Accueil » Univers BD Européenne » Chroniques BD européenne » Goblin’s T7 (Roulot, Martinage, Esteban) – Soleil – 10,50€

Goblin’s T7 (Roulot, Martinage, Esteban) – Soleil – 10,50€

Goblins_Couv_Tome7_couleur_maquettée_apercu web(finito ok B)

Parution: 01/2014

Résumé
Toujours d’attaque pour se prendre une bonne tôlée, les goblins  sont de retour et essaient toujours désespérément de faire leurs preuves, pour enfin être reconnus par tous comme une réelle menace contre les forces du bien. Question de fierté ! Évidement, le sort ne leur fait toujours pas de cadeau dans cette quête périlleuse, et ils n’ont pas fini de repeindre les décors d’hémoglobine pour notre plus grand plaisir. Mais alors qu’ils tentent encore de franchir le premier barreau de l’échelle alimentaire, une menace bien plus grande s’abat sur le monde. Devenus seuls face à une horde de zombies levée en masse, les goblins vont devoir se serrer les coudes, dans un scénario faisant appel à de nombreuses références, pour élucider le mystère des morts et vifs… et, encore une fois, tenter de sauver leur peau…

Notre avis
C’est toujours avec le même entrain que Corentin Martinage et Tristan Roulot viennent nous souhaiter la bonne année, comme chaque année, avec les nouvelles aventures des goblins. Jamais à court d’idées, ils viennent encore une fois raviver notre bonne humeur et notre riromètre avec un assortiment de gags des plus burlesques. Bien que ce tome-là paraisse légèrement plus court que les autres, vous aurez plaisir à suivre le long périple des goblins, faisant face aux hordes de zombies dans la petite histoire en fin d’album, pas si petite que ça finalement… Graphiquement rien ne change, hormis peut être un coup de crayon qui a évolué avec le temps, donnant au goblins des traits plus enfantins et moins méchants, ce qui a pour effet, il semblerait, de les rendre encore plus drôles et touchants qu’avant. Cet album Goblin’s est donc, comme toujours, une réussite.

En deux mots
Même si ils n’ont jamais mis les pieds sur un podium, les goblins peuvent revendiquer ouvertement leur titre de “sales gosses de l’héroic fantasy” qui colle si bien à leur peau verte.
Pourvu que ça dure !

Johan Berges

Chronique du Tome 6

Lien vers la page éditeur de l’album



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*