Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Philippe Buchet – dessinateur de Sillage

Rencontre avec Philippe Buchet – dessinateur de Sillage

– Par la carte mère ! La planque de Nävis a été découverte !! ça grouille de soldats!
– Voilà qui est étonnant…
– C’est quoi ce petit ton, Bobo ?! Tu n’as pas l’air surpris.

SILLAGE 17 - C1C4.indd

Philippe Buchet revient avec nous sur cette incroyable saga et sur son héroïne Nävis, mais aussi sur sa vie d’avant Sillage… Vous êtes prêt pour le grand saut ?

Chronique de Sillage T17 – Grands Froids

Bulle d’Encre : Alors, Toujours aussi passionné par Sillage, Philippe Buffet, au bout de 17 albums ?
Philippe Buffet :
Oui, 17 ans d’ailleurs, du coup ! Eh oui, l’année prochaine, Nävis sera majeur (rires). Bon, on ne l’a pas pris à la naissance non plus !

BDE : Avez-vous pris plaisir à renouer avec ce monde que vous avez dessiné dans le tome précédent ? Pour une fois que vous revenez deux fois de suite dans un monde au sein de Sillage, c’est assez rare dans la série.
PB :
C’est assez rare, oui, on l’avait fait dans Les Chroniques de Sillage. De petites histoires assez courtes qui permettaient de faire un épilogue, sur une planète où Nävis est déjà passée.
Là, c’était intéressant, parce qu’il y avait un enjeu. Nävis étant maman depuis 2/3 albums, c’était motivant de la reconfronter aux terres naturelles.

BDE : Mais toute maman qu’elle est, Nävis reste très aventurière. Une vraie mère indépendante.
PB :
Oui, elle n’a pas eu la chance d’élever son petit garçon. Quand elle l’a rencontré, il était déjà grand, c’est forcément un peu spécial.

BDE : Une relation à part oui… En parlant de relation particulière, vous donnez l’impression de vous éclater dans la création de vos vaisseaux. C’est votre dada ?
PB :
En effet. Ca me ramène à mes premiers métiers. J’avais travaillé sur un projet de film, où je m’étais occupé de designer les costumes, les vaisseaux, les décors… Je trouvais ça assez intéressant. Mon travail avait servi à démarcher les producteurs mais le film ne s’est pas fait. Dieu merci, le scénario n’était pas… (Rires)

SILLAGE 17_cs6.indd

BDE : Et de ce premier métier, êtes-vous arrivé « naturellement » à la BD ?
PB :
Ca a toujours été un rêve plus ou moins d’enfant de faire de la BD, ou du comics. J’ai travaillé pendant 12 ans dans la communication en tant qu’illustrateur, et travaillant dans la formation, on faisait souvent sous forme de planches, pour expliquer. J’ai fait mes premières armes là. Et après, j’ai rencontré Jean-David Morvan… et ça s’est fait comme ça. J’ai rencontré Jean-Claude Camano, qui était directeur de collection chez Glénat, il voulait y monter une collection, qui rassemblait des bandes-dessinées qui essayaient de s’insérer un peu dans la vague manga.
Il voulait faire des albums de 136 pages, et avait contacté JD Morvan et Sylvain Savoia, pour une série qui s’appelait Nomad. Et ils m’ont contacté moi : il s’agissait de trouver un 2e dessinateur pour arriver à sortir 136 pages. Sacré challenge, et j’ai dit ok pour cette équipe qui se montait. Je voulais ainsi me familiariser avec le monde de la BD, en restant en coulisse et ne faisais que des décors et mécaniques, un peu de découpage. Mais pas d’encrage ; Sylvain lui était plus sur les personnages et les décors naturels, lui qui travaillait sur un western par ailleurs. Le tout se passait dans un monde futuriste en guerre entre touaregs, nigériens…D’un côté des décors assez contemporains et de l’autre des technologies d’engins sous-marins qui volaient. Assez intéressant et marrant à faire ! Et le deuxième tome se passait dans un néo Tokyo. Un univers qui se rapprochait assez du manga, surtout d’Akira, qui venait de sortir à l’époque.
Et après, Sylvain s’est senti plus à l’aise, et a repris la série tout seul, surtout avec des délais qui se sont allongés. Avec Jean-David, on a proposé différents projets. 7 secondes qui a existé, d’ailleurs, avec Gérald Parel au dessin. On avait proposé Al Togo, que Jean-David a fait par la suite avec Sylain Savoia. Des séries plutôt policières, légèrement anticipées.
Et à cette époque, Guy Delcourt nous a dit quelque chose d’assez juste. Voyant mes dessins, il m’a avoué avoir plus envie de me voir faire de la « vraie » science-fiction. Et on lui a écrit un scénario, spécialement pour lui, finalement.

