Accueil » Autour de la BD » Films » Rencontre avec Frank Miller et Robert Rodriguez

Rencontre avec Frank Miller et Robert Rodriguez

Sin-City-A-Dame-To-Kill-For-Character-Poster-Mickey-Rourke-is-Marv

Vendredi 12 septembre, la FNAC Paris – Forum accueillait Frank Miller et Robert Rodriguez à l’occasion de la sortie en salle de Sin City : j’ai tué pour elle. Les deux auteurs ont parlé de leur travail pendant 30 minutes puis répondu aux questions du public (une vidéo d’un peu moins de 10 minutes a été réalisée par la FNAC et nous la diffusons en fin d’article).

sincity02couv
Le deuxième film adapte le deuxième volume des comics de la série (le premier film adaptant les volumes 1, 3 et 4). Il a été tourné neuf ans après le premier, en partie pour des raisons techniques, mais aussi afin de permettre d’avoir le bon casting. Les comédiens étant très demandés, ils devaient jongler avec les agendas de chacun. Aussi apprenons-nous par les auteurs eux-mêmes que tous les acteurs n’étaient pas présents en même temps sur le tournage, et que par exemple, Josh Brolin (Dwight ), en arrivant sur le plateau, cherchait Mickey Rourke (Marv), avec qui il devait jouer, mais que, malgré les nombreuses scènes où leurs personnages sont ensemble, les deux acteurs ne se sont jamais rencontré pendant le tournage, l’illusion étant faite avec les trucages. Mais Frank Miller nous a assuré que Josh Brolin et Eva Green étaient bien ensemble, puisqu’il est difficile pour les acteurs de s’embrasser sans être dans la même pièce.

Frank Miller nous confie avoir eu des expériences déplaisantes lors d’écriture de scénarios pour Hollywood (certainement à l’époque des scénarios de Robocop 2 et Robocop 3), et être vite retourné à la BD en créant Sin City précisément de manière à ce que cela soit inadaptable à l’écran.

Il n’avait pas prévu que ce « fou de texan » (Robert Rodriguez) lui fasse une proposition. Robert Rodriguez explique qu’adapter la BD sans tenir compte de l’univers visuel aurait été une
catastrophe, il n’a donc pas cherché à faire une adaptation, mais plutôt à transformer le film en bande dessinée. Après un deuxième refus de Frank Miller, il est revenu une troisième fois lui proposer, avec des amis acteurs, de venir assister au tournage d’une scène, celle qui ouvre le premier film Sin City. Si la scène plaisait à Miller, ils continueraient, si cela ne lui plaisait pas, ils arrêteraient là et auraient un « DVD sympa à montrer aux amis ».

Miller 1

Le déclic pour Miller est venu d’une question que lui a posé l’actrice Marley Shelton.
Attention, spoiler dans la ligne suivante pour ceux qui n’ont pas vu le premier film
Elle lui demanda pourquoi son personnage engageait quelqu’un pour la tuer. Il dû lui expliquer toute l’histoire, le passé du personnage. Par la suite, les indications qu’il avait donné ont rendue l’interprétation de la comédienne encore meilleure lors des prises suivantes. Il s’est alors rendu compte qu’il vivait le rêve de tous les auteurs.

Miller ayant retrouvé le gout des tournages, il est donc allé voir Rodriguez, « lui a donné un coup de pied dans les chevilles » et donné son accord pour continuer. Miller a ensuite expliqué que la bande dessinée est un processus solitaire qu’il adore et qui consiste à être seul sur sa table et à tomber les planches, mais que parfois, dans la BD, on se sent excessivement seul. L’expérience inverse, de travailler en équipe, avec un excellent partenaire, de découvrir les acteurs, à été une révélation.

Les deux auteurs étant coréalisateurs ont parfois des discussions sur la bonne manière de faire, et font donc deux prises de la même scène. Ils décident ensuite en voyant les rushs laquelle des deux prises est la meilleure, sans se souvenir duquel des deux avait décidé de telle ou telle prise.

Miller 2

Lorsque l’interprète et interviewer leur demande si Robert Rodriguez ne serait pas plus strict que Miller lui-même, quand au fait de rester proche de l’œuvre originale, Rodriguez explique que lorsque l’on a écrit un scénario de bande-dessinée ou un script, on peut le modifier, mais la première version est parfois la meilleure. Les modifications risquent donc de faire simplement une version différente. Il ne s’interdit pas non plus d’ajouter des éléments au script de Miller, mais précise avoir tout trouvé en cherchant dans la bande dessinée originale. « Dans la BD, tout y était. Il est important de préserver la pureté de l’original. Lorsque c’est parfaitement bien fait, pourquoi changer ? »

Miller ajoute qu’il est inutile de demander à Rodriguez « est-ce qu’on peut faire ça ? » mais plutôt « comment peut-on le faire ? ».

Quand à savoir s’il y aura un Sin City 3, les deux auteurs répondent que si le public soutient le second film, il y aura certainement un numéro 3, Miller termine en nous disant : « Go out and see it ! »

Ambroise Crèche

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*