Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Michaël Sanlaville – dessinateur de Lastman

Rencontre avec Michaël Sanlaville – dessinateur de Lastman

lastman t6Lastman, édité par Casterman, se diffuse également sur le web via Delitoon tout en continuant son petit bonhomme de chemin depuis bientôt 2 ans chez nos libraires. Parvenant à mêler influences manga, références franco-belges et emprunts astucieux aux films d’action américains des années 80, ce très riche univers de combats épiques est porté par trois auteurs, Bastien Vivès, Balak et Michaël Sanlaville. Ce dernier – qui a fait ses classes à l’école lyonnaise Emile Cohl (promotion Sempé 2004) – travaille largement dans le monde de l’animation et ses studios français. Il n’en a pas moins fait et bien fait ses premières armes BD ces dernières années. Après un premier album dessiné à 4 mains avec Bastien Vivès (Hollywood Jan, chez KSTR/Casterman), Michaël Sanlaville servait un efficace survival avec Eric Borg au scénario (Rocher Rouge Tome 1). C’est ensuite seul que ce natif de la région du Beaujolais proposait son Fléau Vert, album d’action délirante et pétaradante sorti au printemps 2012. La récente arrivée dans les librairies du sixième tome de Lastman clôt puissamment un premier cycle de l’histoire. Raison de plus donc d’aller échanger avec lui, dans l’atelier parisien qu’il partage avec Bastien Vivès et Balak, pour en particulier faire une mise au point sur son investissement dans cette série fleuve, tout sauf tranquille.

 

Bulle d’Encre : Quelles ont été les influences, connues et moins connues, dans ton dessin ?

Michaël Sanlaville : Il y a – bien sûr ! – l’influence des dessins animés manga, diffusés en masse par le Club Dorothée. A 8 ans, je regardais Ken le survivant, ma petite sœur sur mes genoux. Pas certain que mes parents se rendaient bien compte ! Mais, en influence moins connue… si je ne me trompe pas, j’avais le nez collé devant un anim’, pas extraordinaire d’ailleurs, Pole Position. Dans le dessin, j’ai toujours eu un rapport particulier à l’action, à la mécanique. J’ai dessiné des véhicules en tout genre pendant toute mon enfance ! Ensuite, bien sûr, je peux citer beaucoup de classiques, que ce soit Dragon Ball, Olive et Tom

photo02

BDE : Et quelles sont tes lectures actuelles et influences graphiques, qui t’alimentent ?

MS : Je ne lis pas énormément de BD, mais je redécouvre des choses que je n’ai pas lues ado. Comme les jeux vidéo, où mes parents avaient interdit la Playstation à la maison, et auxquels je me suis un peu mis plus tard.

Akira, je l’ai du coup découvert sur le tard. Idem, le manga papier Ken le survivant, ou encore Docteur Slump, je l’ai parcouru encore récemment, en version imprimée. Mais aussi de la bd européenne, comme Larcenet ou d’autres.

Peut-être une lacune, j’avoue, le comics américain : à part Spawn, qui m’avait tapé dans l’œil, je n’ai vraiment pas la culture de cette BD-là. Mais sur ce point, dans Lastman, on a Balak, donc pas de souci !

BDE : Le projet Lastman, à la base est parti d’une idée de Bastien et Balak, comment arrives-tu dessus ?

MS : Je terminais un album alors, et je voyais Bastien et Balak bâtir le projet, avec des éléments qui m’attiraient, comme le noir et blanc, le thème de l’action.

Tout cela avec le confort d’une équipe à 3, avec Balak, très costaud sur le storyboard, et Bastien, très fort sur le dessin. Ce qui m’a mis à l’aise, et j’ai pu apporter mon goût plus personnel pour les scènes d’action. Ce serait très prétentieux de dire que c’est ma « spécialité », mais clairement ce sont là mes affinités. Et avec le rythme à tenir sur le dessin et le storyboard, forcément, nous sommes allés vers ce que chacun préférait. Mais si on avait chacun notre apport, très rapidement, à force de toucher à tout et de devoir tomber les planches rapidement, on a tous réussi je pense à apprendre des autres. Pour mon cas, ça m’a permis de me lancer mieux sur des planches dédiées à des dialogues, comme Bastien très rapidement a pris ses marques sur des scènes de baston.

overcraft

BDE : Comment se sont définis visuellement les personnages de Lastman ? Lesquels ont ta préférence ?

