Accueil » Univers Comics » Interviews Comics » Rencontre avec Danny Rhodes – Dessinateur du Garde Républicain

Rencontre avec Danny Rhodes – Dessinateur du Garde Républicain

danny_rhodes

Bulle d’Encre : Salut Danny ! Tu es actuellement graphiste dans une web agency…
Peux-tu nous expliquer un peu ton parcours, et ce qui t’a permis d’être l’un des dessinateurs de Thierry Mornet alias Terry Stillborn ?

Danny Rhodes Working

Danny Rhodes : J’ai été attiré par la bande-dessinée depuis tout jeune. Je passais la plupart de mon temps à dessiner, à reproduire les différents personnages dont je pouvais lire les aventures : de Corto Maltèse à Tintin, en passant par Astérix. A cette époque, mes lectures se tournaient plus vers la bande-dessinée franco-belge, que vers les super-héros américains, et c’est mon père qui va m’aider, indirectement, à faire la transition. Il avait été, lui-même, bercé par des séries de comics « européens », comme « Blek le Roc », « Zembla », « Captain Swing » et également par des magazines comme « Strange » qui narraient les aventures de super-héros comme les X-Men, Spiderman, Daredevil, le Silver Surfer et d’autres. C’est certainement en évoquant ces aventures qui avaient accompagné son enfance voire même son adolescence, qu’une petite flamme s’est allumée quelque part en moi, et qui a timidement brûlé jusqu’à aujourd’hui où je travaille sur mon premier véritable projet.

Avant tout ça, toujours poussé, aidé par mon père qui voulait absolument que je réalise une BD, vers l’âge de 12 ans, j’ai commencé à créer divers personnages, dont les aventures sont toujours restées inachevées. L’un de ces personnages, qui m’avait d’ailleurs été soufflé par mon père, était un trappeur qui s’appelait Lewis Dolson. Avec le recul, et je ne pense pas que ce soit simplement dû au hasard, il me rappelle beaucoup, dans sa fonction et dans son style graphique, ce personnage de Blek le Roc dont mon père était fan.

daredevil sketch

Mon vrai contact avec le comics « américain » avec son lot de super-héros, ce moment où je me suis vraiment attaché à des personnages de cet univers, est arrivé un peu plus tard alors que j’étais au lycée. J’ai commencé à acheter des comics, dans le désordre. Peu m’importait le personnage, c’était le dessin qui comptait au départ, le style.
À cette époque, je recherchais ce genre de support pour pouvoir m’inspirer de telle ou telle position, de tel ou tel style. Je me rappelle que, à ce moment là, je ne lisais quasiment jamais les exemplaires que j’achetais, ils me servaient surtout de support pour dessiner. En gros, je me formais en puisant chez ces dessinateurs qui restent des exemples aujourd’hui, des artistes comme Jim Lee, Joe Quesada ou Mark Bagley. D’autres se sont ajoutés à la liste un peu plus tard, comme Olivier Coipel, ou Tony Moore et Charlie Adlard, tous les deux sur la série « Walking Dead ».

Après ça, j’ai commencé à lire les comics qui remplissaient mes étagères, et j’ai découvert plus en profondeur ces personnages que je ne connaissais que superficiellement finalement.
Certains m’ont plus touché que d’autres, et je me suis vite rendu compte que j’étais bien plus attiré par les « Super-héros » vulnérables, réellement humains comme peuvent l’être Batman, Daredevil ou même Rorschach (Watchmen), des héros avec des faiblesses, des héros torturés, ce qui, pour moi, leur donne une dimension plus importante, et permet que l’on puisse s’identifier à eux d’une certaine manière, c’est peut-être pour ça que je me sens plus proche d’un Bruce Wayne que d’un Peter Parker!

Jusque là, je n’avais jamais vraiment franchi le pas de me poser devant mon bureau, devant ma feuille, avec mon crayon et de me dire « bon, je vais créer un personnage, un univers et je vais les faire vivre ». J’avais ce problème à ce moment là, d’être vraiment bloqué par un perfectionnisme poussé à l’extrême qui me faisait abandonner bon nombre de dessins en cours, pour le seul prétexte que mes crayonnés étaient trop brouillons, que je gommais trop et que mon travail ne me semblait pas assez propre.

WIP archives tome1

Il me fallait trouver un moyen de combattre ça, et c’est en mars 2013 que j’ai trouvé la solution. Je me suis équipé d’une Cintiq, un écran tactile sur lequel je dessine directement avec un stylet, et là ça a été une renaissance, il était possible pour moi de dessiner « propre » sans froisser mon papier, sans mettre des bouts de gomme de partout (rire!).
C’est à ce moment là qu’est né mon premier projet personnel nommé « Archives », sur lequel je travaillais avec un ami qui a pour l’occasion endossé le rôle de co-scénariste, projet que nous avons mis en « stand bye » aujourd’hui pour les raisons qui suivent.

