet album dont on peut sentir la portée tragique sans toutefois pouvoir en prédire le dénouement. Le basculement s’opère quand les personnages sont rattrapés par le monde extérieur, quand l’introspection s’estompe et qu’il n’est finalement plus question de vivre mais de survivre. L’histoire d’amour, unilatérale, n’est qu’un moyen d’atteindre ce but. Pourtant, les liens entre James et Alyssa ne sont pas si simples et le jeune homme, avec la peur, va éprouver sa capacité à ressentir des émotions. Le lecteur attentif aux éditions de bandes dessinées indépendantes a pu découvrir quelques planches dans le tome 2 du fanzine « Magasin Général » de Vide Cocagne. Si cet avant goût l’a mis en appétit, il trouvera, dans l’intégralité du récit, de quoi se sustenter.
Un album sans détour qui dépeint la quête initiatique de deux jeunes paumés aux Etats-Unis.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*