Accueil » Univers Graphiques » Chroniques Graphiques » Le Procès Carlton (Robert-Diard, Boucq) – Le Lombard – 15€

Le Procès Carlton (Robert-Diard, Boucq) – Le Lombard – 15€

proces carlton
Parution : 07/2015

Résumé
Alors que le landerneau des observateurs glose la peopolisation des hommes politiques – comme une illustration du détournement de leurs fonctions de porteurs de projets au profit de leurs statuts d’hommes publiques – il y a des sujets qui remettent immanquablement les puissants de ce monde face à leur nature profonde. Mais qui permettent également au commun des mortels de se sentir moins seul dans ce qu’il a de plus similaire mais pourtant le moins volontiers du monde partagé, la banalité de l’existence humaine. Parmi eux, le sexe tiens une place de choix. Quoi de plus naturel en sommes que de circonvenir aux images protocolaires, aux postures guindées et aux discours ampoulés en apprenant dans les tabloïds qu’untel pratique la sodomie bestiale ou qu’un autre court un adultère de marathonien. Le procès Carlton, deuxième acte des aventures politiquement incorrectes de Dominique Strauss Kahn, ancien président du Fond Monétaire Internationale, en est l’illustration la plus parlante de 2015. Au banc des accusés pour proxénétisme aggravé, au coté de ses co-prévenus, notables lillois et du propriétaire Belge de maisons closes Dodo la saumure, l’homme se met à table sur son goût pour les fruits défendus et se fait cuisiner par un bataillon judiciaire mis en appétit par la tournure médiatique des événements. Il en ressort des évocations pas franchement tournées vers le raffinement du végétarisme, mais plutôt l’étalage d’une boucherie au salon de l’agriculture.

Notre avis
Un album « De salubrité public » comme l’a sous titré la maison d’édition Le Lombard, tant par la tenue du propos que par les partis pris de ses auteurs. François Boucq au dessin, met en scène son trait et aiguise son regard pour détecter les postures, les regards des acteurs en jeux au tribunal de grande instance de Lille. Avec la vivacité du croquis in situ, tantôt en noir et blanc, tantôt en couleur, il saisit la honte des prévenus, la lassitude digne d’un DSK rompu au battage médiatique qu’il traîne depuis le Sofitel de New York, le courage des deux anciennes prostituées qui racontent l’inracontable, l’incongruité joviale de Dodo, la solennité des partis civils associatifs, l’acuité, la rigueur et la pugnacité des magistrats. Pascale Robert-Diard, journaliste politique et chroniqueuse judiciaire pour le site du journal Le Monde, moins connue dans le milieu de la bande dessinée, assure la tenue du propos. Son parti pris est clair, ne pas tomber dans la facilité d’un racolage grossier, mais expliquer avec minutie les rouages d’un procès qui finalement n’est pas vraiment celui d’un politique mégalo à la tête d’une organisation dédiée au stupre et à la luxure. A travers le résumé en 136 pages de 13 jours d’audiences, on perçoit la fragilité de l’instruction, la disproportion du traitement médiatique de l’affaire et finalement on assiste par les yeux de François Boucq et de Pascale Robert-Diard, à une pantalonnade… mais pas forcément à celle qu’on croit.

En deux mots
Un scandale politico médiatique international, aux limites du grand banditisme, qui finit en vaudeville foireux de cocus de province… La septième compagnie dans un remake des Affranchis made in France.

Alain Lamourette

Lien vers la page éditeur de l’album : Le procès Carlton

navAmazonLogoFooter._V169459217_

Tags : , , , , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*