Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Suivi d’un projet – Collectif Envies d’Ailleurs – Partie IV

Suivi d’un projet – Collectif Envies d’Ailleurs – Partie IV

10688367_382044125280514_1940993485130769803_o

Déjà le quatrième volet de cet article consacré au collectif Envies d’Ailleurs, avec de nouvelles interviews.

Pour retrouver les autres parties :
Partie I
Partie II
Partie III

La page Facebook
La page Ulule

Cet article a également été réalisé avec la complicité de Katia Even et diffusé sur la page Ulule du projet.

Alyciane
Alyciane, scénariste jeu-vidéo et multimédia, s’essaye depuis quelques temps à la BD. Dans ses jours de repos, elle créé le fanzine Némésis il y a plus de 13 ans, où elle a d’ailleurs rencontré sa comparse Nacrym avec qui elle a formé le Studio Acryline depuis 3 ans. C’est donc tout naturellement que l’on retrouve les deux artistes ensemble dans le collectif.

Alyciane 1

Bonjour Alyciane. Vous êtes rédactrice-en-chef du Studio Némésis. Pouvez-vous nous le présenter ?
Némésis est un fanzine, c’est-à-dire un regroupement d’artistes bénévoles qui veulent partager leur passion du dessin et du Japon. C’est un peu mon bébé que je fais vivre depuis tellement longtemps ! Et c’est aussi grâce à lui que j’ai finalement percé en tant que journaliste spécialisée (manga) et que j’ai décidé de devenir scénariste. Je ne pensais vraiment pas que ce loisir que j’ai monté avant ma majorité prendrait une telle place dans ma vie et dans mes choix professionnels ! Depuis, Némésis continue à être une bande de potes solidaires, et qui aiment allumer la flamme de la passion dans le cœur des lecteurs ! Si ça vous intéresse, c’est ici !

Vous proposez plusieurs histoires dans le collectif Envies d’Ailleurs, avec Nacrym. De quoi parlent-elles ?
En effet, ce sont des essais très peu connus que nous avions réalisés il y a quelques années. Birdy est le plus ancien, et notre premier test manga ! Il avait été réalisé pour les éditions Ki-Oon, puis pour une édition spécial horreur de Némésis en à peine quelques jours, encré à la plume avec souffrance et découpé pour rentrer dans un nombre de page très restreint. C’est une histoire qui mériterait encore plus de développement, car j’aime beaucoup cette « méchante » qui se venge du bout de son stylo ! C’est un peu un Death Note du dessinateur, et Birdy est un ange de la mort. D’ailleurs, je tenais beaucoup à ce nom, sans comprendre pourquoi. Birdy, c’est à la fois mignon et un peu flippant, non ? Le personnage a été inspiré graphiquement de Dame Corbeau de notre projet Fabulous, c’est donc aussi clairement un clin d’œil. Epiphan, quand à lui, a été réalisé pour un autre collectif (Drop ! de Kejhia ) qui avait pour thème « Les Masques ». C’est forcément très inspirant, et ça va à merveille avec le style de Nacrym, très détaillé et élégant. Nous nous sommes inspirés du Carnaval de Venise (qui se déroule lors de l’Epiphanie, d’où le nom), et nous avons décidé de faire une sorte de « Alice au Pays des Merveilles ». Un petit garçon rentre dans un nouveau monde et rencontre divers personnages fabuleux, des hommes-animaux avec des caractères très différents. C’est un conte de fées que j’ai voulu touchant, si possible, et assez littéraire ! J’espère qu’il saura vous parler.

Alyciane 2

Jay Stoner

D’habitude, Jay Stoner est un dessinateur qui apprécie de croquer de belles jeunes filles, pour le plus grand plaisir de ses lecteurs. Il a également réalisé le polar Le Havre, une BD en deux tomes.
Mais là, il va vous ravir avec deux histoires complètement déjantées.

