Accueil » Actualite-bd » [Projet] Lona, la hideuse : parabole sur la différence et l’acception de l’autre

[Projet] Lona, la hideuse : parabole sur la différence et l’acception de l’autre

lonaLona, la hideuse, est un projet d’un duo qui mérite vraiment d’être connu. Belle à nos yeux mais hideuse dans le monde dans lequel elle vit, Lona s’est forgée un fort caractère et ne se laisse pas marcher sur les pieds. Ce manga à la française en devenir respire l’originalité et la passion. « Parabole sur la différence [et] l’acception de l’autre » selon Maxime Fontaine, le scénariste, Lona, l’hideuse, véhicule naturellement les codes du shônen manga avec une certaine profondeur et un dessin dynamique, agréable et efficace.

Voici le contexte : Maxime Fontaine (le scénariste) a repéré le travail de Christophe Cointault (le dessinateur) à l’occasion du projet désormais annuel INKtober. Il s’agit d’un événement qui a lieu… au mois d’octobre et qui impose la création d’un dessin basé sur un thème différent imposé chaque jour de ce mois. Alors que Cointault recherchait des idées de scénario, Maxime le contacte et lui propose trois pitchs dont celui de Lona. L’idée l’intéresse rapidement. « Je crois que notre rencontre est due à un bon timing et à une envie commune », explique Maxime. Ainsi, après avoir fait éditer son Central Universe (actuellement en deux volumes), Christophe, parmi ces nombreux projets, a donc voulu donner cette chance à cette histoire qui, dans l’heure, n’a pas encore trouvé d’éditeur.

1798151_203918279801489_1998581808_n 1509121_203918353134815_1745876468_n

Lona, la Hideuse. Elle ne l’est pas tant que cela si on réfléchit bien. Mais là où elle vit, c’est l’image qu’elle donne, malheureusement pour elle. Selon son scénariste, Maxime Fontaine, ce projet est une sorte d’ « Elephant Man » à l’envers. L’intérêt de Lona est donc de proposer un univers miroir où notre définition de la laideur est, avec une certaine frustration, complètement inversée. Le background est le suivant : retrouvée dans un laboratoire clandestin par une bande de gitans, Lona se retrouve exhibée comme un phénomène de foire. Bien que protégée par certains d’entre eux, elle se sent seule. Jusqu’au jour où elle apprend que d’autres « monstres » comme elle existent. Bien sûr, il s’agit d’autres humains. La jeune fille va ainsi devoir « se trouver une place dans ce monde qui la déteste ».

Qualifié de manga de science-fiction, Lona, La Hideuse, envoie le lecteur dans un 19ème siècle rétro-futuriste. « Lona est aussi une enquête et un récit de découverte » confie Max. Selon les auteurs, le projet est d’envergure : Lona, la hideuse, est pensé comme un manga-fleuve et pourrait se poursuivre sur de nombreux tomes avec plus d’une centaine de pages par épisode.

Lona2

D’emblée, ce qui est plaisant de ce projet, ce sont la qualité des visuels et les détails qui fourmillent de toutes parts. Dans l’ensemble, on reconnait diverse influences chez Christophe Cointault. On voit que le dessinateur a été longtemps bercé par de nombreux shônen manga de Dragon Ball d’Akira Toriyama en passant par le One Piece d’Eiichirô Oda.

Lona3

Très optimiste, malgré son triste lot, Lona peut aussi être violente. Et que serait un shônen manga de type nekkutsu (littéralement « le sang bouillonnant ») sans ses indispensables bastons ?

Lona4

Prises de vue efficaces, gros plans très réussis, si Lona n’a pas encore trouvé l’écurie qui lui convient, on ne peut être qu’optimiste face à son avenir. Aux dernières nouvelles, il semblerait que le projet puisse profiter d’un passage salutaire vers le modèle économique du financement participatif… courant de l’année prochaine nous dit-on. Lona, la hideuse est donc un projet qui nous a tapé dans l’œil et qui mérite amplement une édition. Qu’en pensez-vous ? Seriez-vous intéressés pour connaître les aventures de Lona, la hideuse ?

Retrouvez les travaux de Christophe Cointault et de Maxime Fontaine (également dessinateur d’un feuilleton de trips autobiographiques quand il ne passe pas son temps à imaginer des univers aux milles couleurs).

Gaël Barzin

Tags : , , , , , , ,

Un Commentaire

  1. Sylvain Espiasse
    Posté 5 avril 2015 at 23 h 27 min | Permalink

    J’ai hâte de découvrir ce que donne cette association et ce livre.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*