Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Nathaniel Legendre, scénariste de Sanguine

Rencontre avec Nathaniel Legendre, scénariste de Sanguine

c

Parmi les projets proposés par Sandawe, l’un d’eux raconte l’histoire d’une amazone, destinée à devenir une gladiatrice reconnue dans les arènes de l’Empire Romain : Sanguine. Le scénariste Nathaniel Legendre nous parle de ce projet et pourquoi pas, va vous convaincre d’investir dessus.

Bulle d’Encre : Bonjour Nathaniel. Vous présentez Sanguine sur Sandawe mais avant d’aller plus en détail sur ce projet, pouvez-vous nous faire part de votre parcours et de celui de Sergio Alcalà, dessinateur et coloriste sur ce projet ?
Nathaniel Legendre : En ce qui me concerne, même si je suis assez frais dans le milieu du franco-belge, je baigne dans le milieu de la BD depuis un bon moment déjà. Je me suis longtemps occupé d’une association visant à regrouper des auteurs passionnés de comics US, parmi lesquels on pouvait compter François Debois ou Jean-Marie Minguez. Cette asso nous a ouvert quelques portes et notamment celles de Semic et de son univers de super-héros à la française, sur lesquels j’ai œuvré quelques années. Actuellement je dessine encore le Garde Républicain pour le compte de son créateur, Thierry Mornet.
Avec Sergio, nous avons collaboré sur un premier one-shot ayant pour « héroïne » Mata Hari. Une histoire que j’ai coécrite avec Jean-Blaise Djian et qui devait être publiée par un éditeur qui n’est plus aujourd’hui.
Sergio, sur le circuit franco-belge, n’a que l’album les Purificateurs de publié, et notre première collaboration s’étant plutôt bien passée, nous avons décidé de poursuivre avec Sanguine. Pour Sergio, c’est aussi l’occasion de dessiner de jolies femmes dans le plus simple appareil. Ça a été mon argument pour le convaincre de réitérer l’expérience d’un album ensemble ! ^^
C’est un dessinateur excellent avec un trait aussi nerveux que vivant, et un univers haut en couleurs. Et puis, en termes de narration c’est un fou de mangas, un domaine qui m’est quasiment inconnu. Mais j’apprécie justement la fusion des genres, donc…

Sanguine 001

BDE : En quelques mots, racontez-nous de quoi va parler Sanguine ?
NL : Sanguine se déroule en 180 ap. JC, dans une partie du monde assez inhabituelle pour nous, occidentaux, et les récits sur cette période que nous avons l’habitude de connaître : l’Afrique.
Au début de notre histoire, notre héroïne, une chasseresse amazone nommée Senga, est simplement une adolescente rejetée par les siens, parce qu’elle refuse de se conformer à la norme de sa tribu. Ella va même jusqu’à chasser un grand rhinocéros blanc sans savoir qu’il s’agissait d’une femelle et qu’elle va écoper d’un petit rhinocéros que sa tribu va lui donner à élever, en guise de leçon. Un événement va la pousser à s’enfuir vers le nord du continent avec son nouveau protégé. Elle finira donc par se frotter à une civilisation bien différente de celle qu’elle a toujours connu, celle de l’Empire Romain… et en s’y confrontant, elle va s’imposer, comme gladiatrice !

BDE : Le thème des gladiateurs a souvent été abordé, que ce soit dans des séries télé ou au cinéma, qu’est-ce que ce projet va apporter de neuf sur ce thème ?
NL : Lorsque j’étais gosse, je lisais aussi bien Astérix que les X-Men de Claremont & Byrne. Mes deux Astérix préférés étaient Astérix Légionnaire et Astérix Gladiateur, peut-être parmi les moins « exotiques » des 25 tomes disponibles à l’époque, mais sans doute parmi les plus axés sur le fonctionnement de la société romaine. A mes yeux, les mirmillons et les rétiaires comme les secutors que je découvrais parallèlement dans le détail dans l’ouvrage « Le costume et les armes des soldats de tous les temps » de Liliane et Fred Funcken, avaient des allures de super-héros antiques avec leurs panoplies et leurs spécificités au combat.
Voilà, l’envie d’écrire Sanguine vient de là. Il ne s’agit pas de proposer une description la plus réaliste et fidèle possible de ce qu’était la gladiature comme est capable de le faire la série Murena, mais bien de laisser libre court à ces gladiateurs légendaires comme ceux qui pouvaient combattre aveuglés par un bandeau, ou les femmes gladiateurs. Ces dernières, rien ne prouve leur véritable existence, mais s’il n’y en a jamais eu, elles sont pourtant bien nées de ce besoin de fantasmer des combattants hors normes, au sein d’une pratique qui n’avait déjà pas grand-chose de singulier.
Lorsque vous êtes passionné par l’Antiquité, vous pouvez raconter les plus grandes batailles restées dans l’histoire menées par de grands stratèges, et vous avez la possibilité de laisser libre court aux exploits surnaturels d’Achille ou d’Hercule.
Sanguine est une fiction, qui s’ancre dans un contexte très particulier et documenté, sous le règne de Commode, mais dans une partie de l’Empire – l’Afrique proconsulaire – plus inattendue et au travers du cheminement de ces gladiateurs dont on continue d’ignorer s’ils ont réellement pu exister.
Je suis issu d’une culture pulp, comics… je ne me voyais pas camper dans de l’historique pur. Je voulais naviguer vers une histoire plus insolite, sur le mode des romans d’Edgar Rice Burroughs ou du monde perdu de Skartaris illustré par Mike Grell dès 1975.

