Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Les Pieds-Noirs à la Mer (Neidhardt) – Marabout – 13€50

Les Pieds-Noirs à la Mer (Neidhardt) – Marabout – 13€50

Parution : 11/2013

pieds-noirs

Résumé
II est des secrets de familles lourds comme des monuments aux morts. Pour Daniel, c’est compliqué. Le jeune homme quitte le Besançon parental sur un coup de tête et rejoint ses Grands Parents à Marseille. Bien que ceux-ci le voient encore comme un gamin, cela n’agace pas le jeune homme qui leur voue une tendresse indéfectible. Pourtant avec eux, rien n’est simple non plus. Sa grand-mère Juive et son grand père dentiste à la retraite ont été rapatriés en France en 62 comme l’ensemble des « Pieds-noirs ».
« La valise ou le cercueil ». Effrayés par les atrocités d’une guerre fratricide, ils ont choisit le retour. Le comité d’accueil a sorti les banderoles: « Les pieds-noirs à la mer ». Alors, pas une heure ne passe sans qu’une réflexion sur les Arabes ne vienne fleurir dans leur bouche. Y compris dans celle de la vieille femme au côté de quelques mots d’un Arabe maternel. Mais « Rhlass », la page est tournée. Dans la cité phocéenne des années 80, solaire et cosmopolite en pleine période de « La marche des beurs », Daniel va remuer les certitudes et les convictions de chacun : de l’oncle fortuné ancien militant de l’OAS, au cousin fiancé a une jeune Kabyle…

Notre avis
Comment raconter une partie trouble de l’histoire de la colonisation Française en 112 pages? Fred Neidhardt apporte la réponse a travers les quelques jours de Daniel dans sa propre famille. Ce personnage naïf désarme par sa candeur, son humour « pince sans rire » et sa truculente manie de mettre les pieds dans le plat. L’auteur, rompu aux supercheries et récits comiques, trouve ici la formule d’un album grave et très drôle. Il manie avec finesse les ressors d’une narration vive mais sans se départir de sa trame: les Pieds-noirs, leur retour en France et ce que certains sont devenus 20 ans après. « Les années 80 et l’illusion du creuset fraternel » comme le souligne Joan Sfar en préface. Egalement proche – entre autres- de Lewis Trondheim et de Riad Sattouf – qui l’a fait jouer dans ses deux films – Fred Neidhardt s’inscrit pleinement dans cette bande dessinée consciente qui sait rire de tout, sans complexe.

En deux mots
Un point de vue ironique et historique qui se lit d’une traite avec délectation.

Alain Lamourette

Page Marabout de l’album



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*