En Août 2013, alors que je passais un peu de temps à lire différentes actualités Comics, je suis tombé sur un personnage qui m’a interpelé. Il s’appelait « Le Garde Républicain » (créé par Terry Stilborn) et je n’imaginais alors pas du tout que nous puissions, moi et ce personnage de fiction, devenir « intimes » un jour (rire!).
J’ai alors entrepris de me renseigner un peu plus sur cette série et son personnage. Au détour de la page facebook consacrée à ce « super-héro frenchy », j’ai pu prendre réellement connaissance de l’univers de ce personnage. J’ai alors contacté l’administrateur de cette page, cherchant à me procurer le premier numéro de cette série et une planche originale également.
C’est un certain Thierry Mornet (Responsable de la sélection Comics chez Delcourt) qui m’a alors répondu. À ce moment là, je suis très loin de me douter que Thierry Mornet et Terry Stillborn ne sont qu’une seule et même personne…Je ne sais pas si j’ai le droit de le dire ça, c’est comme divulguer l’identité secrète d’un super-héros (rire!).
Quelques jours plus tard, premier numéro du Garde Républicain en mains, j’ai commencé à en faire quelques portraits en essayant de ne pas me restreindre à simplement copier un personnage existant, mais en lui donnant d’emblée un « nouveau look », rien de révolutionnaire, mais quelques détails qui me donnaient l’illusion de m’approprier un peu le personnage.

fanart

Quelques croquis postés sur Facebook plus tard, je reçois un message de Terry allant droit au but : « Tu as l’air de bien t’amuser avec le perso du Garde. Et ton trait est vraiment cool, clean, assuré et moderne. Serais-tu intéressé pour que nous collaborions ensemble sur un épisode du Garde? »
La proposition était aussi intéressante qu’inattendue, mais il est vrai que je me sentais déjà à l’aise avec ce personnage, et que je n’avais vraiment pas d’autre choix que de sauter sur l’occasion de lui donner vie à l’occasion de cet épisode.

BDE : Le Garde Républicain n’est pas un super-héros lié à une seule personne mais il est incarné par plusieurs personnages, à différentes époques. Peux-tu présenter la série aux lecteurs qui ne connaissent pas encore…et nous dire quelle période tu couvres ?

Le Garde Républicain

DR : Créée par Terry Stillborn, cette série a pour concept de faire du Garde Républicain non pas un super-héros identifié sur une seule vie. Il y a en fait plusieurs générations de Gardes, ce qui permet d’avoir des récits à des époques différentes, dans des styles différents, et ce qui justifie quasiment, l’intervention de plusieurs dessinateurs pour une seule et même série centrée sur un protagoniste qui est plus un symbole qu’un simple héros. De plus, le garde Républicain est un personnage humain, il ne possède pas de super-pouvoir, mais reste un Homme courageux qui n’en est pas moins vulnérable, jouissant d’une technologie de pointe lui permettant d’agir en tant que véritable Chevalier des temps modernes.

Aujourd’hui, je travaille à la réalisation d’un épisode de 24 pages, « Héros », qui paraîtra cette année aux côtés d’autres récits autour du même personnage, dont un de Jean-Yves Mitton, qui a fait les grandes heures du comics en France, ainsi que Chris Hénin qui réalise, lui, son second épisode du Garde, ou Elsa Charretier qui collabore avec Pierrick Collinet au scénario, sur leur propre épisode du Garde. On peut également retrouver le Garde Républicain, depuis février, dans un épisode de 48 pages, « Les Partisans », dessiné par Mario Guevara et écrit par Jean-Marc Lofficier et Roy Thomas (auteur entre autres de Avengers, Daredevil, Iron Man, mais également ancien éditeur chez Marvel aux côtés de Stan Lee) !

Mon épisode, lui, écrit par Terry, se déroulera dans un environnement contemporain, un background dans lequel je me sens à l’aise pour faire évoluer ce personnage dans lequel j’essaie de projeter quelques facettes de ma personnalité.

