Accueil » Autour de la BD » Anime » Rencontre avec Constantin Pappas, doubleur (Bolivar Trask dans X-Men : Days of Future Past, Tyrion Lannister dans Game of Thrones,…)

Rencontre avec Constantin Pappas, doubleur (Bolivar Trask dans X-Men : Days of Future Past, Tyrion Lannister dans Game of Thrones,…)

Salon du doublage (3)

Maison des Mines, Paris Vème, le 22 novembre 2014, le Salon de la Série et du Doublage fête ses onze ans. Pour celles et ceux qui ne connaissent pas, ce salon n’est pas très grand et propose quelques stands de fans, de ventes (livres, affiches,…), dans une ambiance bon enfant où les invités se montrent très disponibles, jouant le jeu des photos et des autographes. L’essentiel de la programmation est axé sur les conférences. Pour l’occasion, six débats ont été organisés sur la journée : Hercule Poirot, Sherlock Holmes, Agatha Christie, De Funès, Scènes de Ménages, Papa Schultz et les X-Men.

Bulle d’Encre rencontre Constantin Pappas, acteur de doublage, nouveau venu dans la saga X-Men et voix de Tyrion Lannister dans la série Game of Thrones.

Pappas

Bulle d’Encre : Bonjour Constantin, merci d’accorder de ton temps à Bulle d’Encre. Tu prêtes ta voix depuis de nombreuses années à des acteurs dans des films et séries mais le grand public t’a découvert plus récemment, si l’on peut employer cette expression grâce au personnage de Tyrion Lannister, dans la série Game of Thrones. Ce n’est pas frustrant de devoir attendre « l’explosion » d’une série pour que le public découvre enfin les voix qui donnent vie sur nos écrans à tous les acteurs ?
Constantin Pappas : Bonjour. Je ne saurais pas trop quoi répondre. J’ai déjà fait des doublages de séries ou films qui ont pas mal marchés. En revanche, c’est la première fois avec Game of Thrones où je participe à des produits dérivés (jeux vidéos, spots,…).
Je ne suis pas frustré. On le serait à chaque fois, on est doubleur. J’ai déjà été sur des séries cultes mais c’est la première fois que je fais une série culte et qui cartonne en terme d’audimat.

BDE : En prêtant à nouveau ta voix à Peter Dinklage, le peu appréciable Bolivar Trask, dans X-Men Days of the future past, tu intègres le casting de la saga. Même si ce n’est certainement pas la première fois que tu participes à un blockbuster, quel effet cela fait-il ?
CP : C’est super. Je rejoins ce que je disais pendant la conférence, j’étais un lecteur assidu de comics étant jeune, c’est un aboutissement. Je suis fier, content d’y être. Ce n’est pas de l’ego, juste un vieux rêve de gamin. Je ressens beaucoup de satisfaction et d’honneur.

BDE : T’arrive-t’il d’ailleurs de rencontrer les acteurs que tu doubles ? Si oui, qu’est-ce que ça apporte de plus ?
CP : Cela ne m’est jamais arrivé. J’espère un jour en rencontrer un en chair et en os et sympathiser avec quelqu’un à qui je donne ma voix.
Je ne pense pas que ça apporte quelque chose de plus. On passe derrière lui. Si ce n’est pour le plaisir de le connaître.
Mais on peut aussi échanger sur le personnage, pour étoffer la vision du personnage.

BDE : Concernant les personnages de comics ou de mangas, tu n’en es pas à ton coup d’essais avec Bolivar Trask. Tu es la voix d’Harvey Double-Face dans la trilogie The Dark Knight de Nolan, de Reed Richards dans l’anime Les Quatre Fantastiques ou encore de Shiryû et Milo dans Saint Seyia Hadès pour ne citer que ces personnages.
Est- ce différent de doubler des personnages de dessins animés, tels que le Reed Richards des Quatre Fantastiques par rapport à des acteurs (par exemple, Aaron Eckhart incarnant Harvey Dent) ? La dimension « anime » change-t-elle quelque chose ?

CP : Beaucoup de choses. On est très libre dans un anime mais ça manque de profondeur de jeu. On reste superficiel, on n’a pas de repères comme les tremblements de la voix, les regards. On est plus dans le premier degré. Ca manque de variété de jeu.
On doit se poser par rapport à la voix originale, en japonais !

Salon du doublage (1)

BDE : Dans une BD ou un roman, le lecteur s’imagine la voix du personnage. Et parfois, l’adaptation sur le grand ou petit écran change radicalement la façon dont il se l’imaginait. As-tu connu justement des cas où le public ne retrouvait pas son personnage dans ta voix ? Ou toi-même, as-tu pensé que ta voix n’était pas adaptée à tel ou tel personnage ?
CP : Ça m’est arrivé une fois, seulement sur des forums. Pour le manga Lupin, je faisais deux voix, dont celle d’un personnage plus épais, plus âgé que moi. Ça n’a pas plu à certains. J’ai eu des retours négatifs.
On a parfois du mal avec les critiques, les personnes disant tout et n’importe quoi, mais là, je l’ai bien pris, je souffrais aussi pendant le tournage.
Je n’ai pas de comparatif par rapport à ce que pouvaient penser les gens en lisant les livres, je n’ai pas de retour. Seulement des critiques sur tel personnage, sur la voix qui ne collait pas au personnage.

Salon du doublage (2)

BDE : Y-a-t’il un personnage de BD à qui tu rêverais de donner ta voix ?
CP : J’ai cherché mais je n’ai pas vraiment trouvé. Il y en a pas mal déjà pris.
Gamin, je dirais Iceberg, dans les X-Men.
Adulte, je dirais le personnage d’Edika dans Fluide Glacial, Bronsky Proko. J’essaie d’imaginer sa voix.

BDE : As-tu eu des retours d’acteurs que tu doubles ?
CP : Je n’ai jamais eu d’écho jusqu’à présent. Ce serait sympa, ne serait-ce que pour savoir si ça leur plaît.

BDE : Merci beaucoup Constantin

Propos recueillis par Camille Kleinpeter
Interview préparée par Camille Kleinpeter et Anthony Roux

Interview réalisée le 22 novembre 2014

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*