Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Thierry Groensteen – Auteur de M. Töpffer invente la Bande dessinée.

Rencontre avec Thierry Groensteen – Auteur de M. Töpffer invente la Bande dessinée.

Topffer_COUV-207x300
Il est des personnages qui repoussent sans cesse les frontières de la connaissance dans les domaines qui les intéressent. Analyste passionné, chercheur invétéré, Thierry Groensteen a publié en ce début d’année 2014 un ouvrage important qui apporte quelques éclaircissements sur l’origine de la bande dessinée et sur celui qui aura bâti les fondations du neuvième art: Rodolphe Töpffer. Si, comme moi, l’amateur de bande dessinée a raté ce personnage essentiel de l’histoire du gaufrier, ce livre saura comblé le vide et prendre conscience de l’étendue de celui-ci. Qui mieux que l’auteur peut nous faire découvrir Töpffer? Bulle d’Encre rencontre modestement Thierry Groensteen et remonte le temps pour revenir aux sources de la bande dessinée.

Lire la chronique de l’ouvrage : M. Töpffer invente la bande dessinée

Bulle d’Encre: Bonjour. Pour nos lecteurs qui ne vous connaissent pas, pouvez-vous vous présenter et faire quelques rappels sur votre parcours?

Thierry Groensteen: Je suis journaliste de formation, et titulaire d’un Doctorat en Lettres modernes… sur la bande dessinée. J’ai dirigé Les Cahiers de la bande dessinée dans les années 80 puis j’ai quitté Bruxelles, ma ville natale, pour m’installer en Charente et participer à l’aventure du Centre national de la bande dessinée et de l’image. J’ai écrit ou dirigé une vingtaine d’essais sur la BD, monté quantité d’expositions, enseigné à l’École supérieure de l’image. Je dirige la collection « Actes Sud – L’An 2 » et je suis rédacteur en chef du site Neuvième art 2.0.

BDE: Selon vous d’où et de qui vient la Bande dessinée?

TG: La narration en images, sur toutes sortes de supports, a une histoire multiséculaire, mais c’est Rodolphe Töpffer qui, dans les années 1830, a créé les conditions de la bande dessinée moderne, en l’instituant comme une nouvelle forme de littérature, vouée à la fiction, en lui donnant un nom (la littérature en estampes), en organisant sa diffusion, en jetant les bases d’une théorie du genre.

BDE: Pourquoi faire un livre sur l’origine de la BD?

TG: Etrange question ! Pour tout phénomène, la question de ses origines est toujours l’une de ses plus passionnantes. De plus, c’est un sujet dont les spécialistes débattent depuis des décennies. Il me paraissait opportun de faire un point complet de l’état de la recherche et de mes propres réflexions sur le sujet.

2.Autoportrait

BDE: Dans votre livre, vous présentez des dessins de Töpffer. Vous mettez en exergue leur étonnante modernité dans la forme et dans le ton, ce qui est instantanément identifiable. Est-ce parce qu’il a inspiré les auteurs modernes que lui est attribué la paternité de la bd?

TG: Non, c’est pour les raisons que j’ai dites plus haut. Mais il est vrai que, par ailleurs, les histoires de Töpffer reposent sur un comique qui agit toujours sur nous, et que sa conception du dessin vif, expressif, du dessin-écriture, est elle aussi très moderne, en phase avec le travail de maints dessinateurs d’aujourd’hui.

BDE: La satire est prépondérante chez Töpffer. La BD est-elle un art fondamentalement subversif?

TG: Pas essentiellement. Elle le devient entre les mains d’auteurs qui ont un tempérament rebelle ou subversif. Il faut rappeler que, si Töpffer pratiquait la satire, il professait par ailleurs des idées politiques passablement réactionnaires.

BDE: Si le lien avec la BD franco belge est indéniable. Y a-t-il une influence de Töpffer sur le comics et le manga?

TG: Sur le manga, non. Sur la naissance du comics, sans doute, puisque deux des histoires de Töpffer ont été publiées aux Etats-Unis vers le milieu du XIXe siècle, où elles ont suscité des imitations.

BDE: En introduction à l’ouvrage, vous revenez sur l’affiche du Festival d’Angoulême de 2012. Celle où Maus consulte des travaux de Töpffer sur une tablette numérique. L’année suivante, Willem reçoit le grand prix et provoque une polémique importante. Dans le livre, vous établissez un lien direct entre les travaux originels du Genevois et ceux plus modernes du Néerlandais. Est-ce une manière de remettre les pendules à l’heure?

TG: Désolé, je ne comprends pas cette question. Quelles pendules ? Je n’établis aucun lien entre Töpffer et Willem en particulier, et mon livre se tient à l’écart de toute considération polémique.

BDE: Merci beaucoup.

Propos recueillis le 14 mars 2014 par Alain Lamourette

43.Jabot-B 49.VieuxBois45-2jpg
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Toutes les images sont © 2014 – Les impressions nouvelles

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*