Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Kamui Fujiwara, auteur de Dragon Quest – Emblem of Roto

Rencontre avec Kamui Fujiwara, auteur de Dragon Quest – Emblem of Roto

Dragon-Quest-1

Capture d’écran 2014-09-07 à 08.55.28
Pour la sortie en France d’Emblem of Roto, les éditions Ki-oon ont invité son auteur, Kamui Fujiwara, lors de la quinzième édition de la Japan Expo.
Cette interview a été réalisée lors d’une conférence de presse en petit comité. D’autres médias ont aussi participé à cette rencontre : Krinein, Unification France et ActuaBD. Nous reproduisons ici l’ensemble des questions posées (dans l’ordre de passage) et les réponses données.

Lien vers les chroniques des tomes déjà parus :
Tome 1
Tome 2
Tome 3
Tome 4

Connaissez-vous la BD franco-belge, y a-t-il des artistes européens ou occidentaux qui ont pu influencer votre travail ?
KF : Il y en a évidemment beaucoup mais le premier que j’ai en tête, c’est Moebius. Ensuite, je dirais Bilal et enfin de Crécy. Donc ce sont les trois principaux, en tout cas trois artistes que je connais bien Il y a actuellement une BD que j’adore qui s’appelle Lucha Libre. Avec sept héros portant des masques de lutte mexicaine.

Est-ce que vous jouez à Dragon Quest et lequel préférez-vous ?
KF : Oui, oui, je joue, je les ai tous fait et mon préféré est le trois !

dragon-quest-iii-nes-00a

Comment êtes-vous arrivé à travailler sur ce manga dans l’univers de Dragon Quest ?
KF : J’étais très, très fan du jeu, dès le début de la série. J’étais tellement fan que je créais mes propres mini-mangas, fanzines basés sur l’univers du jeu. Quand Enix, la compagnie à l’époque qui éditait le jeu, a créé sa revue de publication de mangas, Shonen Gangan, ils ont fait une offre pour créer un manga de Dragon Quest. C’est là que j’ai postulé, que j’ai envoyé ma candidature.

dragon_quest_v_conceptart_xDkV6

Dragon Quest, Emblem of Roto, a été publié au Japon entre 1991 et 1997, mais n’arrive qu’aujourd’hui en France : comment percevez-vous les choses 20 ans après ?
KF : Je pense que mon titre est assez intemporel qui correspond au public, qu’est ce que soit son âge et la génération. Ça ne change pas grand chose à la qualité du manga et ce que le public peut en penser. C’est de l’Aventure avec un grand A.

Lorsque vous avez débuté votre manga, quels étaient les artistes ou séries qui vous ont inspirés ? Et avez-vous vous-même inspiré de jeunes mangakas ?
KF : Dragon Quest est une série dont le design des monstres a été fait par Akira Toriyama. On peut ressentir une « Toriyama Touch » assez présente qui reflète directement l’esprit Dragon Quest. Après, pendant la prépublication d’Emblem of Roto a débuté la diffusion d’Evangelion qui m’a fortement influencé pendant que je faisais cette série.
Pour ce qui est des jeunes qui auraient été influencés par moi, je peux difficilement vous donner de titres précis, je ne m’en souviens pas. Mais j’ai eu beaucoup de jeunes artistes qui m’ont dit avoir lu, avoir apprécié… Il semblerait que beaucoup de jeunes mangakas ont été influencés et ont lu Emblem of Roto.

D610-001_2126-3MPIX

Quelle est l’étape que vous trouvez la plus complexe dans la réalisation du manga ?
KF : Le plus difficile a été de mettre en avant le héros. Il y a par exemple les trois rois qui sont des personnages secondaires très présents et il fallait trouver une particularité qui rend le héros comme personnage principal.

Vous avez sorti Emblem of Roto environ deux ans après Dragon Quest – La quête de Daï. Est-ce que cette oeuvre vous a influencé dans votre travail ?
KF : Jusqu’à ce que je sois impliqué dans ce projet, je n’avais jamais lu Dragon Quest – La quête de Daï. J’ai commencé à le lire quand j’ai commencé à travailler sur Emblem of Roto. Tout simplement pour ne pas répéter ce qui a été fait.

