Accueil » Univers BD Européenne » Interview BD européenne » Rencontre avec Pascal Bresson, scénariste de la série Entre Terre et Mer

Rencontre avec Pascal Bresson, scénariste de la série Entre Terre et Mer

entre terre et mer titre 600
Entre terre et mer est une série qui a bercé des millions de téléspectateurs à la fin des années 1990. en 2015, cette saga revient sous format BD. Une trilogie dont les deux premiers tomes sont d’ores et déjà disponibles.
Pascal Bresson (le scénariste) revient avec nous sur la genèse de cette adaptation.

Entre Terre et Mer
Scénario : Pascal Bresson
Dessin : Erwan Le Saëc
Editions : Soleil Celtic

entre terre et mer extrait 0

pascal bresson bulle d'encreBulle d’Encre : Peux-tu nous en dire un peu plus sur la genèse du projet ?
Pascal Bresson :
C’est nostalgique. C’est une série qui a été diffusée sur F2 en 1997 par Hervé Baslé, enfant du pays puisqu’il est né près de St Malo. Il a raconté la vie de son grand-père qui était terre-neuva (d’abord un roman puis un best-seller au cinéma).
Quand Didier Bienaimé (un ami proche) a tourné ce film a St Suliac près de St Malo, il m’a appelé et m’a dit « toi qui aime le côté sauvage, la mer, viens t’installer, St Malo c’est le coin idéal ». C’est comme ça que je suis arrivé en Bretagne et que j’ai retrouvé les décors de la côte d’émeraude. Je suis allé voir Hervé Baslé et lui ai demandé si je pouvais adapter son téléfilm en BD.

BDE : Après tu as travaillé tout seul ?
PB :
Non, on a travaillé sur 3 albums qui sortent tous cette année (janvier, mai, octobre). J’ai travaillé avec Erwann Le Saëc que je connais depuis 20 ans (La Mafia). Il ne s’épanouissait plus dans le côté polar en BD et je lui ai proposé le projet Terre & Mer. Je ne pouvais pas tout faire : 3 albums (scénario et dessin) en un an et demi, je lui ai donc proposé de faire le dessin.
C’est un projet qui a eu super long, il a fallu l’accord de Baslé, relire le roman, revisionner les 6h d’épisodes et 6h c’est très long… c’est le problème du cinéma par rapport à la BD puisqu’on peut se permettre des lenteurs, longueurs, monologues alors qu’en BD, c’est l’éllipse et aller à l’efficace.
C’était donc 3 supports différents et la bande dessinée permet d’être lue par tout public et je voulais viser la jeune génération. J’aime le devoir de mémoire, j’aime transmettre. Ce projet « entre terre et mer » était un bon moyen de transmettre le patrimoine et la culture bretonne, mais surtout comment vivaient leurs grands-parents et arrière-grands-parents. Que ce soient les gens de la terre ou les gens de la mer en 1920.

entre terre et mer extrait 1

BDE : Il y a un attrait particulier de la mer de ta part ?
PB :
J’aime beaucoup la mer parce que c’est assez mystérieux. Il y a une ligne d’horizon, en-dessous il y a de l’eau salée et on ne sait pas ce qu’il y a dessous.
Plus jeune, les dents de la mer m’ont beaucoup impressionné et enfant quand je me baignais dans la Méditerranée, je craignais de voir apparaître un grand requin. Et les enfants sont souvent passionnés avec les peurs.
Je me suis surtout intéressé à l’écologie. J’ai ainsi rencontré le commandant Cousteau avec ma série pour enfants Poulpia (ORTH) : une petite pieuvre qui se battait contre la bêtise humaine. Quand il est décédé, c’est Nicolas Hulot qui a repris le flambeau. Mes deux idoles quand j’avais 15 ans… et qui m’ont donnés envie de dessiner la mer.
J’aime la mer, elle m’impressionne.
Dans la série « Entre terre et mer », l’écologie n’est pas vraiment présente, la mer non plus d’ailleurs dans le premier tome qui est plus orienté vers la terre puisque le personnage principal Pierre, il n’a jamais vu la mer et découvre cette immensité sauvage.
Dans le premier tome, j’ai positionné les personnages et les décors. Le second tome permet de suivre la personnalité de chacun et on y découvre les gens de la mer. Dans le troisième album, on sera carrément sur mer puisqu’on sera dans le bateau et vivre le quotidien de ces marins qui affrontaient brumes et tempêtes pour nourrir leur famille. On va voir aussi la vie de ces femmes qui restaient à terre, vivant dans l’angoisse de perdre leurs hommes.

entre terre et mer extrait 2BDE : C’est un sujet difficile. Dans cette série, tu as réussi à osciller entre le côté dramatique, humour et pauses.
PB :
Il faut savoir doser avec des temps morts pour que ça respire. D’ailleurs, Hervé Baslé lorsqu’il a vu les premières planches de la BD a été surpris de découvrir qu’on pouvait faire passer autant d’émotions en dessin.
Il faut des cases sans dialogue, jouer sur les plans et l’émotion ressort.

