Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Cédric Mainil, scénariste de Shadow Warriors

Rencontre avec Cédric Mainil, scénariste de Shadow Warriors

visuel-home

Vous pensiez tout connaître sur la Première Guerre Mondiale? Mais saviez-vous que des Indiens d’Amérique avaient participé à ce sanglant conflit, et y avaient effectué de nombreux faits d’armes héroïques ?  » C’est sur ces questions que l’appel à contributions pour la BD Shadow Warriors est introduit sur la plate-formes de financement participatif Ulule. Nous sommes allés à la rencontre de Cédric Mainil, le scénariste de cette série.

couverture-finale
Bulle d’Encre : Bonjour Cédric et merci de répondre à ces quelques questions. Peux-tu nous présenter ce projet ainsi que ses auteurs ?

Cédric Mainil : Après un premier triptyque, Le Chevalier Mécanique, paru chez Sandawe entre 2012 et 2014, j’ai voulu me lancer dans un comic avec le dessinateur Silvio Speca, que j’avais justement rencontré sur la série du Chevalier, car il s’occupait des couleurs.
Ce n’était d’ailleurs pas sa première incursion dans le monde éditorial français. En 2007 et 2009, il avait déjà édité chez Vents d’Ouest une série en deux tomes Karl & Klee.
Quand je lui ai proposé cette histoire d’Amérindiens combattant une force démoniaque dans les tranchées de 14-18, il a tout de suite été emballé et m’a suivi avec gourmandise.

BDE : 2014 célèbre le centième anniversaire des débuts de la Première Guerre Mondiale. Le lancement de ce projet sur cette année est un simple hasard du calendrier ou une réelle volonté de s’inscrire dans cette commémoration ?

CM : Plutôt un hasard. Tout est parti d’un ami dessinateur, Jean-Marc Allais (dessinateur d’Il Penello et du prochain T6 de Lance Crow Dog). On avait envie de faire un projet BD en commun et il m’a suggéré la période 14-18 qui l’intéressait. A la base, je n’étais pas très chaud, car beaucoup de choses avaient déjà été faites, et bien faites, et je me doutais qu’avec le centenaire, il y allait avoir encore plus de BD sur le sujet. Mais après réflexion, j’ai dit oui, à la condition d’avoir un angle d’attaque décalé et surprenant. La présence peu connue d’Amérindiens durant ce conflit fut la porte d’entrée et le choix d’un traitement narratif et graphique de cette période sous forme comic en fut une autre. Le projet était lancé, sauf que Jean-Marc ne poursuivit pas l’aventure éditoriale par contraintes personnelles et que j’ai ensuite proposé le « bébé » à Silvio qui accepta de suite.

personnages Ulule N&B

BDE : On a souvent entendu parler du rôle des Indiens dans la Seconde Guerre Mondiale (des messages codés étaient envoyés en langue Navajo) mais très peu de leur rôle dans la Première Guerre Mondiale. Pourquoi avoir choisi de centrer le récit sur cette population ?

CM : Justement parce que cette partie de l’histoire de la Première Guerre Mondiale est méconnue et que ça m’intéressait en tant qu’auteur de jouer avec cette vérité et d’en faire une fiction pure, en mélangeant le vrai à l’imaginaire.
Et puis, il y a une raison plus pragmatique à ce choix. Dès le début, le projet a aussi été pensé pour le marché éditorial américain. Et je trouve qu’une histoire mettant en scène des Indiens au sein d’un commando sur les champs de batailles français est susceptible d’intéresser aussi bien un public français qu’américain. D’ailleurs, nous sommes en (petite) discussion avec deux éditeurs américains pour éditer cette histoire là-bas. Mais chez eux, le système éditorial est un peu différent du nôtre et ils veulent un produit fini (c’est-à-dire un épisode complet et traduit) avant de se décider.

scène 5 page 3
BDE : Ce projet va plus loin que la simple auto-édition mais s’inscrit dans la création d’une maison d’éditions. Qu’est-ce qui a motivé ce choix ?
CM : « Maison d’éditions », c’est un grand mot :-). Je veux plus simplement avoir sur certains projets (et pas sur tous car de vraies grosses maisons d’éditions offrent quand même un certain confort) le choix de m’auto-éditer ou non.
La structure Dream Editions n’a donc pour but, à court terme, que d’éditer des projets dont je serai l’initiateur, avec bien sûr la complicité de dessinateurs comme Silvio Speca et d’autres. Mais en aucune façon, nous comptons éditer des projets extérieurs.

BDE : Qu’est-ce que tu peux dire à nos lecteurs pour les inciter à financer ce projet ?
CM : Exercice difficile et délicat, car bien entendu, je ne peux pas avoir un avis objectif. Je ne peux trouver que génial et fun cette série qui revisite la grande Histoire en mélangeant plusieurs thèmes et en puisant ses racines dans les peurs ancestrales et communes à nombre d’entre nous ; le but final étant de divertir sans non plus être trop simpliste, et avec éventuellement un deuxième niveau de lecture. Si vous voulez découvrir (ou redécouvrir) cette épisode marquant de notre histoire sous un nouveau jour et à la sauce comics, faites-nous confiance ! :-).
Toutes proportions gardées et sans nous comparer à eux, j’ai comme modèle des séries américaines comme Scalped, 100 bullets, Y le dernier homme, East-West… Et avec Silvio, on va tout faire pour s’approcher de leurs qualités narratives.
Mais pour cela, il va falloir d’abord convaincre le plus de monde à nous rejoindre sur le projet Shadow Warriors.

ulule Lien vers la page Ulule du projet : Shadow Warriors

Propos recueillis par Anthony Roux

Interview réalisée le 02 juin 2014

© Dream Editions – Mainil et Speca
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

page-08.E1

Tags : , , , , , , , ,

Un Commentaire

  1. Posté 30 juin 2014 at 16 h 29 min | Permalink

    Avis aux amateurs, nous sommes sur Ulule à 86% de l’objectif final et ils nous restent 12 jours pour atteindre les 100%. Et vous pouvez découvrir dans les news Ulule, une nouvelle planche crayonnée ainsi que l’illustration qui va servir à concevoir le poster. A bientôt.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*