Accueil » Autour de la BD » Les coulisses » L’intervention de Fleur Pellerin à Angoulême

L’intervention de Fleur Pellerin à Angoulême

pellerin

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, est intervenue lors de la cérémonie de clôture du 42ème Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême, un festival marqué à la fois par les attentats du début de l’année 2015 mais aussi par les revendications sociales des auteurs.

th9JRWXVJD
Après avoir adressé un hommage aux dessinateurs assassinés et défendu la liberté d’expression, Fleur Pellerin a annoncé le lancement d' »un chantier visant à proposer une formation dédiée aux illustrateurs de presse, en lien avec la rédaction de Charlie Hebdo. »
La ministre a apporté de plus amples précisions sur cette possible formation et son calendrier : « Plusieurs écoles d’art ont d’ores et déjà manifesté leur intérêt, qu’il s’agisse de
l’école nationale supérieure des arts décoratifs de Paris, mais on peut penser aussi bien sûr à différentes écoles d’art graphique, à l’école d’Angoulême pourquoi pas mais aussi avec des écoles de journalisme avec le soutien de la Conférence des Ecoles de Journalisme. Concrètement, j’organiserai un groupe de travail pour aboutir à une première expérimentation dès la rentrée prochaine. »

arton28564
La ministre a profité du salon pour rencontrer les organisateurs des Etats Généraux de la BD et les représentants des auteurs et des éditeurs et aborder les conditions économiques des auteurs.
Elle a notamment défendu la spécificité du statut des créateurs : « Je tiens à rappeler tout d’abord que le statut particulier des artistes et des auteurs au sein de notre système de sécurité sociale consacre la place particulière que la Nation a souhaité donner aux créateurs. Le rattachement au régime général de la sécurité sociale constitue un élément important du contrat social entre l’Etat et les auteurs – concrètement, cela veut dire que les auteurs, qui ne sont pas des salariés, bénéficient du régime de ceux-ci ».
Mais en précisant que ce maintient « passe par la modernisation du régime pour rendre sa gestion plus performante, assurer une meilleure qualité de service et garantir le niveau de protection sociale ».

Fleur Pellerin s’est engagée à ce qu’aucune réforme ne sera lancée « sans une large consultation des organisations professionnelles concernées », avant de préciser qu’elle « sera menée au premier semestre ».
Elle s’est exprimé au sujet du RAAP, la goutte d’eau qui avait fait déborder le vase :
« Concernant la réforme du régime obligatoire de retraite complémentaire des artistes et auteurs professionnels – le RAAP -, je sais qu’il y a un accord sur la nécessité de la réforme mais que ses modalités et, en particulier, la hausse des cotisations suscite des oppositions, notamment les auteurs de BD. Je rappelle tout d’abord que ce régime concerne à la fois les auteurs de l’écrit, dont les auteurs de BD, mais aussi les artistes, les auteurs compositeurs, etc. Ce n’est pas l’Etat qui a lancé cette réforme mais les professionnels eux-mêmes. C’est le Conseil d’administration du régime qui décide de son évolution »
Elle tient néanmoins à rassurer les auteurs, en évoquant « la volonté du gouvernement que cette
concertation puisse se dérouler dans les plus brefs délais et qu’elle aboutisse à un consensus avec la profession », en proposant notamment un appui technique des services du ministère de la Culture et de ceux du ministère des Affaires sociales au Président du Conseil d’administration du RAAP. Une étude est d’ailleurs engagée sur les revenus des auteurs.

Autre pomme de discorde présentée, la question des droits d’auteur « dont l’avenir se joue cette année en Europe »… Là aussi, les propos se veulent rassurants, la ministre s’engageant pour défendre le droit d’auteur :  » je défendrai avec force le droit auteur qui est un véritable moteur de la création. Je mobiliserai mes homologues pour redonner toute sa place à la culture dans le projet européen. Et je me battrai pour que la Commission, et l’ensemble des Etats, prennent conscience de l’importance de cet enjeu. Vous me trouverez toujours aux côtés des auteurs et des artistes pour défendre
ce droit fondamental ».

Maintenant que les engagements sont pris, seul l’avenir dira s’il ne s’agissait pas de vaines promesses…

Anthony Roux
Toutes les citations de cet article sont extraites du discours de Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, prononcé à l’occasion du 42ème Festival International de la Bande Dessinée d’Angoulême le dimanche 1er février 2015.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*