MS : Sur la base, c’est Bastien qui en a défini les principes. Avec, petit à petit, une évolution au fur et à mesure des planches et des albums. Richard Aldana dans le tome 6, on voit que ses bases étaient posées à l’origine mais qu’il a évolué.

Sur les 1ers tomes, j’aime m’attaquer à l’un des méchants, Eleniak. Pour l’anecdote, on voulait partir du visage de Fernandel (Rires). Bien entendu, il a fallu l’adapter à la série de façon à ne pas tomber dans le grotesque, en lui mettant des cernes, le vampirisant…. C’est vraiment un personnage que j’apprécie.

A propos d’inspiration pour les personnages, certains lecteurs l’ont vite vu : on est également partis, pour nos avocats combattants à Nillipolis, de la base des leaders de Queen et Aerosmith.

Plus largement, le principe sur Lastman, l’important réside dans les personnages. Et tout autour, en particulier les décors, on s’est accordés une grande liberté. Ça change de choses infiniment bordées, où le boa de Louis XVI doit comporter tel motif à tel endroit… Pour les habits des personnages de la Vallée des Rois, on s’est lâchés.

BDE : Des clins d’œil dans l’apparence ou d’autres aspects, à d’autres BD/Mangas ?

MS : Bien évidemment, si on parle de tournoi, de gamin aux pouvoirs se révélant, inconsciemment c’est sur Dragon Ball qu’on va s’orienter. Mais rien de volontaire de façon générale, c’est venu « naturellement ».

Mais plus directement, tu trouveras des références explicites, notamment à Dragon Ball, par exemple, remis à notre sauce, l’arbitre du tournoi des tomes 4 et 5 de Lastman. Et plus personnellement, j’ai glissé dans un décor un personnage à moi, qu’on peut voir dans Le Fléau vert, Abdou, auquel je suis attaché. C’est un petit truc à moi ; j’ai d’ailleurs mis dans un public, dans le tome 3, un personnage, RanXerox lui-même, de Liberatore, dont je suis assez fan !

BDE : Et comment s’est élaborée l’apparence des guerriers « augmentés » qu’affrontent Richard Aldana et son équipée dans le tome 6 ?

MS : Il fallait trouver un truc, pour égaler la puissance naturelle de Marianne, Adrian et Cristo…. Et on en a profité pour donner une petite touche SF au projet.

Duke

BDE : Comment se passe le travail sur Lastman quant aux environnements ?

MS : Clairement, on a débuté la série en insistant sur les personnages, les décors n’arrivant qu’après, afin de réussir à tenir le rythme. Une fois les choses calées, on a pu davantage bosser au contexte. D’ailleurs, certains de nos lecteurs nous disaient bien qu’on y restait cohérents, mais bon… Ça pouvait s’affiner.

Bastien et moi aimons à travailler les ambiances. Plus personnellement, j’y prends beaucoup de plaisir. Pour avoir travaillé en série d’animation, où la pression est forte sur les décors, là on est assez libre. Et, oui, plus la série a avancé, plus on a pu le développer.

Techniquement, avec nos Wacoms, l’idée est toujours d’être efficace. Nous ne sommes pas à manipuler des énormes logiciels, et par un minimum d’effets, on cherche à obtenir un maximum de rendu. Là-dessus, les petites structures d’animation par lesquelles je suis passé ont été une belle école, avec une logique d’efficacité poussée, comme on y travaille pas à budget illimité et objectifs limite délirants de précision pour les décors.

La Vallée des Rois, pour parler plus concrètement, ce n’est pas loin d’être du carton-pâte, un monde idyllique avec ses châteaux et autres références comme des costumes. Un petit paradis, en apparence….

Cela, notamment pour trancher avec les ambiances plus urbaines, en particulier Paxtown, où on a bien été influencés par les films d’action des années 80, comme les bouches d’égout fumantes de New-York 1997 par exemple, ou la ville de Predator II.

BDE : Quelle évolution dans le travail avec Balak et Bastien ?

