Accueil » Autour de la BD » Les coulisses » « Astérix appartient à ses lecteurs »

« Astérix appartient à ses lecteurs »

INEDIT Visuel  - Le papyrus de César

Conviés autour d’une table chez les éditions Albert René afin de discuter de la sortie du prochain album d’Astérix, Le Papyrus de César, la responsable commerciale nous accueille chaleureusement par cette phrase d’Albert Uderzo : « Astérix appartient à ses lecteurs. »

Dans une pièce remplie de produits dérivés à l’effigie des nombreux personnages de la série, nous entamons l’entretien par un retour en arrière sur la création des deux célèbres guerriers armoricains.

Nous sommes en 1959, le tout premier numéro du magazine Pilote s’apprête à sortir dans quelques mois, et deux jeunes auteurs, Albert Uderzo et René Goscinny, ont pour mission de créer quelques pages de bande dessinée à insérer dans ce tout nouveau magazine. Il leur a été demandé, à l’époque, de créer quelque chose mettant en avant la culture française, ceci pour donner du répondant à la culture américaine de plus en plus présente.

Les deux auteurs pensent tout d’abord adapter le Roman de Renart, mais apprennent que ce classique a déjà été adapté en BD par un autre auteur, ami d’Uderzo et dont il admire le travail : Jean Trubert. Uderzo et Goscinny parcourent donc l’histoire de France et s’arrêtent sur les Gaulois, encore peu adaptés à l’époque. C’est ainsi que les premières planches d’Astérix sortent dans Pilote.

INEDIT Visuel - Le papyrus de CésarViendra ensuite le premier album d’ Astérix le Gaulois, vendu à 6 000 exemplaires, ce qui fut un grand succès pour une première. Suivra la série que nous connaissons, traduite en 110 langues, dont le créole, le corse et l’ourdou, langue indienne de la famille des langues indo-européennes. Une centaine de licences reprendront la série, 9 films d’animations seront crées, et 360 millions d’albums seront vendus au total dans le monde.

La maison d’édition Albert René a bien plus tard été créée par Albert Uderzo. Le rôle de cette maison d’édition est bien sur la publication, mais aussi l’initiative de nouveaux projets, et la gestion des droits d’auteurs dans le monde entier. Elle gérait les droits d’auteurs depuis longtemps, mais lorsqu’Uderzo prit sa retraite en 2010, ça a permis aux éditions Albert René de poursuivre les aventures d’Astérix.

Astérix chez les Pictes, le premier album auquel Uderzo n’a pas participé, sorti en 2013, a nécessité 4 ans pour être finalisé, un premier dessinateur ayant commencé le travail, avant que Didier Conrad ne le remplace. Celui-ci reprend parfaitement le style auquel les lecteurs sont habitués, et chacun pourra, si ce n’est pas fait, lire cette aventure sans être choqué par un changement de “trait”.

En est-il de même pour l’histoire ? Est-il possible de reproduire ou même de remplacer le style littéraire et humoristique de Goscinny ? Uderzo ne s’est jamais présenté comme scénariste, n’a jamais voulu remplacer son ami, mais a tenté de continuer son travail en utilisant ce qu’il avait appris de lui. Les scénarios écrits par Uderzo après la mort de Goscinny ont été critiqués : pour le maître du dessin qu’est Uderzo, reprendre l’histoire derrière le maître du scénario qu’était Goscinny, présageait à coup sûr des critiques.

Pour Jean-Yves Ferri, reprendre l’histoire à la suite d’Uderzo comporte peut-être moins de risques, la cassure ayant été faite, mais n’est pas non plus chose aisée.

Visuel César - Le papyrus de César

L’album a été bien accueilli par les critiques, les ingrédients traditionnels et la mythologie d’Astérix étant là : le voyage, la découverte d’une culture, les scènes de bagarres, les gags, les jeux de mots… Sans oublier les références parodiques à la société moderne.

2,4 millions d’albums ont été vendus en France, 5,5 millions dans le monde. L’album fut traduit en 24 langues, dont une version en gaélique (langue celtique d’Ecosse) et une en scots (langue régionale proche de l’anglais).

Les deux auteurs ne se connaissaient pas avant la création d’Astérix chez les Pictes, ils ont par la suite proposé eux-mêmes de poursuivre l’aventure avec Le Papyrus de César.

