Accueil » Univers Manga » Interview Manga » Rencontre avec Romain Huet pour My Magical Girlfriend

Rencontre avec Romain Huet pour My Magical Girlfriend

My Magical Titre

My Magical Girlfriend est présenté sur la plate-forme de financement participatif Ulule comme un « manga de comédie romantique avec une grosse pincée de magie ». Derrière ce projet se trouve Romain Huet, un auteur ayant fait ses premières armes sur Geek Agency (avec Philippe Briones).

Bulle d’Encre : Bonjour Romain. Avant de nous présenter ce projet, peux-tu déjà nous parler de toi, notamment ton récent parcours dans le Neuvième Art ?

Romain Huet : Bonjour ! Et bien, je suis auteur de BD, depuis 4 ans. J’ai fait l’école Pivaut en section BD et j’en suis sorti diplômé. Par le biais d’un stage de fin d’année, j’ai rencontré Philippe Briones. Nous nous sommes tellement bien entendus qu’il m’a pris sous son aile et ensemble, nous avons créé Geek Agency. Ne me sentant pas encore prêt pour passer au dessin dès la sortie de l’école, je me suis mis à faire de la couleur et du scénario. J’ai ensuite collaboré quasiment sur tous mes albums avec Phil, j’ai appris la rigueur, les délais, en gros, le métier.
Puis, de plus en plus, j’ai eu l’envie de dessiner mes histoires. Après des mois de recherches de scénarios et de recherches graphiques, j’ai crée Toyô, une histoire avec une trame proche d’un Dragon Ball, mais pour l’instant le projet est en suspens. A la suite, j’ai eu l’idée de My Magical Girlfriend, proche de mes lectures favorites et surtout de celles qui m’ont données l’envie de faire ce métier comme Love Hina et Negima. Mais cette fois-ci ,je ne voulais pas passer par un gros éditeur mais le faire par moi-même, avec une totale liberté ! Et le financement participatif était le meilleur moyen pour cela.

Magical 5

BDE : Et d’ailleurs, de quoi va parler My Magical Girlfriend ?

RH : My Magical Girlfriend est l’histoire de Leo qui a fait la promesse à son premier amour, lorsqu’il était petit, de devenir un grand mangaka.
Nous retrouvons Leo à Paris où il est étudiant. Sans grand avenir. En échec permanent dans tout ce qu’il entreprend, il est cependant déterminé à tenir la promesse qu’il a faite il y a plus de dix ans. Malgré les obstacles, jamais il ne pourra renoncer à son rêve de devenir un grand mangaka. Son grand-père, comprenant la détermination de Leo, décide de l’envoyer au Japon près de Tokyo pour y intégrer une école de manga.
Leo, trop heureux, accepte la proposition et part sans tarder au Japon. A sa grande stupéfaction, il va devoir vivre en colocation avec 5 jeunes filles. Un détail que son grand-père, propriétaire des lieux, a oublié de mentionner.
Après quelques temps, Leo découvre que ces colocataires sont liées par un secret et mènent une double vie. Alors qu’il essaye de percer le mystère qui les entoure, Leo va réaliser les véritables motifs de sa présence au Japon. 
Parviendra t-il à concrétiser son rêve de devenir un grand mangaka ? Et comment retrouvera t-il les traces de son premier amour ? Pour le savoir, il faudra le lire !
C’est une histoire qui va mêler les grands classiques de la comédie romantique avec une bonne dose de combat. Ce qui plaira autant aux lecteurs masculins que féminins.

Magical 4

BDE : Plusieurs professionnels de la BD ont apporté leur soutien à ce projet et lui ont offert une visibilité supplémentaire… mais ces derniers viennent davantage du milieu du comics. Ta bibliographie dévoile aussi des albums aux influences comics assez marquées. Le passage au manga est-il un virage à 180° ou une simple expérience ?