MS : Avant d’être collègues, on est potes. Sur Lastman, nos rapports et notre proximité d’âges font qu’on arrive encore plus vite à se mettre sur la même longueur d’onde. 3 ans de travail en commun, ça crée beaucoup d’automatismes, et je ne me souviens pas d’engueulade !

cristo

BDE : Tu évoquais ton goût pour les scènes d’action. En revoyant les différents tomes, quelle scène mettrais-tu en avant ?

MS : J’ai eu vraiment l’impression de maîtriser la scène de combat à l’arrière du night-club à Paxtown, où Cristo Canyon vient secourir le jeune Adrian. Tout était bien mis en place par Balak et Bastien, mais ce que j’en ai fait, j’en suis vraiment content. Sur la mise en scène, la vitesse, les jeux sur les noirs, la conclusion avec Canyon explosant le mur… Je me suis régalé dessus, à un stade de la série où on est très bien dans notre dessin.

BDE : Je te confirme, ça faisait longtemps que je n’avais pas été aussi saisi par une scène d’action dans un album BD.

MS : Merci ! Cette scène, elle a une vraie logique, elle pourrait constituer une scène de film, là où, notamment les scènes de tournoi, ce serait bien plus compliqué. Autant on ne prête pas une attention particulière à la topographie des décors, autant là elle avait une importance. Visuellement et scénaristiquement, c’est le vrai « retour aux affaires » de Cristo Canyon dans Lastman, qui remontre de quoi il est capable, avec son pouvoir assez spécial.

Et ce dernier tome 6 est une grosse scène d’action, mais en y réfléchissant bien… La baston entre Richard et Duke est certainement mon passage préféré, qui n’est pas sans rappeler les duels fratricides, Sangoku versus Vegeta par exemple…

LastMan-Extrait-1

BDE : Quel lectorat de Lastman ?

MS : Comment dire, sans trop en faire… Les gens sont assez emballés ! On leur propose une série, sur laquelle on ne les fait pas trop patienter en sortant vite nos planches sur le web via Delitoon notamment, et les albums papier. On essaie de coller au rythme de séries TV produites et diffusées vraiment vite, comme l’adaptation TV de The Walking Dead ou Game of Thrones. Et sur ce point, on doit largement saluer Balak, qui scénarise et storyboarde rapidement sans jamais perdre en qualité.

Sinon, notre public reste encore largement adulte, type trentenaires, avec des références souvent communes. Trentenaires qui font d’ailleurs ensuite découvrir Lastman à leurs enfants.

Ca commence à prendre sur ce lectorat. A ce propos, à Montreuil, en 2013, avec des petits collégiens, on a été surpris, sur l’implication des lecteurs, très demandeurs de la suite, et se projetant souvent très bien sur le récit à venir. Certains avaient d’ailleurs des idées sur la suite – on était alors au tome 3 – et certaines révélations du Tome 6, eh bien, ils n’en étaient pas très loin !

BDE : Les déclinaisons de Lastman, DA, JV… Comment ça marche ?

MS : Pour l’adaptation en anim’, les choses se présentent bien. Sans trop en dire, ce sera un développement d’un pan de l’Univers de Lastman centré sur Richard Aldana plusieurs années avant ce que nous racontons dans la BD. On a la chance d’avoir Jérémie Périn ; sur ce coup, un ancien des Gobelins, vraiment très fort, et qui a vraiment compris notre état d’esprit. Le genre de personnes à qui tu fais confiance techniquement et personnellement.

En faire en outre un jeu vidéo, c’était aussi dès le début dans la tête de Bastien. Dès le début, développer d’autres pans de l’univers Lastman, ça a été pensé. C’est ambitieux, d’aller chercher dans les différents médias. J’y contribue en fonction des besoins, dès que j’ai un peu de temps, avec Bastien qui, lui, dirige de loin la direction artistique du jeu. J’ai hâte de voir le résultat, c’est projeté en 2015 

BDE : Et après Lastman ?

MS : J’ai des ambitions raisonnables, déjà que Lastman puisse continuer sur sa lancée. Mais je garde dans un coin de ma tête des histoires trash, c’est mon côté Fluide glacial et Reiser.

 

Propos recueillis et retranscrits par Damian Leverd en novembre 2014

Chronique de Lastman Tome 6

© Vivès, Balak, Sanlaville – Editions Casterman
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*