Stoner 1

Bonjour Jay. Avec Shigo, vous nous présentez un travail différent de vos productions actuelles : finie l’ambiance polar et finies les jolies nanas dénudées. D’où vient ce projet ?
C’est vrai , c’est un projet complètement différent de ce que j’ai produit ces derniers temps , mais c’est un projet que j’ai dans les tiroirs depuis des années… Le développement du scénario de « Shigo » a débuté par une envie de… zen , et de manger sushi… Une envie d’ailleurs en fait ! Cela devait être une trilogie, tome par pays : Japon, Chine et Tibet, un voyage initiatique en quelque sorte. « Shigo » fut accepté à l’époque par un éditeur qui n’avait jamais travaillé dans la BD et rapidement il a compris que la BD n’était vraiment pas son truc. Il a coupé court à notre collaboration! Donc je me suis retrouvé avec une quinzaines de planches de « Shigo » quasi terminées et une envie de passer à autre chos … C’est comme ça que je me suis retrouvé dans le polar en essayant d’adopter le style approprié à l’histoire abordée. Plus sombre, plus tranchée ! Et pour ce qui des « jolies nanas dénudées » c’est plus un exercices qu’autre chose, ça me permet de m’améliorer de ce côté-là… Dessiner une belle nana n’est pas forcement gagné d’avance (pour ma part), alors je m’entraîne et si ça plait, temps mieux, c’est que ça ressemble à quelque chos… 😉 Donc régulièrement je gribouille une nana…

Avez-vous d’autres projets dans les cartons ?
J’ai des projets complètement éclectiques : ça passe de la BD fantastique , au roman graphique horrifique tout en travaillant sur un projet heroic fantasy (mes premières armes)… Vous aurez l’occasion de voir mes essais dans l’HF avec un autre projet publié dans « Envies d’Ailleurs » : « l’Alchimiste », les mésaventures d’un lutin apprenti alchimiste .

Stoner 2

Aurélie Patte
Aurélie Patte est une jeune bruxelloise, diplômée de l’école Saint-Luc. Attirée à la fois par le dessin et l’architecture, elle allie ses deux passions en se lançant dans la création de bâtiments en modèle réduit : ses dessins prennent alors vie. Elle est également membre du Studio Némésis.

Patte 1

Bonjour Aurélie. Vous présentez dans Envies d’Ailleurs la BD Dalindra. Cette BD s’inscrit dans un projet très ambitieux. Vous pouvez nous en dire plus ?
« La légende de Dalindra » est effectivement un projet qui me tient à cœur depuis mes 13 ans et qui n’a cessé de grandir depuis. Vu son ampleur, j’ai finalement décidé d’en faire un roman, que j’ai commencé début 2013, et dont le premier tome est presque terminé. Pour marquer le coup, j’ai également créé et édité un artbook « Récits & légendes des peuples de l’Ouest » qui rassemble illustrations et explications sur la contrée de Dalindra. J’y ai également ajouté une petite BD de 22 pages, sorte de préambule au roman et qui nous conte deux passages d’enfance des héros. C’est cette BD, entièrement remaniée pour l’occasion, que vous découvrirez dans le collectif Envies d’ailleurs. J’espère, chers lecteurs, que la BD vous plaira et vous donnera envie de découvrir le reste de l’artbook, puis de lire le roman !
Et si vous êtes intéressés pour en savoir plus ; je vous invite sur ma page Facebook où vous trouverez les liens pour lire le roman en ligne et acheter l’artbook.

Vous réalisez également des modèles réduits. Vous pouvez présenter cet aspect de votre travail à nos lecteurs ?
Je suis effectivement une grande admiratrice de l’architecture ancienne, que je prends grand plaisir à rendre à portée de main, dans tous les sens du terme. Je recrée d’anciens bâtiments en miniature (généralement à l’échelle des trains, 1/87e) avec du carton fort et du papier, repeints ensuite en trompe l’œil pour être au plus proche de l’original. Ce travail reste une passion, qui me permet de renouer avec une technique et peinture plus traditionnelle (alors que je travaille essentiellement à l’ordinateur) et qui me sert généralement de souvenirs de vacances. J’ai pris l’habitude de recréer en miniature une ou plusieurs maisons admirées pendant mes voyages. J’ai donc chez moi une église suisse, un hôtel à colombages français, un bout de muraille d’une ville… J’ai hésité pendant un temps à m’y investir plus professionnellement mais les débouchés restent rares et le dessin finit toujours par revenir au bout de mes doigts…
Je remercie Katia Even de m’avoir accueillie dans son magnifique collectif et j’espère que vous l’apprécierez autant que moi !

