Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Suivi d’un projet – Collectif Envies d’Ailleurs – Partie III

Suivi d’un projet – Collectif Envies d’Ailleurs – Partie III

8c2433925321aa084bbd59b6125ef820

Nous revenons sur le collectif Envies d’Ailleurs avec cette troisième partie de notre article. Après avoir découvert l’origine du projet (partie I) puis quelques auteurs (partie II), nous continuons désormais à vous faire découvrir d’autres auteurs présents dans ces pages.

La page Facebook Envies d’Ailleurs va atteindre les 600 likes au moment où nous écrivons ces lignes tandis que la campagne Ulule bat son plein : le financement a franchi le seuil des 700% !

Comme pour les interviews précédentes, cet article a été réalisé avec la complicité de Katia Even et diffusé sur la page Ulule du projet.

Paul Glaudel
Né à Oran (Algérie), Paul Glaudel signe ses premières planches vers 16 ans dans les fanzines belges en 1977 puis après des études en arts plastiques à Aix-en-Provence et aux Beaux-Arts à Montpellier, il devient dessinateur professionnel en 1983. Illustrateur dans l’audiovisuel jusqu’en 1989, c’est durant cette période qu’il rencontre Arleston avec qui il prépare moults projets. Naîtront « Manie Swing » puis « Les Maîtres Cartographes » en attendant d’autres héros qui dorment encore dans leurs cartons. En parallèle, Paul Glaudel a collaboré à diverses revues dont MIKADO, Circus et même Spirou, en étant l’assistant de Seron pour deux albums des « Petits Hommes ». Rêveur, nourri de cinéma, Paul Glaudel pratique un dessin au style très personnel, teinté de réalisme et d’humour. L’école belge et l’école Pilote qui furent ses modèles, ses maîtres sont Peyo, Walthéry et Franquin… lui ont donné un goût pour les dessins travaillés, l’image bien cadrée et en perspective, et le sens des détails. Par la suite, ce furent quelques projets autour du football ; avec en point d’orgue la BD de l’OM ! Et aussi, ses cours de BD pour l’école Lignes et Formations, ses blogs BD pour Le Webpédagogique; et ses billets pour Rackham Le Rouge…Mais ça, ce sont d’autres histoires !

Glaudel 1

Bonjour Paul. On vous retrouve dans cet album, et c’est une bonne surprise! Comment êtes-vous arrivés jusque dans ces pages ?
Je connais Katia Even depuis quelques années et quand elle m’a demandé de participer à ce projet Envies d’Ailleurs; c’est naturellement que j’ai dit OUI !! J’avais justement un récit dans les cartons qui convenait bien à ce projet…

Pouvez-vous nous raconter un peu l’aventure de cette histoire, de la rencontre avec la dessinatrice jusqu’aux pages?
J’ai rencontré Mélanie en 2004 et la route fut longue pour élaborer un projet; et notamment la première version des aventures de cette sorcière Véritas. Puis un jour, Mélanie eu un déclic et elle put réellement se lâcher sur ses planches. Ce sont ces planches que vous voyez aujourd’hui et je les aime beaucoup !

Glaudel 2

Dams

Bonjour Dams. Pouvez-vous nous parler un peu de vous?
Bonjour, bonjour!
A 4 ans, à la mort de mon grand-père, je m’étais dit que je serais architecte… ça n’a pas marché!
Aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours griffonné un truc. Je crois en fait que ça a commencé avec mon cousin, il dessinait des Goldorak super bien. On mettait la cassette vidéo (oui oui je suis vieux) dans le lecteur et hop une petite pause sur l’image qu’il voulait dessiner et on ne l’arrêtait plus! Depuis, je ne me souviens pas ne pas avoir eu de crayon dans les doigts!
J’ai bien tenté de montrer mes “œuvres” à des pros en festival et si les retours n’étaient pas terribles, ils étaient nécessaires pour avancer.
Le dessin a toujours été présent dans mon quotidien et je n’en avais jamais rien fait! Jusqu’à il y a 5 ans, quand j’ai décidé d’aller à l’académie le soir. J’ai rencontré de chouettes personnes et j’ai créé des trucs pas que pour moi. J’ai même été candidat pour bosser pour Midam 😀
Mais le tournant le plus décisif a été l’an dernier, j’ai perdu mon job et j’ai eu l’occasion de dessiner beaucoup plus, d’intégrer un groupe d’auteurs et de produire des choses concrètes!
Maintenant, au niveau artistique, je fais de l’illu, je participe à “Envie d’ailleurs” et j’ai juste pas envie que ça s’arrête là 😉

Dams 1

Mettre en scène la vie d’une tartine, c’est gonflé quand même, non ?
Gonflé? vraiment? Et pourquoi pas ? Ce qui est drôle en fait, c’est que cette histoire de tartine est la parodie d’une histoire plus sérieuse imaginée par une copine de l’académie. L’inspiration d’un pote et mon esprit tordu ont fait le reste.
Je devrais sans doute continuer à exploiter ce sujet… il y aurait encore pas mal de choses à raconter! Ou pas, la vie d’une tartine est tout de même plus courte que celle d’un papillon (ou presque).

