Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Le Fab – auteur de Stimpop

Rencontre avec Le Fab – auteur de Stimpop

STIMPOP 01
« Imaginez Londres en 2012…
Dans une réalité pas tout à fait comme la nôtre…
Pas très éloignée certes, mais où certaines choses se sont passées un peu différemment… »

Entrez avec nous dans l’univers prolifique de l’auteur Le Fab.

Lien vers la chronique de l’album Stimpop – le garçon qui venait de loin

STIMPOP 1_int_cs6.indd
Bulle d’Encre : Salut Le Fab ! Le 19 mars, est sorti le T1 de Stimpop, ta nouvelle série aux éditions Delcourt. Peux-tu nous raconter ton parcours pour en arriver à la sortie de cet album ?

Le Fab : Je n’ai pas pris de cours de dessin. Je suis un autodidacte. J’ai fait un très court passage à l’école Estienne à Paris en 2000. C’est là que j’ai eu mes premières expériences dans le fanzinat grâce à des camarades. À partir de là, j’ai fait mes propres fanzines et rencontré d’autres auteurs qui m’ont conseillé. À côté de ça, j’ai réalisé un gros travail personnel. En parallèle, j’ai réalisé une licence de biologie/géologie et j’ai signé mon premier contrat juste après mon examen de licence.

BDE : Que peux-tu nous dire sur cette nouvelle série, son univers, ses personnages, tes différentes inspirations qui ont amené à sa création ?

Le Fab : Il s’agit d’un récit jeunesse, au format BD traditionnel avec un dessin inspiré Manga. C’est une histoire de mondes parallèles où on suit le héros Matt qui possède une machine à voyager entre les réalités, mais suite à une altercation avec les méchants, le cristal qui fait fonctionner la machine a été brisé. Matt voyage de monde en monde afin de récupérer les différents fragments du cristal pour pouvoir rentrer chez lui à la fin.
L’histoire commence vraiment quand il débarque dans notre monde à nous et rencontre Lila, une adolescente « classique » qu’il va embarquer avec lui dans l’aventure.

C’est une marmite dans laquelle j’ai mis tout ce qui me plaisait sans me préoccuper de l’univers d’où ça provenait. J’ai travaillé jusqu’à trouver une histoire qui pourrait lier tout ça en m’amusant.
STIMPOP 1_int_cs6.indd

BDE : Ton premier album, la tour de Kyla est sorti en 2007. Nous sommes en 2014 et tu viens de sortir, avec Stimpop, ton 28ème album je crois. Sacré production en 7 ans ! Comment arrives-tu à gérer tes différentes productions de front ?

Le Fab : J’ai eu une grosse période avec une activité de dessinateur sur la tour de Kyla, puis Reflets d’Acide en faisant un album tous les huit mois et en menant en parallèle un travail de scénariste sur WaoW, avec un album tous les six mois. Le programme de la journée était le suivant : scénario le matin, dessin l’après-midi. Les deux en cumulé ont permis de faire beaucoup d’album. À l’heure actuelle, mon activité est centrée sur Stimpop qui prend tout mon temps puisque je fais à la fois le scénario et le dessin. Mais je continue de scénariser WaoW en arrière plan à un rythme moins soutenu. J’envisage de caler un tome de Reflets d’Acide tous les deux tomes de Stimpop.

STIMPOP 1_int_cs6.indd
BDE : Malgré ces 28 albums, tu restes encore méconnu du grand public. Comment expliques-tu cela ? Est-ce le fait d’avoir travaillé auparavant pour un petit éditeur ?

1689941_101538770...576174_n-44af1f8Le Fab : Ça a forcément joué puisqu’un petit éditeur n’a pas forcément les moyens de mettre en avant les différents titres. J’ai la chance d’être quand même « connu » dans le milieu rôliste et geek puisque j’ai fait des BD pour ce public. Avec Stimpop, c’est la première série à destination du grand public et qui est soutenue par un gros éditeur qui a des moyens de communication conséquents. Ce sera peut-être l’occasion d’augmenter cette notoriété.

BDE : Stimpop est donc la 1ère série où tu es à la fois scénariste et dessinateur. Une certaine liberté de création que tu as dû apprécier je suppose ?

Le Fab : Carrément ! Delcourt a accepté le scénario dans son ensemble, sans modifications ni ajouts. À part des conseils, je n’ai eu aucune forme d’obligation de la part de l’éditeur.
Après avoir fait mes preuves sur le tome 1, j’ai une liberté totale sur le tome 2, c’est le pied !

BDE : Passons à l’actualité générale du monde de la BD. Aujourd’hui, le métier d’auteur de BD se précarise de plus en plus. Peux-tu nous donner ton sentiment sur cette tendance ?

Le Fab : On a bien morflé pendant la crise. Beaucoup d’auteurs ont été très touchés. Maintenant, une politique éditoriale qui a visé à promouvoir les premiers albums sans nécessairement aller dans la durée, n’a pas aidé à pérenniser les séries. Beaucoup d’auteurs, après leur premier album, ce sont retrouvés sans rien.
Le marché a bien ralenti sur les plus gros titres, donc forcément ça s’est répercuté sur les petits auteurs.
J’ai quand même le sentiment que les éditeurs reviennent sur un travail de fond, en prenant le temps d’installer les séries et on peut espérer que les auteurs qui ont traversé la tempête aillent vers des jours meilleurs. Je croise les doigts pour ça !
STIMPOP 1_int_cs6.indd

BDE : Lors du festival international de la bande dessinée, Guy Delcourt a annoncé la création d’une école de la bande dessinée. Que penses-tu de cette initiative ?

STIMPOP 1_int_cs6.inddLe Fab : Je suis partagé. D’un côté je trouve ça bien. Delcourt est connu pour découvrir et former des auteurs de talent, c’est bien de proposer une formation à ce niveau là. En revanche, la BD, c’est le métier dans lequel c’est le travail et ton talent, et  non les diplômes qui font la qualité d’un projet.
J’ai peur que ça ferme la porte à des auteurs qui arrivent de l’extérieur. Je trouve l’initiative intéressante, mais il faut voir comment ça sera utilisé ensuite. Le prix à l’année va fermer la porte à des jeunes talentueux, c’est dommage.

BDE : Revenons à l’actualité du weekend avec le salon du livre de Paris. C’est ta première participation à ce salon il me semble. Qu’elles sont ses particularités, y’a-t-il une différence d’ambiance, de public avec les différents festivals BD auxquels tu as pu participer ?

Le Fab : Déjà, c’est un salon du livre, et non spécifique à la BD, le public est donc différent. Les salons du livre c’est un peu plus « élitiste ». Le festival BD de province, c’est plus familial et bonne franquette.
Autre différence, ici il y a des plages horaires de dédicace de deux/trois heurescar on est très nombreux, alors qu’en festival BD, tu es à 100% sur le stand pendant deux jours d’affilés. Les gens ont le temps de te découvrir, te rencontrer.
Après, le standing de ce type de salon n’est pas désagréable (rire). C’est bien de pouvoir dédicacer sur la capitale et sur le stand de l’éditeur avec les collègues.
Dans tous les cas, les fans de BD sont là, et c’est le plus important !

BDE : Merci à toi! A bientôt!

Propos recueillis par Adrien Béroud

Interview réalisée le 22 mars 2014.

1185815_101532292...839033_n-44af1ec
1452043_101534761...548895_n-44af205
matt-44aedd4
stimpop01-48-44aedf3

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.
© Editions Delcourt/Le Fab

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*