Patte 2

Angélique Tassin
« Née en 1979 à Auchel dans le Pas-de-Calais, j’ai manifesté très tôt une passion pour le dessin. Durant mon enfance, chacun de mes déplacements ne se faisaient sans mes feuilles et mes crayons, je passais la majeure partie de mon temps libre à griffonner mes personnages préférés des classiques Disney et à réaliser des portraits. C’est sans hésiter que j’ai choisi de prendre l’option Arts plastiques pendant les trois années au lycée. Après avoir obtenu le BAC, et encore indécise sur la façon d’exploiter mon talent, j’ai entamé une première année à la Faculté d’Arts à Amiens. Difficile de continuer à faire ce que l’on veut lorsque des petits pieds se pointent, je suis devenue très tôt maman et me suis donc consacrée à élever mon enfant en abandonnant les études. Pendant plus d’une dizaine d’années je n’ai pas touché un seul crayon, je suis devenue maman à temps complet en élevant six enfants. Mais une rencontre sur Facebook m’a redonné goût au dessin depuis à peu près cinq ans. Le seul regret que je puisse avoir aujourd’hui est de n’avoir pu exploiter et améliorer d’avantage cet atout artistique ! »

Tassin 1

Comment êtes-vous arrivée sur le projet de cet album ?
Je connais Katia, d’une part parce que je suis une fan de son travail, mais aussi parce qu’on partage des trucs de maman 🙂 Elle savait que je dessinais un petit peu pour mon plaisir personnel mais sans plus. Je n’ai jamais fait de BD. Lorsque Katia a lancé l’idée de ce collectif, je me suis dit que je tenterais bien l’expérience, mais je craignais ne pas avoir le temps avec bébé et les petites, la maison et les travaux à gérer. Katia m’a convaincu de tenter. Chaque essai que je lui ai présenté a été validé, elle m’a encouragé à continuer.

Que pourriez-vous dire à vos lecteurs pour leur donner envie de lire votre histoire ?
Cette histoire m’avait donné des frissons lorsque j’ai lu le scénario pour la première fois, j’ai tout de suite accroché, l’ai adopté. C’est une histoire qui ne laissera pas indifférent le cœur des mamans, car au fond nous cherchons toutes à rendre plus doux un évènement dramatique aux yeux de nos enfants. Aussi dure soit-elle je voulais la rendre poétique, avec des couleurs douces à l’aquarelle, douce comme cette maman qui cherche à rendre la fuite moins pénible à son enfant, son petit ourson, qui rêve d’un Eldorado.

Tassin 2

Gibie
Diplômée des Beaux Arts puis infographiste, Gibie a commencé sa carrière BD dans l’illustration d’ouvrages jeunesse et la colorisation. Par la suite, elle participe, en temps que dessinatrice, au collectif Renart, adapté du Roman de Renart puis signe la série Sohalia, aux éditions Clair de Lune, où elle est scénariste, dessinatrice et coloriste.

Gibie

Bonjour Gibie. Vous nous proposez une histoire animalière avec Le lièvre malin. De quoi parle cette BD ?
Bonjour ^^. Le conte que je présente dans ce collectif est un conte thaïlandais, qu’on peut classer dans ce qu’on appelle « les contes des origines » ou « les contes du pourquoi ». Celui -ci explique pourquoi le tigre a des rayures et le lièvre la queue courte… plus d’autre petites choses que je vous laisse découvrir par vous-même…

Avez-vous développé d’autres histoires animalières, que vous souhaiteriez-vous faire découvrir à vos lecteurs ?
Les séries précédentes sont déjà bien fournis en animaux. C’est un sujet que j’affectionne. Ce conte était une part d’un projet BD de contes animaliers asiatiques que j’avais tenté de présenter aux éditeurs. Malheureusement la thématique particulière n’a pas trouvé preneur… Je suis donc contente qu’au moins ce conte puisse être lu au lieu de croupir dans un tiroir…
Je tente de faire vivre ces contes en recueil d’illustration jeunesse. Mais c’est un autre travail au niveau de l’écriture.
Comme aucun recueil de contes de Thaïlande ne semble exister en édition jeunesse j’espère trouver preneur dans cette voie.

Gibie 2

Tags :

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*