BDE : La création a été rapide : un an et demi. Comment avez-vous fait ?
PB :
On a travaillé en équipe. Erwan habite près de chez moi et on se voyait souvent. Je lui ai économisé le travail : un maximum de précisions, des photos des lieux avec tous les éléments. Ce qui lui a facilité les décors. Pour les personnages, il a l’habitude et une facilité. De plus, nous sommes tous deux de grands amateurs de cinéma et nous avons fait comme du cinéma sur papier.
Et plus que de réadapter « entre terre et mer » qui serait reprendre mot pour mot ce qui a été dit et écrit, j’ai réinterprété. J’ai repris les codes et réécris. Ainsi, dans le premier tome, la scène du train dure 15 mn, dans l’album 3 pages : j’ai réécrit le monologue de Pierre pour condenser et faire ressortir sa présentation. J’ai aussi réécrit la fin car la série était prévue initialement en 4 tomes pour finalement sortir en 3. Réécrite mais pas trahie ! j’ai gardé l’esprit en apportant ma touche personnelle.

BDE : Réinterprétation…. La première chose que je suis allée voir en lisant l’album c’est de voir si les personnages ressemblaient à ceux du téléfilm.
PB :
Du tout ! d’abord à cause du droit à l’image, ensuite parce que je les connais et c’était difficile de les reprendre tels qu’ils étaient et si c’était pour faire du roman photo, je n’en voyais pas l’utilité. Nous avons donc recréé l’ambiance, les personnages et tout le contexte… Erwan a ainsi pu s’accaparer totalement les personnages sans une contrainte supplémentaire.
D’ailleurs, au cours de la série, les personnages évoluent. Ainsi, Pierre qui est nouveau, vierge et effacé ; dans le tome 3 c’est devenu un homme et il a appris à s’imposer face aux autres marins.

entre terre et mer extrait 3

BDE : Le moins que l’on puisse dire c’est qu’il y a beaucoup d’émotions à passer.
PB :
Oui, d’ailleurs je me souviens que lorsque Jean-Luc Istin (le directeur de collection de Soleil Celtic) a lu pour la première fois l’album, a versé sa larme. Il a été surpris par ce qui s’est dégagé.
J’ai été content d’apprendre ça, je voulais que l’émotion soit forte dans cette série, qu’on puisse avoir un sentiment de sensibilité face aux personnages dessinés.

BDE : et qu’est-ce que tu as préféré dans cette période de création ?
PB :
Les dialogues ! Aucun des personnages principaux parle pareil : les gens de la mer, les gens de la terre, l’armateur… et j’ai eu comme un rôle de metteur en scène et me suis mis dans la peau de chaque personnage. Il fallait trouver des ficelles pour faire ressortir chacun sa personnalité.
Et puis décrire.
Pour avoir une bonne bande dessinée, il faut un bon équilibre texte et dessin. Et aujourd’hui je privilégie encore plus le texte.

BDE : Et le plus compliqué ?
PB :
Peut-être de mettre en avant le rôle des femmes qui était important sans passer par le côté caricatural ou pathétique.

Propos recueillis par Anna Sam le 12 mai 2015

Extraits : noir et blanc et mises en couleur

entre terre et mer 10 entre terre et mer 05entre terre et mer 04

entre terre et mer 02 entre terre et mer 01

© Soleil Celtic, Pascal Bresson, Erwan Le Saëc
Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et ne peuvent être utilisées sans leur accord.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Tags : , , , ,

2 Commentaires

  1. FLAHAULT
    Posté 11 janvier 2016 at 17 h 00 min | Permalink

    Très admirative des BD de Pascal Bresson et habitant St Suliac j’aimerais prendre contact avec lui.
    Pourriez-vous me communiquer ses coordonnées ?
    En vous remerciant à l’avance,
    Brigitte Flahault

  2. Posté 11 janvier 2016 at 23 h 27 min | Permalink

    Bonjour,
    Pour des raisons de confidentialité, nous ne communiquons pas les coordonnées des auteurs rencontrés.
    Nous vous invitons à passer par le biais du contact donné sur son site : http://pascalbresson.site.monsite-orange.fr/ (ou le cas échéant, par son profil Facebook ou par son éditeur).

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*