Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Christophe Cazenove et William Maury, auteurs des Sisters

Rencontre avec Christophe Cazenove et William Maury, auteurs des Sisters

COUV SISTERS TOME 9.indd

Parmi les séries à succès des dernières années, on retrouve les Sisters, aux éditions Bamboo. Plus d’1 500 000 albums ont été vendus et chaque nouveau tome est désormais tiré à 150 000 exemplaires. Des séries dérivées ont même vu le jour. Derrière cette réussite éditoriale : Christophe Cazenove (au scénario) et William Maury (au dessin). Nous sommes allés leur poser quelques questions pour en savoir plus…

Bulle d’Encre : Bonjour à tous les deux. Avant d’être ce succès en librairie, la genèse des Sisters a été plutôt tumultueuse : la série n’était au départ qu’un simple blog et quelques posts sur des forums, à l’initiative de William… Comment en êtes-vous arrivés là ?

la_plus_s_rieuse__

Christophe Cazenove : Tout a évidemment démarré chez William lorsqu’il a commencé à dessiner ses filles, il raconte cela mieux que moi. Pour ma part, j’ai répondu à son envie de travailler à deux sur les scénarios.

William Maury : Effectivement, l’idée de départ pour moi était de faire une sorte de cadeau à mes filles sous forme de blog qui relatait en quelques dessins rapides, souvent en noir et blanc, leurs disputes plus ou moins joyeuses… Je les imaginais lire ces tranches de vie avec nostalgie, la larmiche à l’œil, une fois adulte. Le format était bien loin d’une BD classique.

BDE : A l’origine du projet, William croquait ses deux filles. N’est-ce pas difficile de s’appréhender ces personnages, surtout quand ils sont basés sur des personnes réelles ?

CC : Au début j’avais un peu de mal à savoir laquelle des deux était la tornade ou la râleuse, est-ce que l’une des deux était prêteuse ou pas, est-ce qu’elles travaillaient bien à l’école… toutes ces questions qui sont importantes pour caractériser les personnages. Finalement, l’appropriation des personnages s’est faite au fur et à mesure. En m’envoyant des pistes, William m’aiguille sur la personnalité de ses filles, et depuis le temps je connais Wendy et Marine sur le bout des doigts (celles de la BD bien sûr, pas les vraies)

sauce-tomate-volante-COLOh

BDE : Et pourquoi justement faire appel à un autre scénariste pour mettre en scène les disputes et délires de ses propres filles ?

WM : J’aime bien l’humour de Christophe, il a la faculté de surprendre le lecteur avec des gags qui font mouche. Il a une imagination débordante.
Moi, je me sens moins à l’aise dans cet exercice, ce n’est pas évident de trouver une chute « non téléphonée ». J’ai plutôt une vision générale de la mise en scène en rapport avec une situation vécue par Wendy et Marine.
Même s’il s’agit de la vie de mes filles, Christophe est libre de proposer des situations qui lui sont personnelles. Au final, on ne cherche même plus à savoir qui a eu telle ou telle idée. Je lui fais confiance et ça fonctionne.

BDE : Avec un neuvième tome, n’est-ce d’ailleurs pas difficile de se renouveler ?

CC : Je dirai que, dès le tome 2, il était compliqué de se renouveler. Quelle que soit la série, chaque nouveau tome est un challenge à relever. Je ne me pose pas la question en terme de renouvellement, j’essaie juste de voir quel sujet ou quel trait de caractère je n’ai pas encore abordé. Et puis, il y a quand même énormément de choses à raconter dans le quotidien de deux jeunes sœurs, il suffit juste de trouver quoi.

WM : Ça peut arriver de se répéter mais il y aura toujours un détail qui apportera l’originalité à la planche.
A chaque nouvel album, c’est la grande question : Quel thème aborder ? Et puis « sbrouf ! », une anecdote, une discussion au téléphone ou un mail et nous voilà prêts à coucher sur le papier de nouvelles aventures.

COUV LES SUPER SISTERS T1.indd

BDE : Sept ans après le premier tome, les Sisters n’ont pas, à la différence de leurs modèles, pris quelques années en plus. Pourquoi ce choix de les laisser figées à cet âge ?

CC : Elles ne sont pas si figées que ça. Wendy, surtout, a grandi physiquement. Elle est plus mature que dans les premiers albums. Par contre, Marine ne peut pas grandir. Elle est à l’âge où on se trompe dans les mots, où on veut avoir des conversations d’adultes mais où on est encore loin d’être une ado. Lui faire prendre de l’âge nous priverait d’un ressort comique essentiel de la série.

WM : Au début, ça ne m’emballait pas qu’elles changent physiquement et puis je me suis rendu compte que ça fonctionnerait encore mieux si Wendy avait un look plus ado, plus de formes, face à la cadette qui, elle, n’a pas bougé d’un pouce. Ce fossé creusé ne change rien à l’idée de départ et surtout au souhait de la petite Marine : « faire tout comme sa grande soeur !!! » Et lui casser les pieds de temps en temps. ^_^

BDE : La question doit être fréquente… mais comment réagissent les vraies Sisters ? Et est-ce que leur entourage est lui aussi croqué ou les autres personnages sont-ils fictifs ??

WM : C’est habituel pour elles de se voir dessinées. Je les croque depuis leur naissance.
A l’époque du blog, elles en redemandaient et lorsque les albums sont sortis, elles étaient encore plus ravies.
De les voir lire leurs aventures en riant aux éclats est ma plus belle récompense.
Elles ont vraiment réalisé le jour où elles se sont vues dans le journal de Mickey (qui pré-publie les albums depuis 2007) Elles reconnaissaient leurs chambres, leur maison et quelques copines.
La famille aussi. Même si je ne montre jamais les visages des parents. C’est un parti pris depuis le début. Se concentrer sur les enfants qui sont les personnages principaux.
C’est marrant aussi de voir que certaines copines actuelles les ont connues sur le papier avant de les fréquenter.

adulte

BDE : On vous retrouve tous les deux dans le collectif Envies d’Ailleurs [déjà présenté dans nos pages, ndlr] avec un tout autre récit, créé également il y a plusieurs années. Avez-vous envie de travailler de nouveau ensemble sur une BD autre que les Sisters ou ces dernières vous occupent suffisamment ?

CC : Fables de comptoirs est le premier projet sérieux sur lequel William et moi avons collaboré. Depuis, les Sisters occupent la majeure partie de notre collaboration, puisqu’en plus des albums de BD, il y a aussi des mini-romans, des hors-séries et les Super Sisters pour lesquelles nous travaillons actuellement sur le tome 2. Mais de mon côté, en tant que scénariste, je travaille sur d’autres projets… ce qui ne m’empêchera pas d’ici quelques semaines de me plonger dans la co-écriture du tome 10 des Sisters !

roman

WM : Fables de comptoir était un des projets présenté à Bamboo Editions. Même concept de gags en une page, mais pour un public plus adulte.
Je n’ai pas le temps de mener d’autres projets pour l’instant. Et puis, l’univers Sisters est très riche.
Le spin-off Super Sisters nous permet d’explorer des univers fantastiques avec des personnages hauts en couleurs, comme les fées, trolls ou zombies. C’est une petite récré. Et avec le tome 10 à venir, nous avons encore pas mal de pain sur la planche et c’est peu dire.

Propos recueillis par Anthony Roux

Interview réalisée le 27 octobre 2014

© William Maury et Christophe Cazenove – Editions Bamboo
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Page Facebook : BD Les Sisters
Lien vers Bamboo Editions – Les Sisters, la série

Tags : , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*