Uderzo a adhéré à l’idée, ainsi que l’éditeur et Anne Goscinny. Pour ce nouvel album, Jean-Yves Ferri a tout story-boardé (à la différence de Goscinny qui décrivait dessins des cases et dialogues séparément), en représentant les personnages par quelques traits minimalistes, tels des pictogrammes, indéchiffrables pour le non-initié, et en représentant Astérix et Obélix par un point rouge et un point bleu. Didier Conrad a, à partir de là, réalisé des roughs, c’est-a-dire des dessins plus précis, pour ensuite en venir à une mise au trait, et au final un encrage entièrement au pinceau, à la manière d’Uderzo, ce qui donne cet aspect fluide et coulant au dessin même encré, contrairement à la plume qui « inscrit » et a tendance à rendre le trait plus cassant et anguleux.

Concernant les couleurs, celles des anciens albums étaient plus saturées, comme beaucoup d’albums de cette époque, avec beaucoup d’emploi du rouge magenta et du bleu primaire, bien que les albums d’Astérix soient loin d’être les plus mal desservis dans ce domaine. Les auteurs ont cette fois eu un regard sur la couleur, qui est devenue beaucoup plus sobre, comme c’était le cas chez les Pictes.

Quand à César qui est différent à chaque album, et ce depuis le départ, Didier Conrad a fait une fusion des principales caractéristiques apparues au fil des décennies afin de les réunir sur une seule et même version, une façon de rendre à César ce qui lui appartient.

Ferri ne semble pas être un fan des scènes de combats, Conrad semble penser qu’il n’y a pas de mal à donner quelques baffes et récolter quelques casques (serait-ce le même équilibre qui maintient le duo des auteurs et celui des deux Gaulois ?), et vous trouverez d’ailleurs dans ce tome une case de scène de bataille mémorable, sur laquelle le dessinateur a passé pas moins de 20 jours.

Visuel Le village- Le papyrus de César

Les guerriers d’Armorique ont donc prouvé qu’ils avaient encore une excellente endurance et qu’ils pourraient passer encore de nombreuses épreuves, et de nombreux albums.

La sortie du Papyrus de César sera accompagnée de nombreux produits dérivés, dont, pour la première fois, un art-book dévoilant entre autres les crayonnés de l’album.

Les fans peuvent aussi trouver leur bonheur sur les pages officielles Facebook et Twitter.

Récemment les deux lauréats d’un concours ont gagné le droit d’être caricaturés et d’apparaître en tant que personnages dans l’album Le Papyrus de César.

Du 25 avril au 30 novembre 2015, l’exposition Astérix à Alésia, du mythe à la réalité, propose une comparaison entre la bande dessinée (inspirée de la vision des Gaulois des années 60), et les dernières découvertes historiques.

Certaines éléments créés pour la BD ne sont pas si éloignés de la réalité, mais d’autres méritent correction.

Nous n’avons malheureusement pas encore vu cette exposition mais nous pouvons faire remarquer que :

– les villes et routes gauloises existaient avant l’invasion romaine.

– La cotte de maille est une invention gauloise, tout comme le char.

– A l’époque de la guerre des Gaules, les Romains n’avaient pas encore d’armures à latte, ni de boucliers carrés, mais des boucliers ronds et les cottes de maille achetées aux Gaulois.

Saviez-vous que la plupart des noms de lieux français viennent de la langue gauloise ?

Paris vient du nom de la tribus des Parisii, l’Auvergne vient de la tribu des Arvernes, Vannes vient de la tribu des Vénètes, qui peuplaient l’Armorique (auxquels appartiennent peut-être Astérix et Obélix ?), et, clin d’œil à l’avant dernier épisode, les Pictons, situés dans l’actuelle Touraine, qui donnèrent leur nom à Poitiers, seraient une tribu issue des Pictes situés dans l’actuelle Ecosse.

Quand à Belenos, le dieu solaire, comparable à Apollon et Baldur, son nom est de la même racine que « bel », « beau », et « bon », comme le soleil bienfaiteur, apportant chaleur et prospérité, le soleil fut bien sûr autrefois symbole de nombreux rois, de Philippe le Bel à Louis XIV, pour ces mêmes raisons.

Toutatis, ou Teutates, dont le nom signifie « le père de la tribu », à une fonction de dieu de la mort et de la résurrection, comparable à Odin, lui-même surnommé Allfader, « le père de tous ».

Nous souhaitons une longue carrière à Astérix et Obélix, avec l’aide de Belenos.

Merci encore aux éditions Albert René et à son équipe pour l’accueil.

Ambroise Crèche

© Toutes les images sont la propriété de leurs auteurs et éditeur et ne peuvent être utilisées sans leur accord.
Cliquez sur les images pour les agrandir.

Visuel Obélix - Le Papyrus de César

Tags : , , ,

Poster un commentaire

Votre e-mail ne sera jamais partagé. Les champs obligatoires sont marqués d'une *

*
*