Accueil » Univers Graphiques » Coups de coeur Graphiques » Hyperbole (Brosh) – Les Arènes – 20,80€

Hyperbole (Brosh) – Les Arènes – 20,80€

hyperbole

Parution : 09/2014

Résumé
Les voies de l’introspection ne sont pas un long fleuve tranquille ; du moins, quand l’introspection est menée de manière méticuleuse et s’attarde sur toute les petites bizarreries qui ponctuent la vie. Allie Brosh prend consciences de celles-ci, quand, à 27 ans, un petit rien lui revient comme une incongruité de sa personnalité : à 10 ans, Allie s’est adressée et a enfouit une lettre dans le jardin qu’elle lira à 25 ans. C’est avec un peu de retard qu’elle prend conscience de l’ampleur des dégâts. A 10 ans, son adoration pour les chiens est telle que son souci majeur et de savoir si, adulte, son rapport avec cet animal sera toujours intact. Mais surtout, sa missive attend instamment une réponse… Alors, Allie s’exécute. Mieux, elle va à son tour adresser des recommandations à toute ses itérations et ainsi remonter le cours des situations fâcheuses, des insatisfactions chroniques et toutes les autres choses qui lui sont arrivése.

Notre avis
La démarche d’Allie Brosh et son livre sont particulièrement troublants à deux niveaux. Le premier concerne la forme. Ce livre, tiré du blog à succès Hyperbole and a half, développe une esthétique du « What the fuck ?! » qui caractérise totalement le propos. A travers ses représentations enfantines et décalées, Allie Brosh , sans vraiment le revendiquer, désacralise le dessin. Celui-ci, dans l’expression enfantine des sentiments, des doutes, des angoisses, des névroses suffit à amplifier l’insécurité abyssale et l’absurdité honnie de la personnalité humaine. Pourtant, le lecteur attentif pourra remarquer une certaine maîtrise technique notamment dans le représentation des chiens (de son propre aveu un exercice qu’elle pratique depuis l’enfance). La seconde singularité vient donc nécessairement du fond. Allie Brosh, par le biais de l’autofiction, réussit à traiter de sujets profonds voire même douloureux en s’appuyant sur la sordidité du quotidien. Ainsi, elle produit des analyses psychologiques – qu’elle ne manque pas d’étayer par des graphiques pseudo-scientifiques jubilatoires – particulièrement justes et accessibles. Il en découle un album surprenant, peut être déroutant, mais qui ne laisse assurément pas indifférent.

En deux mots
Grâce à l’hyperbole du trait, du propos et des situations, Allie Brosh revient à l’essentiel et rappelle que l’Enfer et le Paradis se trouvent dans les petits détails de nos existences : insipides, médiocres, où l’ironie, l’exagération et la sublimation sont une sorte d’instincts de survie pour l’espèce humaine.

Alain Lamourette

Lien vers la page des Arènes de l’album : Hyperbole


8.1 Bouton Commandez 100-30

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*