SILLAGE 17_cs6.indd

BDE : Sillage, un projet commun avec JD Morvan, donc.
PB :
Oui clairement. Et je participe toujours au scénario. On commence par un brainstomring, une séance d’échange d’idées où on se met d’accord sur ce que va raconter l’album. Ensuite, Jean-David m’écrit un synopsis, sur lequel je vais un peu rebondir ; après quoi on en vient à un chemin de fer, où il va découper les scènes en leur allouant tel nombre de pages. Une fois d’accord tous les deux, il part dans une écriture page à page. Jean-David est assez précis, mais j’ai le champ libre pour ajouter ou supprimer un certain nombre de choses, comme des références à d’autres albums, ce qui est assez agréable.

BDE : Et vous avez un univers tellement riche, qui permet d’autant plus ces connexions entre albums et leur relecture.
PB :
C’est ce que j’ai toujours aimé en bande-dessinée, de faire replonger le lecteur dans notre travail. Finalement, je lis assez vite, quand c’est bien découpé, ce n’est qu’ensuite que je regarde davantage les décors, par exemple.

SILLAGE 17_cs6.indd

BDE : Et Nävis, c’est votre fantasme féminin ?
PB :
Non, pas vraiment… Sincèrement, j’aime moins les femmes trop plantureuses en héroïnes de BD. Le côté trop « sexe marqué », disons que je veux dire par là qu’on d’identifie plus facilement à un personnage plus sportif que sexy. Elle doit rester féminine, mais je veux vraiment lui donner un côté vivant, et pas simplement papier glacé.

BDE : Est-ce que vous avez envie de quelques fois dessiner tout autre chose que Sillage ?
PB :
Mais ça, ça va, j’arrive à faire mes albums de Sillage en 6 mois, en en sortant 1 par an. Donc, non, je ne dors plus, enfin surtout sur la fin! Mais ça me laisse l’autre moitié de l’année pour faire autre chose. J’avais fait un Wolverine : Saudade pour Panini avec JD, il y a quelques années. Et aussi un Jour J, avec des russes dans l’espace. Pour ces deux albums, je n’en ai pas fait les couleurs, c’est Walter qui les a faites. Des albums qui m’ont permis d’aller dans le contemporain, pour Wolverine avec les favelas. Et le Jour J, ça emmenait dans le futur comme dans les années 60-70, sur une logique d’uchronie, et sans aucun extraterrestre.

SILLAGE 17_cs6.indd

BDE : Justement, Sillage, son concept, c’est d’aller de planète en planète, dans différentes ambiances ?
PB :
Exactement. On voulait se lancer sur quelque chose dont on ne peut pas se lasser. Là, sur ce dernier album, on est sur quelque chose de retro, façon Steampunk et un futur resté à ses balbutiements. Pour aller sur des trucs parfois très SF, avec les convois. Ou barbare, avec Moneva, dans le tome 4, dans un monde plus médiéval, où elle volait sur un dragon.

BDE : En tout cas, Longue vie à Sillage.
PB :
Encore 13 ! C’était prévu pour 30 tomes en tout.

BDE : Dans 13 tomes, elle meurt ?
PB :
Non, non… elle mourra de vieillesse ! (Rires)

Interview réalisée par Anna Sam et Olivia Tracqui le 11 octobre 2014 à Quai des Bulles (St Malo)
Retranscription : Damian Leverd

SILLAGE 17 - C1C4.indd SILLAGE 17_cs6.indd SILLAGE 17_cs6.indd

SILLAGE 17_cs6.indd SILLAGE 17_cs6.indd Quai-Bulles_buchet
© Morvan, Buchet – Editions Delcourt
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*