Sanguine 003

BDE : Vous avez choisi une héroïne au lieu d’un classique héros pour cette histoire et abordez des sujets forts, tels que le racisme, l’exclusion, l’esclavage et même le rite de l’excision, encore d’actualité. Pourquoi ces choix ?
NL : Avant d’opter pour Sandawe, nous avions proposé le projet chez Quadrants, et le premier problème sur lequel Corinne Bertrand avait buté (à raison, d’une certaine manière d’aborder ce projet) était le fait que dans une arène, un gladiatrice aurait bien eu du mal à tenir la dragée haute à des hommes, qui plus est des athlètes rompus à l’art du combat. C’est sans doute ce qui fait que beaucoup d’historiens continuent de remettre en cause l’existence de telles combattantes dans les arènes. Mais comme je viens de le dire, c’est de la BD, de la fiction et à la limite de la petite mythologie. Ce serait comme dire qu’on ne peut pas faire de BD sur Achille, parce qu’il est improbable qu’un héros ait été réellement invulnérable pour la simple raison que sa mère l’eut plongé dans le Styx en le tenant par le talon…
A partir de là, une frêle gladiatrice peut entrer dans la légende et faire trembler de terribles colosses dans l’arène, surtout si elle y est perchée sur un rhinocéros de combat. Tout comme on peut y voir un gladiateur aussi aveugle et pourtant habile au combat que ne le serait Matt Murdock.
Et tant qu’à créer une « super » héroïne, il lui faut une histoire hors normes.
Senga appartient à une tribu d’amazones ; des lionnes asservies à une tribu de mâles prétendant maîtriser la religion et l’art de la guerre. Elle rejette cet asservissement et en fuyant, en se retrouvant capturée par un laniste, elle va rejeter l’esclavage de la même manière, exprimant sa soif de liberté jusqu’en se montrant capable de découper en morceaux un homme qui persisterait à vouloir l’enchaîner.

