Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Jérôme Briot, membre de l’ACBD

Rencontre avec Jérôme Briot, membre de l’ACBD

logo_acbd

Chaque année, un rapport entièrement consacré à la BD est scruté attentivement par les professionnels du secteur : le rapport de l’ACBD, rédigé par Gilles Ratier. Mais l’ACBD, qu’est-ce que c’est ? Nous sommes allés à la rencontre de Jérôme Briot, membre du Bureau de cette association.

Bulle d’Encre : Bonjour Jérôme et merci de répondre à ces questions. En quelques mots, quelle est cette Association des Critiques et journalistes de Bande Dessinée ? Et quel est votre rôle en son sein ?
Jérôme Briot : L’ACBD a été créée par des journalistes qui « couvraient » la bande dessinée pour leurs médias, et qui avaient l’habitude de se retrouver pendant le festival d’Angoulême. En 1984 ils ont décidé de s’associer pour créer un prix des journalistes, remis pour sa première édition à Jean Teulé et Jean Vautrin pour l’album Bloody Mary. Le prix s’est intitulé « Prix Bloody Mary » pendant quelques années, puis a changé de nom pour devenir le « Grand Prix de la Critique ». Mais en dehors des opérations qu’elle mène, l’ACBD est aussi un espace de rassemblement entre journalistes, chroniqueurs, critiques et historiens de la bande dessinée, qui leur permet de se connaître et d’échanger autour de ce domaine culturel, de ses évolutions, de son actualité et de son économie. Je fais partie du bureau de l’ACBD, ce qui m’amène à participer activement à l’organisation des prix et autres événements, à l’actualisation du site www.acbd.fr, et plus généralement à la vie de l’association…

BDE : Qui peut être membre de l’ACBD ? Un blogueur passionné ou un journaliste professionnel ?
JB : L’ACBD, qui compte 81 membres, est une association professionnelle de journalistes et de critiques, collaborateurs de différents médias sur tous supports, auteurs d’ouvrages sur la bande dessinée… Les règles concrètes d’adhésion à l’ACBD sont expliquées sur le site ; au final c’est le bureau de l’ACBD qui accepte ou non les postulants, en veillant à conserver un équilibre entre les différents segments et supports : presse écrite, audiovisuelle et nouvelles technologies… Il faut bien entendu que les candidats aient un certain passé et une certaine maturité dans l’art de chroniquer régulièrement la bande dessinée.

BDE : Il est de plus en plus aisé d’avoir son propre espace sur la Toile, que ce soit via un site Internet, un blog, une page sur les réseaux sociaux, un forum… et par conséquent, il y a de plus en plus de « critiques » de BD. Comment percevez-vous, au sein de l’ACBD, ces nouveaux rédacteurs ?
JB : Parmi ces nouveaux rédacteurs, il y en a certainement de très bons. L’ACBD ne revendique pas un monopole sur la critique de bande dessinée. Tout lecteur peut évidemment avoir son propre avis sur un livre, et en rendre compte sur Internet. Mais tous les rédacteurs n’ont pas vocation à rejoindre l’ACBD. Nous sommes particulièrement attachés à la notion de « support médiatique », qui implique une aventure collective. Les pages personnelles de réseaux sociaux ou les blogs individuels, quelle que soit la ferveur avec laquelle ils sont tenus, nous semblent trop fragiles, trop dépendants de leur auteur, pour intégrer notre structure. Mais de la même façon que le web a pu permettre à toute une génération de dessinateurs de se professionnaliser, il y a parmi les blogueurs des chroniqueurs de talent, qui finiront bien par intégrer une rédaction ou rédiger un ouvrage remarquable sur le 9e art…

BDE : Vous n’avez jamais pensé à monter un nouveau média avec les membres de cette association ?
JB : Les membres de l’ACBD sont indépendants les uns des autres. C’est à leurs propres rédactions, aux médias dont ils dépendent, qu’ils réservent leurs productions. Des membres qui s’entendent bien peuvent avoir envie de monter ensemble un projet… mais l’association elle-même n’a pas cette mission. L’ACBD a une voix, elle peut s’en servir pour réagir à certains sujets. Elle a aussi un site web qui lui permet de faire connaître son activité et son histoire… mais elle n’est ni un média ni un syndicat.

BDE : Difficile de parler de l’ACBD sans évoquer ce fameux rapport tant attendu. D’où vient cette initiative, quelle charge de travail cela représente et quelle est sa finalité ?
JB : L’initiative provient du secrétaire général de l’ACBD, Gilles Ratier. Lequel passe plus de deux heures par jour à collecter la liste des publications de bandes dessinées parues dans l’espace francophone européen, pour fournir ce rapport annuel depuis 14 ans. Cette initiative reçoit, bien entendu, le soutien du bureau de l’ACBD. C’est un travail monumental, sans équivalent, qui sert de référence à toute la profession. Le « rapport Ratier » mesure la production éditoriale, c’est-à-dire le nombre de nouveautés ou de rééditions sous une nouvelle forme, publiées dans l’année. Il permet donc de mesurer l’évolution relative des éditeurs, la part respective des différents segments de la bande dessinée. Gilles Ratier s’est adjoint les compétences de quelques volontaires de l’association pour compléter son rapport avec des sujets comme l’évolution du nombre de festivals de bande dessinée ou celle de la bande dessinée numérique.

mauvais-genre-225x300

BDE : Parlez-nous également des prix créés par l’ACBD ?
JB : Le « Grand Prix de la Critique 2014 » a été remis en janvier à Chloé Cruchaudet pour son livre « Mauvais Genre », paru aux éditions Delcourt. En plus de ce prix, qui en est à sa 30e édition, l’ACBD remet depuis 2007 un « Prix Asie de la Critique ACBD », pour distinguer une bande dessinée asiatique remarquable, sachant que les mangas japonais, manhwas coréens et manhuas chinois représentent environ 40 % de la production annuelle. Le lauréat 2013 était « Opus » de Satoshi Kon aux éditions IMHO. Les votes sont en cours pour le Prix Asie de la Critique ACBD 2014, qui sera remis en public lors de la Japan Expo, au terme d’une table ronde avec les éditeurs des cinq titres en compétition. Cette conférence publique se tiendra le samedi 5 juillet à 11h45 en salle vidéo. Enfin, l’ACBD mène chaque année une opération « C’est l’été, lisez des BD ! », qui dresse la liste des « vingt indispensables » du semestre écoulé. Toutes ces sélections résultent des votes des membres de l’ACBD, qui sont autant de lecteurs exigeants, le plaisir de lecture est donc garanti !

logoASIE-web-229x300

BDE : Pour conclure cet entretien, quel rôle peut jouer une association comme la vôtre dans le combat mené actuellement par les auteurs ?
JB : Le rôle d’une association de journalistes comme l’ACBD n’est pas d’épouser tel ou tel combat, sinon celui de la promotion de la bande dessinée en général, et dans les médias en particulier, qui constitue le cœur de notre mission. En revanche, nos membres sont, chacun pour leur média, forcément à l’écoute, notamment lorsque le « Snac–BD » (le syndicat des auteurs) leur envoie, comme il l’a fait récemment, un communiqué de presse, une opération facilitée par le fait que l’association tient à jour un listing qu’elle met à disposition de ceux qui en ont besoin.

Le site de l’ACBD

Propos recueillis par Anthony Roux

Interview réalisée le 12 juin 2014

© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*