Accueil » Autour de la BD » Les coulisses » EXCLUSIF ! Un auteur de BD réussit à se sortir un salaire. Découvrez comment !!!

EXCLUSIF ! Un auteur de BD réussit à se sortir un salaire. Découvrez comment !!!

l-argent-fait-il-le-bonheur-santecool

Saviez-vous qu’il est possible pour un auteur de BD à se sortir un salaire ? Peu de personnes sont au courant mais c’est possible !

Au départ, rien ne destine le jeune Alain A. à devenir un grand auteur. Il commence sa carrière en dessinant ses profs dans les marges de ses cahiers et se fait vite repérer par son proviseur qui le qualifie d’ « élève inadapté ». Conscient de la difficulté à se démarquer, il opte pour une école de BD privée où il s’endette pour 10 ans et réussit, à la sortie de son établissement, à signer un tome 1 chez un petit éditeur.

Le premier tome met du temps à sortir car pour rembourser son crédit, Alain A. doit travailler à côté. Ce n’est que deux ans après que son premier projet est bouclé… mais trop tard, le petit éditeur a fait faillite et comme son contrat le précisait, il n’était payé que sur les ventes !

C’est donc une double vie qu’entame Alain A. Le jour, il fait de la mise en rayon, le soir, il envoie le dossier de son projet, la nuit, il souffre d’insomnie. Après l’envoi de 54 dossiers et trois lettres négatives en retour, il reçoit enfin la bonne nouvelle : son dossier a été accepté chez un plus gros éditeur. Et mieux encore, il touche des avances sur droit ! Alain A. va pouvoir ajouter du ketchup dans ses pâtes.

Le premier tome de son grand projet voit alors le jour et sort même en pleine rentrée littéraire. Malheureusement, l’attaché de presse de la maison d’édition doit absolument communiquer sur la sortie de trois autres titres phares et seul un modeste blog BD, tenu par le cousin d’Alain A., réalise un article sur cet album qui passe totalement inaperçu.

Le verdict est sans appel : le premier tome ne s’est pas assez vendu, il n’y aura pas de suite. Alain A. a beau se défendre, il ne réussit qu’à se brouiller avec son éditeur… qui appartient à un groupe éditorial et se voit donc fermer la porte de cinq autres maisons d’édition. Pire encore, ses droits sont bloqués et il ne peut pas proposer son album ailleurs.

Mais Alain A. persévère et lance un autre projet plus personnel chez la concurrence, un polar prévu en trois tomes. Deux tomes arrivent à sortir avant que l’éditeur ne décide d’arrêter la série. Personne ne saura alors qui est l’assassin.

Déçu du milieu éditorial, Alain A. opte pour le financement participatif. Il monte un nouveau projet, prospecte les imprimeurs, cherche des contributeurs, démarche la presse spécialisée et réussit à obtenir la somme nécessaire à la sortie de son projet, un one-shot ! Grâce à ce travail acharné, Alain A. réussit à vendre 648 albums sur Internet et 825 dans les 48 salons de BD où il a réussit à se faire inviter. Mais cela ne suffit pas à Alain A. qui vient de prendre conscience que tout ce travail lui rapporte 53 centimes de l’heure.

Alors Alain A. sort son joker et c’est ce secret que nous allons vous révéler.

Il se documente énormément pour connaître les chiffres de vente des séries puis se renseigne sur les auteurs des best-sellers. Il arrive très vite à connaître quels sont les auteurs les plus âgés, les plus malades et va à leur rencontre. Cela porte ses fruits car il gagne la confiance du célèbre dessinateur des Aventures de Gruik le Barbare, qui, souffrant d’une paralysie des deux mains, a mis plus de cinq ans à sortir le dernier volet des Aventures de Gruik le Barbare. L’éditeur est ravi quand Alain A. lui est présenté (bien qu’il le connaissait déjà puisque c’est le même qui lui avait signifié la fin de sa série au tome 1, mais il l’avait oublié). Il faut dire que le CV d’Alain A. parle pour lui : il va pouvoir sortir un album par an et assurer de confortables ventes. Grâce à de rudes négociations, Alain A. a atteint enfin son but : il vit de son art et exclusivement de son art. Il va même pouvoir rembourser le crédit de sa Punto.

Alain A. est un auteur comblé. Alors pourquoi pas vous ? Retrouvez, grâce à notre abonnement exclusif, la liste des établissements de santé où résident les célèbres auteurs de Willy le Cow-Boy solitaire, de l’Incroyable Star Vulcan, des Facéties de Minouche le Chat et bien d’autres…

Jonathan Rien

Note de la rédaction : article parodique

Tags :

6 Commentaires

  1. Tidus
    Posté 12 août 2015 at 9 h 28 min | Permalink

    Drôle mais également très juste. Bravo !

  2. Gillusc
    Posté 19 août 2015 at 16 h 54 min | Permalink

    Bravo d’avoir osé!

  3. Raoul
    Posté 24 août 2015 at 8 h 46 min | Permalink

    Que deux commentaires en une semaine ? Il n’y aura donc pas de suite… 🙂

  4. Posté 24 août 2015 at 22 h 46 min | Permalink

    Oh que si 🙂

  5. Vastra Seb
    Posté 5 octobre 2015 at 11 h 52 min | Permalink

    Fable ironique et juste, la réalité pour 90% de la profession. Bien vu;)

  6. Posté 6 octobre 2015 at 15 h 24 min | Permalink

    Merci 🙂

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*