Accueil » Autour de la BD » Livres » [roman] Grandclapier, un roman de l’ancien temps par Joan Sfar

[roman] Grandclapier, un roman de l’ancien temps par Joan Sfar

CVT_Lancien-temps-Grandclapier_2038

Parution : 02/2014
Genre : Roman pour ados
Editions : Gallimard Jeunesse

Résumé
Un Ogre qui se refuse à sa race. Un barbare qui forge son destin dans le sang sans vraiment pouvoir y échapper. Un Sourcier qui cherche à s’aguerrir par amour. Une jeune femme Renard aux yeux vairons fugace. Et un gros méchant balafré stupide de méchanceté mais qui fait très, très peur.

Notre avis
Avec un sens ironique du paradoxe, Joan Sfar signe ce roman de l’ancien temps et s’amuse de la complexité naturelle de ses personnages. Car l’Heroic Fantasy est un genre qui exploite des caractéristiques définies de longue date et qui ne bouge qu’à de rares exceptions. Comme à son habitude, l’auteur brouille les pistes et rend ses personnages terriblement attachants, tant leurs défauts nous semblent familiers. Loin des lieux communs qui consisteraient à inverser la tendance manichéenne et à vouloir nous rendre les méchants gentils et vice-versa ; Sfar grossit le trait: le Balafré est un pourri de la pire espèce, l’Ogre est un goinfre qui mate la princesse en nourrissant des pensées honteuses, le Barbare se repaît de sang et de violence… Mais il construit habillement les contradictions de ses personnages. Faisant fi de toute dualité, il les rend terriblement humains.

Ils se croisent, s’affrontent, se télescopent, s’embrassent – surtout les gros durs que l’auteur aime à voir pleurer en chœur dans de grandes accolades viriles- et tombent amoureux de manière unilatérale (un parti pris récurent). Le Royaume de Nissa est un lieu qui s’y prête à merveille. Loin des Royaumes imaginaires et des mondes inventés de toute pièce, Joan Sfar masque à peine les références à sa ville natale de la côte d’Azur. De même, il invente des mots loufoques par le truchement de terminologies patoisantes du nissart.

Une des récurrence de l’oeuvre de Joan Sfar est de donner du sens aux événements tout au long des aventures. Aussi, les lecteurs qui chercheraient une révélation finale pourraient être déçus car deux tomes sont prévus pour faire suite à celui-ci. Le procédé narratif utilisé, en chapitres courts indépendants mais solidaires, rend la lecture de Granclapier vive et accessible. Celui-ci pourrait s’apparenter à son travail en bande dessinée où chaque case porte une émotion ou une clef de lecture à des degrés diverses. C’est sans doute pour cela que le livre est répertorié en littérature Jeunesse, malgré des scènes qui pourraient heurter des âmes pudibondes. Il n’en reste pas moins un livre qui se lit facilement, empreint d’un fond de philosophie subversive et de réflexion sur la religion, sur le pouvoir, la violence, l’amour et le sens de la vie. Un conte comme Sfar aime à les raconter, simplement, sans ambages avec cette exigence qui le caractérise.

En deux mots
Une histoire de monstres, d’humains souvent les deux mélangés. Un refuge à l’horreur sordide du matérialisme morbide de nos sociétés modernes.

Alain Lamourette



8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*