Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » L’astragale (Pandolfo, Risbjerg) – Sarbacane – 24€

L’astragale (Pandolfo, Risbjerg) – Sarbacane – 24€

Parution : 10/2013

BD-LAstragale

Fuir. Cette pensée obsède la jeune Anne. Détenue à la prison école de Doullens, elle saute du haut mur d’enceinte. Sa chute se termine quelques mètres plus bas dans un bruit de fracture sans appel. Le talus, plus familièrement nommé Astragale est cassé. Cet os qui transmet l’ensemble du poids du corps, fait atrocement souffrir la jeune fille qui, après avoir retrouvé ces esprits se traîne jusqu’à la route. Un routier s’arrête. Il estime la situation. A 20 ans, elle est mineure et l’homme comprend vite ce qu’il se passe. Il ne veut pas se mouiller et arrête une voiture. Un beau jeune homme blond, Julien, apparaît dans la nuit. Il installe Anne dans le bois sombre et froid qui dentelle le bord de la route. Plus tard il l’emmène en moto et l’installe chez sa mère. Encore hanté par sa passion pour Rolande, une co détenue, Anne s’abandonne au mystérieux Julien. Un malfrat qui est recherché par les forces de l’ordre, sans cesse contraint de se cacher, de fuir, de multiplier les vies. Jamais à court d’argent, le jeune homme va brinquebaler Anne de planque en planque le temps d’une convalescence longue et pénible. Ils ne se poseront aucune question l’un à l’autre, même quand elle sent les ombres d’ autres femmes planer sur son bien aimé. Même quand, pour ne plus être une charge pour Julien, la jeune fille reprend le tapin. Elle y rencontrera le brave Jean, un client pour lequel elle nourrit une tendresse sincère. Elle aime se lover au creux de la sécurité de cette vie bien rangée. Mais le vent impétueux et libre qui l’étreint la ramène sans cesse au généreux et désinvolte Julien. Ensemble ils dessinent une histoire d’amour à la marge et en pointillée.
Anne Caroline Pandolfo et Terkel Risbjerg signent cette adaptation du roman éponyme et autobiographique d’Albertine Sarrazin. L’éditeur Jean Jacques Pauvert adresse, en préface, une lettre à cette auteur écorchée vive. Pauvert, le premier à avoir l’outrecuidance d’éditer Sade en 1947. Pauvert, proche d’André Breton et du surréalisme. L’éditeur rend un hommage vibrant à l’écrivaine, morte à 29 ans, après avoir publié chez lui, l’Astragale, La Cavale et La traversière. Un éditeur en prise direct avec le monde littéraire des années 50. Une belle ouverture à cet album en noir et blanc qui nous raconte une jeunesse désabusée, précocement victime des abus des adultes qui s’affranchit de ce carcan dans la recherche d’une absolue liberté. Car derrière le voile de la délinquance, c’est cette incroyable puissance de vie qui anime les personnages que transcendent les auteurs. Le dessin et les cadrages, tantôts serrés et très fournis, tantôt ouvert et épurés, rendent aussi bien les sensations d’emprisonnements, d’étouffements, de contritions ; que les respirations, les moments de liberté, d’épanouissements. Ces derniers sont associés à Julien et c’est en cela qu’on comprend la sincérité du lien qui uni ce couple laconique et libertaire.
Un bien bel hommage à une oeuvre littéraire qui ne souffre aucune remise en question de qualité, ni de crédibilité.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*