Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » Japan Expo 2014 – Rencontre avec Doki-Doki (Arnaud Plumeri et Arnaud Delage)

Japan Expo 2014 – Rencontre avec Doki-Doki (Arnaud Plumeri et Arnaud Delage)

Itw-dokidoki

D610-001_1582-resize-3Mpix

La Japan Expo permet aussi aux éditeurs d’aller à la rencontre de leurs lecteurs, de recueillir leurs avis et de pouvoir mettre en avant certains de leurs titres.

Nous avons rencontré Arnaud Plumeri, responsable de Doki-Doki (branche manga des éditions Bamboo). Il nous a livré ses impressions sur la Japan Expo et, à notre demande, nous a présenté sa meilleure vente sur le salon ainsi qu’une prochaine sortie qu’il recommande :

« La Japan Expo, c’est toujours sympa pour nous, ça permet de sortir de nos bureaux, ça permet de voir si les titres qu’on a sorti dans l’année sont bien accueillis par le public. Le public manga aime bien donner son avis et on sait très rapidement ce qu’ils ont aimé ou non. Heureusement, c’est principalement positif que négatif.
C’est également positif pour les traducteurs qui sont présents sur le stand : une majorité des vendeurs du stand sont également des traducteurs. Ils sont contents de trouver leur public.
Au niveau ​de la durée du festival sur 5 jours, je vous avoue que j’aurais préféré que 4 jours pour que ce soit plus concentré. Il y a eu des moments plus creux et mes autres confrères éditeurs pensent la même chose.
Notre meilleure vente, c’est notre nouveauté Zelphy. C’est un space-opera bourré d’hommages à Star Wars, Albator, Cobra.,… C’est l’histoire d’un prince déchu qui a perdu sa planète et qui travaille comme plombier sur une petite station orbitale. Comme Luke Skywalker, il rêve d’aventures. Il essaye de rejoindre l’armée pour parcourir la galaxie mais étant de frêle constitution, il est recalé. Il tente de convaincre un général mais un quiproquo l’oblige à prendre la fuite et il est prit pour un pirate de l’espace. Il va faire connaissance avec des personnages assez savoureux. C’est une série à la fois fun, de science-fiction et d’action.
Dans nos autres sorties, je recommande Mister Nobody qui est un thriller-polar, à cheval entre le polar scandinave Millenium et les mangas tels que Monster. C’est un style beaucoup plus réaliste. C’est l’histoire d’un détective privé qui a des problèmes d’amnésie. Il est envoyé en mission en Russie par un mystérieux Mister Nobody qui semble en savoir beaucoup sur son passé. Là-bas, il va retrouver quatre autres personnes envoyées par Mister Nobody. Ils savent juste qu’ils doivent récupérer la cargaison d’un wagon. Une fois le wagon ouvert, un assassin survient et dézingue plusieurs personnes. Les survivants, dont le détective, réussissent à s’enfuir. Il y a une double enquête : qui est ce Mister Nobody et qu’est-ce que c’est que cet assassin ? L’auteur joue vraiment la carte du mystère. »

D610-001_1581-resize-3MpixLa présence des traducteurs a été l’occasion d’en savoir un peu plus sur ce métier. Arnaud Delage, traducteur chez Doki-Doki, nous présente son métier : ses motivations à l’origine, la procédure suivie pour une adaptation en français mais aussi l’objectif visé.
« Après le lycée, j’ai appris le japonais à la fac. A l’époque, les mangas commençaient un peu à être connus et on voulait lire les mangas en japonais car ils n’étaient pas encore traduits en français. Toutes les personnes de ma promotion sont devenues des traducteurs. Ça fait depuis une dizaine d’année que je suis traducteur. Je fais aussi du sous-titrage de dessins animés.
Mon métier consiste tout simplement à traduire. Au départ, on reçoit le manga et on commence par indexer toutes les bulles, toutes les onomatopées. On traduit chaque bulle. La traduction d’un manga prend entre 5 et 10 jours. On envoie la traduction à l’éditeur qui l’envoie ensuite au lettrage. On nous redonne alors un PDF qu’on relit : on corrige les fautes, on voit ce qui ne va, on essaye que ce soit fluide.
La meilleure adaptation est celle qui s’éloigne du japonais et qui est la moins littérale. Des fois, on sent le japonais derrière le français et il faut éviter cela au maximum. Zelphy est un bon exemple de bonne traduction ! Les 60 premiers One Piece sont aussi des modèles du genre comme de bonnes adaptations.
Le plus dur est que le texte ait l’air d’être français à l’origine. »

Propos recueillis par Julien Jaccone, Anthony Roux et Noël Rollin
Interview réalisée le 06 juillet 2014

© Crédits photo : Julien Jaccone pour Bulle d’Encre
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*