Accueil » Autour de la BD » Expos-Salons » Rencontre avec Nicolas Damay, président de la CyberBulle

Rencontre avec Nicolas Damay, président de la CyberBulle

1cdf481c5159ae2df6f82760bce59b1e

Un projet assez atypique est actuellement proposé sur la plate-forme de financement participatif Ulule : La CyberBulle.
La CyberBulle se présente comme le premier festival de BD à la fois réel et virtuel où le public pourra rencontrer les auteurs sur place mais également suivre les rencontres à distance, sur le web, voire même y participer.
Ce projet a été initié par Denis Bajram, la bédéthèque de l’Université de Technologie de Compiègne (UTC) et le site planetebd.com.
Deux temps sont déjà prévus : du lundi 23 au vendredi 27 mars 2015, chaque soir, à 19 heures, sur le site www.cyberbulle.com où il sera possible de discuter avec les intervenants et de découvrir leur travail, qu’ils soient éditeur, mangaka, dessinateur,… puis, les 28 et 29 mars 2015, au centre d’innovation de l’UTC (et aussi sur le site) pour assister en live aux conférences et animations.
Nicolas Damay, président de la CyberBulle va nous en dire plus.

Bulle d’Encre : Bonjour Nicolas. Avant d’entrer dans le vif du sujet, pouvez-vous vous présenter ?
Nicolas Damay : Je suis arrivé à l’UTC en 2006 après le bac, puis j’ai rapidement été happé par la gestion de la bédéthèque de l’école : la BDBDEC. Fondée en 1986, elle fait désormais partie des plus grandes bédéthèques publiques de France ! Grâce à elle, mon goût pour la bande dessinée s’est beaucoup développé et notre équipe a toujours voulu en faire plus pour que les gens goûtent eux aussi à la richesse du neuvième art. Aujourd’hui, La CyberBulle rassemble de nombreuses personnes passionnées que j’ai eu la chance de croiser à Compiègne et ses environs. Nous sommes prêts à lancer le festival du futur !

a13819ee3f25da5c0a536f9d1bf9487c

BDE : Sur le papier, le projet de la CyberBulle est ambitieux et va réellement proposer quelque chose de novateur. D’où vient cette idée ?
ND : Cette idée est née aux « Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens », en 2012. J’accompagnais alors Benoît, responsable du site Planète BD, qui avait réussi à détourner Denis Bajram pour une interview. En papotant festival, Denis a lancé l’idée d’un suivi de l’évènement à distance par le public dans un streaming live. Nous avons tous les trois tiré sur ce petit bout d’idée pour lui donner du corps et… voici La CyberBulle !

BDE : De plus en plus, les auteurs de BD grognent contre les salons de BD où la foire à la dédicace est de mise et où des personnes peu scrupuleuses s’en servent comme d’un lucratif business. Votre salon ne proposera donc pas de séances de dédicaces ?
ND : La dédicace occupe une place phare dans bon nombre de festival et cela plaît à une partie des auteurs et du public (il ne faut pas l’oublier !). Ça n’est pas une mauvaise chose en soi, mais nous ferons en sorte que cela reste en second plan par rapport au véritable objectif de La CyberBulle : la rencontre entre les auteurs BD et leur public. Ainsi, les dédicaces ne seront envisageables que sur demande polie et au bon vouloir des auteurs.

BDE : A l’heure où les financements publics se font de plus en plus rares, vous recourrez au financement participatif. Vous avez également toqué à la porte d’institutions. N’est-ce pas difficile de « vendre » un projet de ce type ?
ND : Cela dépend de ce que vous entendez par « projet de ce type » (différent ? farfelu ? innovant ?). Je crois que nous sommes tout de même dans un pays où de nombreuses institutions financent la culture. Ainsi, un festival de BD axé numérique/web peut déjà se positionner sur plusieurs terrains. Notre difficulté principale est plutôt dans le fait que nous sommes d’humbles bénévoles et que nous sommes en « concurrence » avec d’autres projets culturels qui sont très bien défendus eux aussi. Mais nous nous défendons de mieux en mieux !

BDE : Quand on regarde le budget présenté sur le site Ulule, vous annoncez un devis de 15 000€. La somme peut paraître importante pour une première édition. Vous ne craignez pas d’effrayer d’éventuels partenaires ?
ND : Il s’agit effectivement du gros challenge de La CyberBulle : proposer un festival BD accessible à distance, avec des rencontres d’auteurs BD qui soient humaines et intéressantes. Il ne faut pas que les gens soient freinés par des questions techniques lors de l’accès (virtuel) au festival. Nous nous devons d’avoir une plateforme qui soit ergonomique, efficace et fiable. En effet, il s’agit là d’un investissement important à faire pour la première édition, mais c’est un travail qui ne sera pas à refaire pour les suivantes. A propos du devis de 15 000€, c’est là la somme pour une plateforme tout à fait complète. Nous espérons pouvoir y arriver, mais, si nous sommes trop justes, nous nous contenterons d’assurer les fonctions indispensables pour de bonnes rencontres.

d4b0b62f2555b32b9f81956260d08780

BDE : Pour donner envie à nos lecteurs de participer à ce financement et/ou de venir à la CyberBulle, que nous réserve déjà votre programme ?
ND : Le programme est en train d’être peaufiné et, bien entendu, il est totalement confidentiel ! Voici tout de même quelques infos pour Bulle d’Encre. Nous proposerons trois grands types d’animations : les « ateliers », les « échanges » (conférences, débats) et les « rencontres ».
Les « ateliers » permettront au public de se connecter au monde de la BD le temps du festival. Notamment, nous profiterons de la salle de réalité virtuelle de l’UTC pour littéralement nous immerger dans les décors 3D de Jean-Michel Ponzio (dont le vaisseau Horus-Râ de la série Expérience Mort).
Les « échanges » nous permettront d’en apprendre plus sur le monde de la BD numérique. Entre autre, nous vous avons trouvé des auteurs qui défendront férocement le numérique et le papier. Le directeur des bibliothèques de Compiègne, M. Haegele, se joindra au débat pour l’alimenter du retour d’expérience de ses lecteurs vis-à-vis de cette technologie.
Les « rencontres » permettront au public de découvrir un auteur, avec sa sensibilité propre et ses particularités. Les rencontres pourront se faire autour d’un verre, au milieu d’une exposition, autour d’un petit déjeuner, dans des salons prévus à cet effet, etc. Les rencontres seront aussi conviviales que possible. Ce format « familial » sera possible parce que nous n’accueillerons qu’une dizaine d’auteurs et quelques centaines de personnes sur place. Imaginez la cohue sinon ! A La CyberBulle, la foule sera virtuelle : les gens ne pourront pas se marcher sur les pieds et chacun aura une place assise, les yeux et les oreilles au plus près des stars.

Interview réalisée par Anthony Roux le 12 décembre 2014

© La CyberBulle
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*