Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Lâcher prise (Katin) – Futuropolis – 22 €

Lâcher prise (Katin) – Futuropolis – 22 €

Lâcher prise
Parution : 01/2014

Résumé
A 65 ans, Miriam Katin coule des jours heureux à New York. Bercée par la clarinette de Geoff son mari, elle souhaite réaliser une bande dessinée sur le bouleversement survenu dans sa vie il y a peu. Née en Hongrie, son fils lui a demandé de l’aider à devenir citoyen européen pour aller s’installer à Berlin avec Tinet sa compagne. Pour autant, cette nouvelle relève d’un passé tragique et atrocement douloureux pour les enfants de la diaspora Juive qui se sont construits en rejetant tout ce qui se rapporte de près ou de loin à l’Allemagne et plus largement à l’Europe de l’Est. Pris dans les aller-retour d’un ascenseur émotionnel permanent, Miriam va d’abord se fâcher, refuser, puis affronter son angoisse et effectuer un voyage en Allemagne. Celui-ci va la déstabiliser au point de s’en rendre malade. Pourtant, l’aspiration créatrice de Miriam va trouver à Berlin, un écho surprenant et inattendu.

Notre avis
Miriam Katin signe un album surprenant au crayon de couleur. Cette manière de dessiner, renforce le ton du livre : naïf, primesautier, espiègle et donc libre de toute entrave. Pour autant, le fond du livre – dont le lecteur peut assister aux douloureuses étapes de conception mentale – n’est certainement pas anodin. Certes, l’éloignement temporel – sommes toute relatif – de la shoah et de ces traumatismes empêche une représentation directe, mais son évocation instillée par l’auteur témoigne parfaitement de l’ampleur du traumatisme. Mais surtout, cet album donne à voir la pénible reconstruction qui a marqué cette génération et particulièrement Miriam Katin. L’oubli, le silence, mais l’optimisme et la gaieté du quotidien de quelqu’un qui a réchappé à la mort. A travers son fils, Myriam Katin pose de manière bienveillante la question des descendants, ceux qui n’ont pas vécu l’horreur et en portent encore les bagages. Une profondeur subtile se dégage de ce livre dans lequel les insectes jouent un second rôle métaphorique plutôt habile.

En deux mots
Un lâcher prise émotionnel qui surprend par sa vivacité. Où les couleurs tendres ne concèdent rien à la dureté du discours de fond.

Alain Lamourette

Lien vers la page éditeur de l’album : Lâcher prise

Tags : , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*