BDE : Tu as reçu le script fin 2013…Peux-tu nous expliquer comment tu procèdes ? Comment passes-tu de quelques lignes de script à une page bonne pour l’impression…

1502270_453244854777777_1588844762_o

DR : Tout d’abord, un élément qui m’a réellement attiré et qui facilite grandement le travail, est le fait que, en réel amoureux du comics, Terry à d’emblée établi les bases de la collaboration, et ce qui était important pour lui, c’était le fait que le dessinateur, moi en l’occurrence, puisse jouir d’une liberté d’expression quasi totale dans le processus créatif graphique. De plus, il tenait également à ce que le récit me corresponde, pour que je puisse être à l’aise dans la création. Il m’a alors demandé de lui proposer un ambiance, un contexte pour ce récit, qui me permettrait de m’épanouir et de donner le meilleurs de moi dans la conception de cet épisode.

storyboard

En ce qui concerne le travail en lui-même sur le projet, après que j’ai lu le script, Terry a encore une fois su être très à l’écoute. Nous avons un peu discuté ensemble du récit, évoqué quelques modifications pour que l’histoire sache nous satisfaire tout les deux et il a su me proposer une alternative efficace et motivante !
S’en est suivi un gros travail de découpage pour mettre en place la narration complète de l’épisode, toujours en collaboration complète, Terry me donnant ses corrections et ses propositions.
Il a ce regard important d’éditeur. Il est parfaitement compétant dans ce domaine, et sait complètement guider les choses lorsque c’est nécessaire, tout en n’agissant jamais de façon intrusive dans mon processus créatif.
Honnêtement, sur ce projet, c’est lui le Patron, mais il sait nous accorder la place que l’on mérite, et je dois bien l’avouer, sentir cette confiance qu’il place en moi, ça me motive, et ça me donne cette réelle envie de faire honneur à son personnage !

La collaboration se fait donc de façon assez fluide sous forme de propositions, de questions, de conseils, de soutien et de réassurance. Je n’aurai pas pu rêver de meilleures conditions pour un premier « vrai » projet ! C’est un vrai plaisir de travailler sur un tel « chantier », avec un collaborateur comme Terry, soucieux du bien-être de l’artiste pour que le résultat final puisse savoir satisfaire tout le monde, que ce soit nous, les auteurs, mais surtout les lecteurs !

BDE : Tu étais présent à Paris Manga aux coté de Thierry et des autres dessinateurs du Garde Républicain. Comment s’est passé ce week-end face aux nombreux « fans » ?

danny_rhodes-parisManga2014

DR : C’était top ! Une vraie bonne nouvelle expérience, de nouvelles rencontres ! J’ai pu apprendre à connaître un peu toute l’équipe qui gravite autour du projet du Garde Républicain, une équipe jeune et dynamique, pleine de talents et j’ai pu rencontrer d’autres artistes vraiment intéressants comme Mauricet (Le Profs, Boulard), Julien Hugonnard-Bert (Doctor Strange, Ghost Rider, Iron Man, the Avengers, The Silver Surfer…) ou Sabine Rich.

Ça a été également pour moi l’occasion de réaliser mes premières dédicaces avec un peu d’appréhension au départ, travaillant d’habitude exclusivement sur tablette graphique, mais mon trait s’est rapidement affirmé, et je regrette même de ne pas avoir immortalisé quelques uns de mes croquis qui ont su me satisfaire pleinement. Ce fut une expérience réellement enrichissante, je me suis senti un peu en famille au côté de Elsa, Pierrick, Chris et bien entendu Terry.

Je ne regrette ni d’avoir fait 800 km pour les y rencontrer, ni de m’être carrément incrusté à leurs côté durant ces 2 jours (rire!)

BDE : Est-ce qu’un comics à la française a des contraintes particulières par rapport au processus de création des comics US (délai, réalisation,…) ?

Le Garde Républicain

DR : Avec cette série du Garde Républicain, qui reste aujourd’hui un projet auto-édité par Thierry, nous ne sommes pas réellement soumis aux règles d’une production classique de comics. La majorité des artistes/auteurs de ce projet, et moi le premier, ont également un « vrai » job dans la vraie vie (rire!), Ce qui allonge un peu les délais de production. Il faut savoir consacrer son temps libre au Garde Républicain qui jouit pour le coup d’un véritable « forfait Soir et Week-end » (rire!). Le but principal est de fournir un travail qui sache satisfaire tout le monde et sur lequel nous aurons pu prendre un vrai plaisir !

BDE : Merci Danny ! A bientôt !

Propos recueillis par Delphine Jaccone

Interview réalisée le 11 février 2014.

Quelques WIP de Danny

WIP1 WIP2 WIP3

Pour suivre les WIP de Danny et des autres dessinateurs, n’hésitez pas à les rejoindre leurs pages Facebook :
http://www.facebook.com/TheArtOfDannyRhodes
http://www.facebook.com/LeGardeRepublicain

Le Garde Républicain ™ & © 2014 Mosaic Multimedia / Thierry Mornet – Tous droits réservés.
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*