D’autres projets en cours ?
KF : Je travaille et je publie actuellement au Japon une série qui est la suite d’Emblem of Roto et qui s’appelle les Héritiers de l’Emblême. Les héros de cette série sont les enfants des héros d’Emblem of Roto.

Une parution française de cette série est-elle prévue ?
Ahmed Agne (éditeur Ki-oon) : Rien que l’on puisse dire officiellement…

Avez-vous eu l’impression que cet immense succès qu’a été Emblem of Roto vous a permis de faire ce que vous vouliez par la suite ou bien que cela vous a au contraire lié à la destinée de cette licence, à l’univers de Dragon Quest ?
KF : Il y a un petit peu des deux. C’est une grande série emblématique : on ne peut s’arrêter comme ça du jour au lendemain. Mais j’ai eu assez de pauses entre différentes publications pour m’occuper de projets plus personnels. Le fait est que l’on est aussi revenu vers moi avec des offres intéressantes liées à cet univers. Et en tant que joueur, fan de la série, ça n’a jamais été une corvée que de devoir travailler sur Dragon Quest. Par contre, je pense honnêtement, qu’après la fin de la série sur laquelle je suis actuellement, je vais m’éloigner de Dragon Quest. Ce sera sûrement la dernière.

frise-emblem-roto-kioon

Quels sont les mangas que vous lisez actuellement parmi ceux publiés au Japon ?
KF : En ce moment, je suis très intéressé par un titre intitulé Levius. C’est un titre très intéressant, qui est dans un esprit très bande dessinée : il se lit de la gauche vers la droite, les bulles sont écrites à l’horizontale, à l’européenne, alors qu’un manga traditionnel est écrit à la verticale. Je pense qu’il a une visée internationale. C’est une oeuvre très intéressante.

Travailler sur une licence telle que Dragon Quest impose des contraintes (personnages, monstres,…). Aviez-vous une marge de liberté ? Et si oui, laquelle ?
KF : Pour cette série-là, j’ai été assez libre. Il y avait très peu de contraintes. Il y a un département qui vérifie tous les noms mais à part ça, j’ai été assez libre.

La littérature manga a beaucoup de succès en France. Que pensez-vous de l’émergence des mangas à la française ?
KF : C’est quelque chose de très bien, qui peut servir de tremplin pour des échanges culturels plus forts entre nos deux pays. J’espère qu’on puisse encore partager plus grâce à l’engouement autour du manga.

dragon-quest-emblem-of-roto-tome-3-16945

Dans Emblem of Roto, on a vraiment la sensation de joueur aux jeux vidéos : les tenues, les clins d’oeil, et même le « paf-paf » des courtisanes. Cela faisait partie de la charte à respecter ou une volonté de coller au mieux aux jeux vidéos ?
KF : Je me suis mis à la place du lecteur et, en tant que joueur aussi, j’ai essayé de coller le plus possible à cet univers , à cet esprit et à ce qui ferait plaisir aux joueurs de jeu : qu’apprécierait-il de retrouver comme référence ?

Quelle a été votre relation avec Tantô (éditeur japonais de mangas) durant la publication d’Emblem of Roto, et actuellement dans votre nouveau projet ?
KF : Il faut savoir que le système des maisons d’éditions n’est pas fait de façon à ce qu’on ait un représentant de l’éditeur qui crée l’oeuvre avec les auteurs, comme si on était dans la même aventure. C’est un système comme des salariés et qui représentent pendant un certain moment l’entreprise, ou en tout cas l’éditeur, et ils sont amenés à changer de façon assez régulière. Parfois, ce sont des gens avec lesquels on s’entend bien, parfois non. En ce moment, ça se passe très, très bien !

Propos recueillis par Julien Jaccone et Anthony Roux
Traductions par Odilon Grevet.

Interview réalisée le 06 juillet 2014.

Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.
© Ki-oon/Kamui Fujiwara

Note de la rédaction : Cette interview a été réalisée lors de la Japan Expo 2014 et devait initialement être diffusée sous format vidéo. Malheureusement, un souci technique ne nous a pas permis de réaliser ce projet.

Tags : , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*