RH : Effectivement, les artistes qui vont participer et qui soutiennent le projet sont plutôt du milieu du comics ou franco-belge. Je pense que ça s’explique par le fait qu’il y ait peu d’auteurs de manga français et par conséquent les rencontres que je fais lors des festivals sont majoritairement des auteurs de comics et franco-belge.
Pour ma part, ce n’est pas un virage à 180°, c’est plutôt le comics qui l’était ! J’ai toujours été un gros lecteur de manga, le comics et le franco-belge sont venus que plus tard dans ma vie, vers les 23/24 ans. Chez moi, il y’a 90% de manga et qu’une petite place pour le reste.
Après, je m’intéresse aux comics et franco belge pour les dessinateurs et coloristes, à part certains albums que je vais acheter et lire. Je crois, qu’en tant qu’artiste, qu’il faut rester ouvert à toutes les lectures possibles, il est bon de sortir de ses codes pour enrichir sa propre palette.

BDE : Quel est le public visé avec ce manga ?

RH : Le public visé pour le My Magical Girlfriend est assez large je pense. Je mêle la comédie romantique à l’action et le tout avec des magical girls. Lorsque je vois les lecteurs pour une histoire comme Negima, il y a autant de garçon que de filles, je crois que chacun y trouve son compte entre petites culottes, romance et combat !

Magical 3

BDE : Un financement réussi permettrait de sortir un premier tome de près de 190 pages. Et pour les suivants ? Toujours avec le financement participatif ? Pour combien de tomes ? Et des albums aussi conséquents ?

RH : Pour les suivants, je passerai aussi par Ulule. Je suis en discussion en ce moment pour une impression et une diffusion en magasin (Fnac, librairies spécialisées…), ce qui, je l’espère, me permettra de demander moins d’argent pour les prochains tomes. Mon but n’est pas de m’enrichir, j’aimerais juste pouvoir vivre normalement et surtout faire du manga en toute sérénité ! Mon but premier est de me faire plaisir et par conséquent faire plaisir au lecteur. Pour l’instant, je suis parti sur trois tomes mais si je vois que le succès est au rendez-vous et que les lecteurs me suivent, alors je pourrais penser à une histoire plus longue. Et des albums toujours aussi conséquents ? Bien sûr ! Je fais du manga, et un manga, c’est environ 190 pages !

BDE : Dans cette aventure, qu’elle est la partie la plus difficile : Trouver des contributeurs, gérer la logistique,… ?

RH : Rien n’est difficile ! C’est juste une bonne organisation. Il faut bien se préparer, calculer les budgets, réfléchir aux contributions, il faut penser commercial. Puis ensuite, il faut penser communication (Facebook, Instagram, etc…), faire des mails pour demander aux personnes de t’aider, répondre aussi aux questions. Et pendant tout ça, faire des pages ! Rien de compliqué, juste de l’organisation.

Magical 2

BDE : Pour nos lecteurs qui découvrent actuellement ce projet, qu’avez-vous à leur dire pour les convaincre d’y participer ?

RH : J’ai envie de leur dire que le fait d’être le lecteur qui aide l’artiste à réaliser son rêve est vraiment gratifiant. Car oui, c’est grâce à vous que je pourrais réaliser mon rêve et personne d’autre.
Ensuite, si vous avez aimé des mangas comme Love Hina, Negima, Nisekoi ou encore Puella Madoka Magica, alors vous aimerez My Magical Girlfriend. C’est un manga qui se veut frais, enjoué et drôle. Aussi bien pour les filles que les garçons ! Du romantisme, du fan service et du combat, tous le monde sera comblé ! C’est un manga français mais je vais chercher tous les codes du manga japonais. Le but n’est pas de renouveler le genre car les Japonais font ça mieux que moi, mais bel et bien de retrouver ce plaisir lorsque nous lisons ce type d’histoires. Si les lecteurs pouvaient ressentir le plaisir que j’ai lorsque je lis Love Hina ou Negima en lisant My Magical Girlfriend, alors pour moi, le pari est gagné !

J’ai vraiment besoin de votre aide et à l’heure où je vous écris, il reste 13 jours et nous en sommes à 78% de collectés ! C’est la dernière ligne droite et je compte sur vous !
Pour la contribution Ulule, dès 13€ vous pouvez avoir le manga et si jamais je n’arrive pas à 100%, alors vous êtes remboursés ! Donc vous ne perdez rien ! Alors je vous attends sur Ulule ! 🙂

A très bientôt !

Interview réalisée par Anthony Roux le 3 août 2015

© Toutes les images sont la propriété de son auteur et ne peuvent être utilisées sans son accord.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Magical 1

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*