Accueil » Autour de la BD » Autour de la BD » Ant-Man : de l’homme miniature au grand écran

Ant-Man : de l’homme miniature au grand écran

ant man affiche film
Date de sortie : 14 juillet 2015
Réalisateur : Peyton Reed
Acteurs : Paul Rudd, Evangeline Lilly, Corey Stoll, Michael Douglas
D’après les œuvres de : Stan Lee, Jarry Lieber, Jack Kirby
Production : Marvel Studio
Durée : 1h57
Genre : action, science-fiction, super-héros
Distribué par : The Walt Disny Company

Loin des musculeux superhéros que Marvel et Disney sur lesquels ont décidé de capitaliser ces dernières années, Ant-Man en est, pour ainsi dire, leur antithèse. Pas que Scott Lang soit frêle et insignifiant, mais il s’écarte néanmoins du cliché du héros bodybuildé. Est-ce cela qui le rend plutôt sympathique ? Ou l’incongruité de son propos ? Car un homme-fourmi, c’est rigolo, tout de même.

Ant-Man-Antman-Avengers-Marvel-Comics-Image-389-1024x576Aux côtés des superhéros « bankables », tels que Super Man, Batman, côté DC Comics, et X-Men, Avengers, Iron Man et consorts, côté Marvel, on retrouve quelques outsiders. Si les Gardiens de la Galaxie ont réussi à moderniser et à rendre cool leur image pourtant un peu poussiéreuse à l’état papier, c’est un peu la même chose avec l’Homme-Fourmi. Et ce n’est pas nous qui le disons. Jack Kirby, l’auteur de Ant-Man, lui-même, estimait que son personnage était sans « grande envergure ». S’agissait-il d’un simple jeu de mot ? En réalité, selon lui, Ant-Man était le contraire de ce que devait être un superhéros, soit le fait « d’étaler sa force ». « Le fait de rapetisser à la taille d’une fourmi ne fait rêver personne » avait-il révélé un jour (source : Jack Kirby, Kings of comics, éditions Urban Comics). Pourtant, pouvoir échapper à la plupart des dangers, rentrer dans des tuyaux, voire sous terre, n’est-il pas une sorte de fantasme pour beaucoup d’entre nous ?

Un héros « sans envergure » ?

3782_ant-man1-1354038826Comme il est question ici de bandes dessinées (remplies de bulles d’encre), faisons une topographie du matériau d’origine. Ant-Man fait ses premiers – petitspas dès 1962 dans un numéro de Tales of Astonish. On retrouvait donc Jack Kirby, surnommé dans le milieu comme le « king of comics » (il a secondé son ami Stan Lee pour de nombreux projets dont les X-Men ou Les Quatre Fantastique), aux dessins et Stan Lee au scénario. Comme dans le film, l’on retrouve plusieurs incarnations d’Ant-Man. Il y a le premier, Hank Pym, à l’origine de la technologie de rétrécissement, et Scott Lang. Respectivement, dans le film, l’on retrouve un vieillissant Michael Douglas, un peu fatigué mais bien positionné en tant que mentor, et Paul Rudd, dans le rôle du jeune Ant-Man. 

Le pitch ressemble à beaucoup d’autres et trouve sa racine dans une recherche réalisée dans un laboratoire. Hank Pym, scientifique de génie, est l’inventeur des « particules Pym » qui permettent de rétrécir des objets. Dans l’histoire d’origine, Hank Pym décide de le tester sur lui. Miraculeusement, cela fonctionne mais il tombe dans une fourmilière plus ou moins hostile. Il finit par se lier à l’un des insectes et arrive finalement à regagner sa maison. Suite à ce premier épisode, Ant-Man semble convaincre et l’on retrouvera plusieurs autres aventures de l’homme miniature. Les épisodes qui suivent s’inscrivent dans le contexte de la Guerre Froide et l’on retrouve également cet élément dans dans les origines de cette technologie dans le long-métrage. Si son auteur ne semblait pas emballé par sa création, de là à confier l’univers à d’autres artistes, il faut savoir qu’Ant-Man n’était pas seul. Plus tard, le protagoniste rencontre Jane Van Dyne qui deviendra un personnage très connu : la Guêpe. Ce personnage, dès 1963, contribuera à la mise en place des Avengers (organisme qui regroupe naturellement plusieurs super-héros tels que Hulk, Thor ou encore Iron Man).