BDE : Le financement participatif est de plus en plus souvent employé dans la BD et vous avez opté pour la plate-forme Sandawe. Pourquoi cette dernière au lieu d’Ulule ou d’une autre du même style ?
NL : La première chose à saisir, c’est que Sandawe ne fait pas de vous de simples contributeurs qui lâchent 20 euros ou un peu plus pour obtenir un album qu’il sera délicat d’acquérir par la suite.
En adhérant au principe, vous devenez édinautes, des internautes éditeurs. Ou en d’autres termes, ce que vous allez investir dans ce financement peut vous rapporter. Un édinaute obtient une participation aux bénéfices sur les ventes des albums papier, numériques, et tous les droits dérivés. Sandawe est donc en quelques sortes un éditeur qui repose sur un vaste réseau d’actionnaires, petits ou conséquents. Et bien entendu, plus vous aurez possibilité d’investir, plus gros vous aurez à gagner.
Combien d’entre nous (peut-être à tort) ne se sont jamais dits qu’un éditeur devait se remplir les poches avec telle ou telle bande dessinée lorsqu’elle cartonnait ? Et bien avec Sandawe, on ne fait pas que s’offrir un album pour le lire et/ou le collectionner : ça rapporte !
De notre point de vue d’auteurs, le principe nous a aussi attiré pour un autre facteur très important. Il m’arrive comme tout à chacun d’être sollicité pour un financement participatif. A partir de là, on sait que le délai pour participer va être court d’une part et qu’on n’a pas nécessairement à ce moment là, les fonds qui le permettent. Et d’autre part, on sait qu’il y a urgence à contribuer car il est assez peu probable d’avoir l’opportunité d’acquérir cette offre par la suite. Car le financement participatif en trente ou quarante jours est aussi fait pour que les auteurs sachent quel devra être leur tirage et ont rarement l’occasion de stocker 500 ou 1 000 exemplaires de plus dans leur garage pour courir ensuite les festivals.
Sandawe est un éditeur à part entière. Il offre donc à ses publications les réseaux de ventes habituels, y compris celui des libraires, en France, en Belgique, en Suisse et au Canada. Et celui de la vente en ligne, y compris au format numérique.
La cerise sur le gâteau, c’est que comme pour Ulule ou Kickstarter, en fonction de votre investissement, si vous êtes collectionneur, vous pouvez bénéficier de contreparties. Pour Sanguine, cela va des marques-pages aux originaux grands formats, en passant par des ex-libris, des livrets additifs, des artbooks, des exemplaires dédicacés, jusqu’à devenir un personnage secondaire du premier tome. Mais au-delà, vous bénéficiez de la possibilité de dialoguer et d’échanger avec les auteurs durant toute la campagne de financement et la période de création de l’album, mais aussi des opérations spéciales qui permettent justement de remporter des tirages limités et des orignaux en plus des contreparties propres à votre palier d’investissement. Pour les passionnés, il y a moyen d’avoir accès à un nombre de goodies assez imposant et donc, plus vous participez à ces opérations spéciales, plus vous investissez et plus l’album une fois en vente, va vous rapporter ensuite.
Elle n’est pas belle cette formule ?

Sanguine 002

BDE : Le palier de financement est élevé (40 000€). Ne craignez-vous pas de ne pas arriver à cette somme ? Et dans ce cas, que comptez-vous faire de ce projet ?
NL : Cette solution n’est malheureusement pas impossible.
Pour Sanguine, les édinautes semblent confiants. Nous frisons les 50% et à 75, la publication sera garantie. Lorsque les projets se comportent bien, et que les auteurs sont présents pour l’animer, échanger quasiment au jour le jour avec les édinautes, il arrive aussi que le délai de financement soit prolongé ; l’éditeur signifiant ainsi sa confiance dans le projet et ceux qui le soutiennent. Quelque chose qui est justement impossible sur un Ulule avec une date butoir ferme. Avec cette formule, si les 100% ne sont pas atteint, vous n’êtes tout simplement pas débité de la somme que vous avez investis et les auteurs n’ont plus qu’à faire le deuil de leur projet.
Avec Sandawe, lorsque malheureusement un projet échoue, il vous reste encore la possibilité de déplacer la somme que vous avez investie sur un autre projet. Avec 21 ouvrages en cours de financement, il y a un panel assez cool pour ne pas trop avoir à perdre…

BDE : Pour atteindre cet objectif, on vous laisse justement la parole pour convaincre quelques uns de nos lecteurs. A vous de jouer !
NL : Si malgré tout ça, Sanguine ne parvenait pas à la somme de 30 000 euros qui garantirait sa publication et bien, après une bonne dépression, nous repartirions en quête d’un autre éditeur. Il est possible que des albums fleurissent sur les sites de financement participatif parce que les éditeurs n’en ont pas voulu. Pour Sanguine, collaborer avec Sandawe était un choix. Mais si nous devions trouver une autre manière de nous faire publier, je pense que pour les lecteurs, il n’y aurait pas autant d’avantages, beaucoup moins de goodies et pas la possibilité de récupérer quelques sesterces en plus. On lâche le prix de l’album au libraire et on rentre à la maison pour le lire. Point barre. Avouez que ce serait dommage ?
Sur la page Sanguine sur Sandawe, vous pourrez non seulement voir plus de sept pages de preview du tome 1, les études de personnages, mais aussi de nombreux articles sur le blog ou vous pourrez découvrir les illustrations d’autres auteurs qui seront soit dans l’artbook soit en pochette d’ex-libris, et même une nouvelle en 9 chapitres racontant les origines d’un personnage secondaire et qui est accessible sans verser un sou. Bref, en plus de l’album, il y a un univers étendu qui laisse aux lecteurs la possibilité d’apprécier toute la richesse de notre projet !

Interview réalisée par Anthony Roux le 28 mars 2015

Pour soutenir Sanguine
© Nathaniel Legendre et Sergio Alcalà
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Tags : , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*