Quelles sont vos influences pour écrire et dessiner ?
En dehors des drogues dures et douces, le café et le coca, je suis passé par plusieurs phases!
Ado, j’ai été ébloui par le travail du maître Otomo (Akira). Je connaissais déjà Dragon Ball (le premier cycle, le seul, le vrai) mais mon influence manga a surtout démarré quand j’ai découvert Gunnm. Il n’y a pas eu que ça évidemment, il y a eu d’autres séries manga, des comiques, des philosophiques, des bonnes, des moins bonnes … Toutes ont forgé une grosse partie de mon univers.
Ensuite, j’ai redécouvert la BD européenne, des auteurs qui travaillent en noir et blanc, des auteurs à l’humour décalé, absurde … ainsi Peeters, Blain, Larcenet, Moëbius (pour ne citer qu’eux) ont trouvé une place de choix dans ma bibliothèque.
Prochaine étape: les comics américains!
En ce qui concerne l’écriture, je suis adepte de l’humour noir et absurde et des jeux de mots pourris… ce qui peut donner des résultats… comment dire… surprenants.

Dams 2

Nicolas Guenet
Nicolas Guénet est avant tout un dessinateur. Après l’école des Beaux Arts de Poitiers et celle d’Angoulême, il rejoint les Éditions Soleil, en 1993, pour trois albums scénarisés par Éric Corbeyran (Dédal tomes 1 et 2, ainsi que « le Voleur de Paradis ») avant d’intégrer l’équipe de Yiu.

Guenet 1

Bonjour Nicolas. Dans cet album vous présentez deux histoires. Pouvez-vous nous en parler un peu ?
Ces deux histoires remontent à mes années d’études sur Angoulême.
Adolescent, j’adorais lire Edgard Poe et lorsqu’on nous a proposé une adaptation littéraire en seconde année à l’atelier BD d’Angoulême, j’ai pris beaucoup de plaisir à réaliser cette version personnelle.
Pour Violet, cette histoire est le premier volet d’un album qui en compte trois (54 planches au total), réalisé en dernière année à l’atelier comme projet pro.

Vous semblez utiliser des techniques de dessin particulières. Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre façon de travailler ?
Pour Le cœur révélateur, j’ai travaillé aux crayons de couleurs sur base de markers gris .
Pour Violet, j’ai tout simplement travaillé à la peinture acrylique sur papier .

Guenet 2

David Dupouy
David Dupouy est né en 1974 à Mont de Marsan. Il se passionne rapidement pour le dessin et la bande dessinée.
Mais à la fin du collège, le conseiller d’orientation le dirige plutôt vers les maths, la physique et le dessin industriel, que vers la BD. Ne se sentant pas à sa place dans le milieu du dessin industriel, il intègre l’armée de l’air. Il participe à plusieurs opérations à travers le monde, jusqu’à sa mutation à bord des avions AWACS en tant qu’opérateur. Dans cette unité il rencontre plusieurs passionnés de BD et décide de suivre les cours pour devenir auteur de BD. Ne pouvant suivre les stages pratiques de la formation, il décide de contacter des auteurs professionnels afin de bénéficier de leur expérience. Jean David Morvan, intéressé par la démarche, l’invite à passer un après-midi avec lui. Après une critique constructive de ses planches et de ses croquis, il l’encourage à poursuivre dans le neuvième art et le conseille pendant plusieurs mois. C’est ensuite Nicolas Mitric qui va prendre le relais.
Aujourd’hui, il est toujours militaire et débute une carrière dans la BD en parallèle.

Dupouy 1

Bonjour David. La BD n’est pas votre seul métier, comment arrivez-vous à allier toutes vos activités ?
Mon boulot ne me permet que de dessiner uniquement le soir et les week-end. Mais grâce aux conseils d’auteurs professionnels j’arrive à avoir un rendement.

Dans l’album, vous nous envoyez dans un monde à la Top Gun. Qu’est ce qui est à l’origine de cette histoire ?
L’histoire que je présente dans l’œuvre « Envie d’ailleurs » m’a été inspirée par un fait réel auquel nous avons du faire face durant le conflit en Lybie.

Dupouy 2

Un Commentaire

  1. Posté 19 septembre 2014 at 8 h 41 min | Permalink

    Hâte de trouver cette petite merveille dans ma boite aux lettres !!!!!!

    Lui souhaite beaucoup de succès …..

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*