Si le film se focalise sur cette période, le personnage d’Ant-Man évolue avec le temps, change de nom (Le Frelon, notamment) et sombre progressivement dans une sorte de folie en jouant sans cesse sur sa technologie. C’est en 1979 que Scott Lang prend le relais. Cambrioleur plutôt habile, il cherche avant tout à guérir sa petite fille, Cassie. Ayant pourtant décidé de tout laisser tomber, il tente de cambrioler le milliardaire Hank Pym et ne trouve que la combinaison d’Ant-Man. En parallèle, il découvre qu’une femme médecin, le docteur Sondheim, serait la seule à pouvoir sauver sa fillette. Pas de chance, le magnat Darren Cross la détient prisonnière. C’est là qu’intervient la passation de pouvoir entre les deux personnages. Dans la BD, on retrouve une troisième incarnation avec le dénommé Eric O’Grady. Cet épisode est scénarisé, en 2006, par Robert Kirkman (l’auteur de The Walking Dead). Rattaché au SHIELD, O’Grady hérite du costume de l’Homme-Fourmi.

Du dessin au grand écran

Ant-Man_2Grosse production, jaugée à 130 millions de dollars, Ant-Man a beau proposer une personne microscopique (par moments, bien sûr), sa réalisation est particulièrement flatteuse. Il a beau être un personnage « secondaire », Marvel et Disney ont mis les petits plats dans les grands pour donner la meilleure image possible au personnage de Jack Kirby. L’histoire diffère assez peu du comics. On retrouve Scott Lang qui, à la sortie d’un passage en prison, veut tout plaquer et repartir sur de bonnes bases. Dans ce rôle, donc, on retrouve Paul Rudd qui génère une certaine sympathie. Malchanceux, et pour pouvoir s’occuper de sa fille, il va accepter de participer à un ultime cambriolage. Pas de chance, le coffre ne contient pas un dollar mais uniquement une veille combinaison. On apprend donc qu’il s’agit de la propriété du vieux Hank Pym, qui s’est retiré des affaires et qui semble avoir monté le coup de toutes pièces. Entre autre, Darren Cross, l’ancien protégé du scientifique, fait cavalier seul et est à deux doigts de découvrir comment créer la réduction des molécules… à des fins, naturellement, maléfiques, jusqu’à devenir un nouveau méchant : Yellowjacket.

Screen-Shot-2015-04-13-at-9.13.08-AMAlors, dans la pratique, que faire quand on est aussi petit qu’une fourmi ? En fait, deux choses assez excitantes ont été imaginées. D’un côté, le personnage bénéficie, à l’instar des formicidés, d’une force bien supérieure à ce que laisse présumer sa taille. Si la chose est connue d’à peu près tout le monde, on retrouve plusieurs théories. Selon le film et l’histoire originale, une fourmi peut soulever cinquante fois son poids et tirer l’équivalence de trente fois sa masse. De fait, la chose donne un côté très fun et le film permet de ressentir ça à de nombreuses reprises. La seconde est la maîtrise, et le long-métrage appuie fortement là-dessus, de la gestion de l’agrandissement/rétrécissement. Le test ultime est d’ailleurs le saut à travers une serrure, avec une course débutant en taille normale, puis en taille réduite pour traverser la porte, et terminer, à nouveau, au format humain. Cette pratique est, pour ainsi dire, la clé pour réussir en tant qu’Ant-Man. Car, finalement, ça ne reste qu’un humain, la combinaison ne lui donnant pas de hausse de force comme c’est le cas avec Iron Man. C’est tout ? Non, bien sûr. Un homme-fourmi sans fourmi, ne serait qu’un homme (miniature, certes). Le film de Peyton Reed invite ainsi plusieurs espèces de fourmis, dont la fameuse fourmi balle de fusil, à cause de leur piqûre, très douloureuse, comparée à un coup de fusil. Le mini-héros se crée ainsi une mini armée très variée avec, notamment, des fourmis folles ou des montures volantes, permettant de combler sa difficulté à parcourir, rapidement, de longues distances.

maxresdefaultEntre ce pan du public qui conspue Hollywood et les fans de la première heure qui attendent une grande fidélité, Ant-Man aura pour lui une certaine modestie, voire une certaine nonchalance, reproduite à l’écran par un personnage assez sympathique. Le contrat d’Ant-Man était de faire découvrir un nouveau personnage « Marvel » et d’être un énième symbole de l’entertainement estival. Et l’ensemble fonctionne plutôt bien, très bien même. Pourtant, au niveau de la construction filmique, on aurait pu s’attendre à pire, sachant que le projet a été partagé par plusieurs réalisateurs et a souffert d’un grand retard. Notons les références plus que marquées aux Avengers qui donnent toute sa cohérence à l’univers.

Gaël Barzin

Tags : , , , , , , ,

Un Commentaire

  1. Posté 21 juillet 2015 at 7 h 57 min | Permalink

    très bon article!
    je suis allé le voir récemment et cela reste une bonne surprise, sans être effectivement le film du siècle.

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*