Accueil » Univers Graphiques » Interview Graphiques » Rencontre avec Jean-Luc Cornette – scénariste de Frida Kahlo

Rencontre avec Jean-Luc Cornette – scénariste de Frida Kahlo

frida_kahlo_couv_tit

Frida Kahlo, artiste peintre mexicaine de la première moitié du vingtième siècle.
Une femme qui a laissé une empreinte forte dans le monde artistique.
Jean-Luc Cornette revient avec nous sur cet album qui pointe sur quelques années de la vie de cette femme d’exception.

Lire la chronique de Frida Kahlo

frida_kahlo_

Bulle d’Encre : Peux-tu nous parler de la genèse de cette bande dessinée ? Frida Kahlo est une artiste que tu apprécies tout particulièrement ?

Jean-Luc Cornette : Avec Flore Balthazar, on cherchait un sujet. On souhaitait travailler ensemble. Un jour, Frida Kahlo s’est imposée. Flore avait lu son journal, et moi, de mon côté, j’avais déjà été à Mexico où j’avais vu certaines de ses toiles. Et j’avais visité l’exposition qui s’était déroulée au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles en 2010. On avait également tous les deux vu le film de Julie Taymor avec Salma Hayek. On s’est rendu compte que nous étions tous les deux fascinés par cette artiste. A partir de ce moment, nous avons commencé à nous documenter pour voir si on pouvait trouver quelque chose à dire d’intéressant sur elle. On ne voulait faire une simple biographie pédagogique. On désirait montrer l’être humain extraordinaire. La richesse du personnage et celle de son entourage.

BDE : Es-tu allé au Mexique pour effectuer tes recherches ?

JLC : Oui, nous sommes allé en repérage à deux durant près d’un mois au Mexique à l’automne 2013. Nous avons commencé par passer une semaine à Coyoacán, la banlieue su de Mexico où vécut Frida. Nous avons visité sa maison, la casa azul, ainsi que les maison de Diego Rivera et de Léon Trotski. Après un parcours au Yucatan où nous avons participé à la fête des morts, nous somme revenus à Mexico où nous avons également visité tous les bâtiments publics, écoles, ministères dont les murs ont été recouverts par les murales de Rivera. Ce voyage nous a apporté une touche de véracité. On s’est imprégné du pays, des gens, des couleurs, du soleil, de la culture…

frida_kahlo_00

BDE : Pourquoi avoir concentré l’album sur seulement quelques années de Frida Kahlo ?

JLC : La vie de Frida Kahlo est d’une telle richesse qu’on pourrait en faire une BD de plusieurs milliers de pages. Surtout qu’en cherchant on trouve énormément de documents, livres très précis, témoignages, photos… On s’est vite rendu compte que si on voulait parler de sa vie, de sa naissance à sa mort, on devrait la survoler sans pouvoir s’appesantir sur des moments clés, des rencontres importantes… Je me suis arrêté sur ces quatre années (de 1937 à 1940) car elles me paraissaient cruciales. C’est le moment où Frida assume sa peinture et devient une véritable artiste. Avant cela elle peignait chez elle et pour elle. Elle était Frida Rivera, l’épouse du grand peintre muraliste Diego Rivera. Durant cette période, elle commence à exposer ses toiles à Mexico, New York et Paris. Et elle devient Frida Kahlo. C’est aussi la période exacte du passage de Léon Trotski au Mexique qui débute par une aventure sentimentale avec Frida et se termine par son assassinat. Ces quatre années furent un tourbillon de rencontres, d’excès, de joie et de pleurs, de trahison et de création.

BDE : L’objectif était de montrer son attachement au communisme tout en montrant la liberté de vie et la quête de son identité ? (Vaste programme !)

JLC : Après la révolution Mexicaine et un nombre incalculable de dictateurs, on se retrouve dans une courte période où le président en place est communiste. L’art contemporain mexicain sous l’influence de Diego Rivera et de quelques autres muralistes tente de rester moderne tout en se détachant petit à petit de l’art européen pour incorporer des éléments de la culture pré-hispanique. Il va de soi qu’à cette époque toute cette peinture est militante. Ce militantisme est souvent très naïf, mais sincère. Frida Kahlo se bat pour le communisme tout en se permettant ce que peu de femmes osaient à cette époque. Même si elle est très liée à son immense mari machiste, elle est indépendante, libre, excessive, amoureuse de tout et parfois de tous.

BDE : Comment es-tu venu à confier le dessin à Flore Balthazar ?

JLC : Comme dit plus haut, c’est une envie commune dès le départ.

BDE : Quel message as-tu voulu faire passer à travers cet album ?

JLC : Aucun. Au contraire des peintres mexicains, je ne me sers jamais de mon travail pour faire passer des messages. Je compte simplement divertir, apporter aux lecteurs une histoire costaude, passionnante et émouvante. S’ils apprennent certaines choses, c’est bien, mais ce n’est pas le but. Chacun en tirera ce qu’il voudra. Je veux juste qu’ils voyagent une heure au Mexique avec Frida, Diego, Léon, Natalia, Ramon… S’ils ressortent de la lecture avec un petit goût de tequila dans la bouche, c’est réussi.

frida_kahlo_02

BDE : As-tu dans l’idée de nous proposer de nouvelles biographies d’artistes et de mettre en avant un moment particulier de leur vie ?

JLC : J’ai terminé un scénario pour une BD plus courte qui sortira dans un an. Je m’attarde sur la création de la toile « Judith et Holopherne » de Gustav Klimt.

BDE : Où va-t-on pouvoir te voir en dédicace bientôt ? (avec ou sans la dessinatrice, t’as le droit de la jouer solo 🙂 )

JLC : En France, on dédicacera, Flore Balthazar et moi, les 21 et 22 mars au festival des Hauts de Garonne à Cenon (à côté de Bordeaux) et le 24 mars à Pau au festival CulturAmerica.

En Belgique, on sera à la librairie Antigone à Gembloux le 17 mars, et à la librairie Le Lotus Noir à Bruxelles le 27 mars.

frida_kahlo_01

BDE : Quel est le prochain projet qui te tient à cœur ?

JLC : « Un million d’éléphants » qui est une très grosse BD que je scénarise et qui est dessinée par Vanyda. Ca parle de près d’un siècle d’histoire du Laos et ça paraîtra aux éditions Futuropolis.

BDE : Et un coup de cœur lecture du moment ? (livre ou BD)

JLC : Le très troublant « Vénéneuses » de Thomas Gilbert paru aux éditions Sarbacane. Je me permets de rajouter les deux BD de Derf Backderf traduites aux éditons çà et là : « Mon ami Dahmer » et « Punk rock et mobile home ».

Propos recueuillis par Anna Sam le 28 février 2015

© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.

Tags : ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*